RIVIERE Madame

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 10 février 2015

*

RIVIERE Madame

RIVIERE madame

Comme on le sait déjà, il y eut, dans l’histoire de la Scala, quelques personnages originaux, pour ne pas dire plus. Je pense à Guy LARRAS,  Riety de BARGESGeorges de GIAFFERI, OSWEN, madame BARGIARELLI, ou « CHICHOUNE. (Voir tous ces noms). Ces habitués nous ont souvent fait rire, mais sans méchanceté! Madame RIVIERE en fit partie. 

C’était l’après-midi, au tout début de l’ouverture de ce lieu qui n’était pas encore la Scala et qui me rendait perplexe sur mon avenir de bistro. Bref, j’essayais d’embellir le cadre avec les moyens du bord, en mettant une lampe de chevet par ci et un affiche par là, quand  une dame entre deux âges poussa la porte et me demanda une bouteille de vin rouge! Au bord de l’apoplexie et un peu vexé, je lui répondis sèchement que la vente du vin à emporter n’était plus de mise dans ce lieu. (En effet, madame Germaine, qui nous avait précédé, vendait du vin à la tireuse! Moi j’avais d’autres ambitions!) Sans se démonter, la dame me répond que c’est pour déguster sur place. Un peu médusé mais amusé, je lui tends la bouteille et un verre, en me disant qu’après tout….. La dame va s’asseoir et se met à écrire sur le coin de la table, tout en sirotant, à intervalles réguliers, le contenu de la bouteille. Poussé par la curiosité, je lui demande ce qu’elle écrit. Elle répond qu’elle rédige des articles pour un grand journal du soir.

La bouteille éclusée, la dame partit sans vaciller. Pendant quelques temps, je ne revis pas « la dame à la bouteille ». Je l’avais presque oubliée, quand elle réapparut un soir, en compagnie d’un jeune homme d’une vingtaine d’années, qu’elle me présenta comme étant son fils. La « clientèle » et quelques baladins commençaient à se pointer, le lieu avait pris un air plus guilleret. Mais ces transformations n’empêchèrent pas la dame de commander haut et fort devant une assemblée un peu surprise: « Une  bouteille de vin et une limonade pour mon fils! » Puis elle se mit, comme la première fois, à rédiger son article, sans se préoccuper de ceux qui chantaient, de ceux qui flirtaient, de ceux qui discutaient, de ceux qui jouaient aux échecs et de ceux qui la regardaient, fascinés! Tout en sirotant à intervalles réguliers.. (Voir plus haut). .Alors que le fils, un peu simplet, donnait l’impression d’être carrément ailleurs! Ce manège dura plus d’une année, toujours avec le même scénario. Puis un jour, la mère et le fils disparurent. Certains habitués en eurent presque du regret, car ils commençaient à s’habituer à ce couple peu commun et devenu, à la longue, attachant!

Nous n’avons jamais su le prénom de la dame, ni si elle travaillait vraiment pour un grand journal du soir! Comme nous n’étions pas curieux, cela resta une énigme. Mais était-ce important? Tout ce que nous savons, aujourd’hui, c’est qu’elle s’appelait RIVIERE et qu’elle adorait le vin rouge! Détail en passant: on ne l’a jamais vue « ronde »!

Alors, bien venue à la dame à la bouteille.   

Publié dans RIVIERE Madame | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou