QUIQUI dit « le bonze »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 14 septembre 2011

*

QUIQUI dit « le bonze »

*

quiqueyditlebonze.jpg

*

QUIQUI avait deux particularités: la première, c’est que, pour un (très bon) « toucheur de guitare flaminca », il était tout ce qu’il y a de plus français. N’ayant jamais connu son nom, tout le monde l’appelait QUIQUI, il m’est donc impossible de prouver qu’il était vraiment français. D’autant plus qu’il parlait  parfaitement l’espagnol!Mais j’espère que l’on me fera confiance. L’occasion de préciser que notre hexagone n’a jamais été le berceau privilégié de cet art spécifiquement arabo-hispanique. Si c’était le cas, cela se saurait. Mais notre QUIQUI, lui, allez savoir pourquoi, jouait, mangeait, buvait et jurait comme un authentique andalou. Ce ne sont pas les Pedro FORTES, RENATO, Pedro SOLER, Pépé TOVAREl CHATO ou El TORO qui me contrediront! QUIQUI était surtout l’ami de RENATO, avec lequel il jouait préférentiellement. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’était pas admis par les guitaristes espagnols. Bien au contraire! Il faut dire que QUIQUI tomba très tôt dans la marmite du flamenco et, croyez moi, pas celui des opérettes! Je n’en connais d’ailleurs ni la raison ni l’histoire. Il faisait donc partie à part entière (si j’ose dire), de ce milieu fermé, oû l’ancestrale tradition a toujours eu tendance à broyer les médiocres ou les tricheurs! J’espère que l’on a compris que QUIQUI avait un beau talent de flaminquiste et qu’il fit, plus qu’à son tour, certains beaux soirs de la Scala.

La deuxième particularité est que QUIQUI allait, tous les jours, prier sur les montagnes, du moins, le disait-il, afin de  »purifier son âme, sa guitare et son Art ». Au début, un peu rigolard, je lui fis observer qu’il n’y avait pas bésef de montagnes à Paris. Mais il me rétorqua, d’un ton sans réplique, que « le symbole de la montagne était en lui et qu’il pouvait prier n’importe oû »! Roger DELVOYE qui le connaissait bien, (c’est lui qui surnomma QUIQUI « le bonze »), se permettait souvent de le crititiquer amicalement, avec son inimitable accent pied noir:« Poh poh, à quoi ça te sert à toi, toutes ces simagrés à elles. Tu prends une fille et, poh poh, ta sénérité, elle est dix fois plus forte à elle, avec du plaisir à toi, en plus! » Et c’était à la fois touchant et amusant de les entendre, lui Roger, grand et beau garçon, QUIQUI, petit bonhomme, maigre et au physique ascétique, mais à la foi inébranlable! 

QUIQUI fréquenta la Scala de nombreuses années. Nous ne savons pas ce qu’il est devenu. Peut-être rêve-t-il, aujourd’hui, avec sa guitare, sur le Mont du FUJIAMA? Heureusement, il nous reste son souvenir, à la fois vivace et singulier.    

Publié dans QUIQUI dit "le bonze" | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou