QUEQUET Roger

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 11 novembre 2011

*

QUEQUET Roger

*

quequetroger.jpg

*

Il n’y avait pas que des guitaristes, dans le monde musical de la Scala.Un soir, arrive un tout jeune homme plutôt petit, au visage  rondouillard et l’air jovial. En fait, selon les brillantes lumières de Denise, il est venu par José FENOY, le flaminquiste-boxeur. (Voir à son nom). Avec une certaine timidité, le jeune homme me demande s’il peut jouer. Comme il ne porte apparamment aucun instrument sur lui,  je lui tends la guitare de service qui traîne habituellement sur le lieu. Mais il tire alors de sa poche un petit boitier.dont il  sort un harmonica chromatique. Un peu étonné et ravi, je lui dit que j’en ai joué dans le temps, à l’occasion d’un numéro musical  de transformation de costumes. (Voir l’article sur DEBRONCKART Jacques). Sans attendre, il se met à jouer un air classique que je reconnais comme étant du BACH! C’est alors que le brouhaha habituel des conversations, cesse soudain autour de nous et un silence respectueux s’istalle, comme par enchantement! Le jeune bougre joue juste, avec, déjà, une assurance et un feeling de concertiste professionnel. Tout le monde est un peu sidéré, d’autant plus que le nouveau venu, quand il a fini son morceau, se met à parler avec un sacré accent faubourien à couper au couteau, qui contraste avec l’esprit de ce qu’il vient d’interpréter !

Roger QUEQUET, car c’est son nom, (ne riez pas, je vous vois venir), reviendra souvent et longtemps, jouer à la Scala, en n’oubliant jamais de citer avec une délectation de musicologue, la « beauté du phrasé de Bach » et « l’équilibre parfait du contrepoint »!  Par la suite, il mérita amplement le succès, en tout cas, à la Scala, autant par son talent inné, que par la contradiction de son personnage ! Nous ne savions pas ce qu’il était devenu, depuis. On se doutait de la réponse. Car, peut on faire une carrière de concertiste classique avec une  »musique à bouche », comme disent les suisses? . Le fabuleux Larry ADLER et le modeste Albert RAISNER, se cassèrent les dents, sitôt qu’ils abordèrent ce domaine ô combien préservé! On n’oubliera pas que la guitare faillit subir le même sort que l’harmonica! Merci, CARCASSI, PUJOL, PONS ou autres TARREGA! Pourtant, Roger QUEQUET semble avoir plus ou moins vécu de son harmonica, en participant, notamment, dans les années quatre vingt, à un groupe « les harmonica swingers« , Certes, ce n’était pas du Bach! Mais on peut seulement espérer que sa passion de jeunesse pour le classique ne l’a jamais quitté!

*

quequetrogerswingsharmonica.bmp

Publié dans QUEQUET Roger | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou