PRINCE Edmond

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 22 mars 2011

*

PRINCE Edmond

*

Je me réjouis d’avoir eu la bonne idée, peu après la fermeture définitive de la Scala, de dresser  une liste des habitués, au moment oû la mémoire était encore fraîche! Cette liste, bien incomplète, se divise en trois catégories.1°), celle dont nous nous souvenons des noms, du physique et du comportement des intéressés. 2°), celle dont nous nous souvenons vaguement des noms, mais pas du physique, ni du comportement des intéressé. 3°), celle dont nous n’avons qu’un prénom ou un surnom à nous mettre sous la dent! Gros souci:comment essayer, alors, de contacter ces derniers, même si nous avons un souvenir précis de leur physique et de leur comportement! Peut être que l’un d’eux se reconnaîtra au passage! Qui sait?  Nous  comptons, aussi, sur un miracle toujours possible oû quelqu’un pourrait  nous apporter quelques renseignements, voire leur nom de famille, sur ces « anonymes » qu’on n’a pas néanmoins oubliés!

Edmond PRINCE fait partie de la première catégorie. Nous n’avons pas, pour autant, encore réussi à trouver des informations sur lui et, à forciori, à le contacter! Je me souviens, tout de même, d’un homme grand,  séduisant, distinguét, habillé très mode, qui avait  le parler chatié, à la limite du précieux et surtout, un air royal. (Forcément, avec un nom pareil!). Il venait toujours avec sa compagne Michèle CORNE, aussi « mondaine » que lui. Ils n’étaient pas mariés, ce qui était, à l’époque, moins banal qu’aujourd’hui! Je me souviens, aussi, que le couple n’avait pas, à priori,  le profil « Scala »! Mais ça n’avait pas d’importance pour nous et probablement pour eux, car ils s’adaptèrent très vite aux gratteurs de guitare, aux chanteurs du crû et aux autres habitués! Ils fréquentaient d’autres boites, mais  revenaient régulièrement à la Scala. Ils nous rapportaient ainsi les potins du Paris dit  »mondain », dont on se persuadait qu’on n’en avait rien à faire, ce qui était faux. Edmond et Michèle habitaient, si je me souviens bien, un très bel appartement bourgeois, (avec terrasse!), dans le 7e arrondissement, vers la rue du Bac, un des quartiers cossus de  »la rive gauche ». Ils nous invitèrent plusieurs fois, avec quelques autres habitués, filles et garçons. Nous étions toujours bien reçus, la chère était bonne et l’ambiance décontractée! Quelques chanteurs ou guitareux ne s’interdisaient pas d’y aller de leur voix ou de leur biniou à cordes. J’ai le sentiment, aujourd’hui, qu’ Edmond en profitait un peu  pour « draguer » , chez lui, les nanas , action qu’il n’osait peut être pas accomplir à la Scala! Cela ne changeait  en rien les bonnes relations qu’ils avaient avec tout le monde! Nous n’avons jamais su ce que faisaient Edmond et Michèle, dans leur vie professionnelle. En avaient ils une? Nous ne leur avons jamais demandé! Preuve, une fois de plus, que beaucoup laissaient leurs préoccupations sociales au vestiaire de la Scala, même s’il n’y en avait pas, de vestiaire!

Nous gardons un souvenir plus qu’agréable d’Edmond PRINCE et de Michèle CORNE, couple ô combien original, qui marqua, à sa façon, la Scala, par sa gentillesse, son charme et je dois le dire, sa fidélité qui dura pas mal de temps!

   

Publié dans PRINCE Edmond | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou