PIERRE MARCEL

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 7 avril 2014

PIERRE MARCEL

PIERE MARCEL trompette

Quelle tristesse! Encore un merveilleux habitué sur lequel il y a tant de choses à dire et dont, hélas, on n’a jamais su le nom de famille. Et pourquoi aurait on su le blase de Pierre Marcel? Au temps de la Scala, ce double prénom nous suffisait amplement! Aujourd’hui, comme pour certains autres, on regrette amèrement cette « carence nominale » qui rend plus difficile la recherche, sur internet ou ailleurs, de certains habitués perdus de vue. Bien sûr, reste l’espoir d’un miracle toujours possible!

Denise avait rencontré Pierre Marcel à Orly, où ils travaillaient tous deux pour le compte de l’armée américaine. C’était vers la fin de l’année 1960, Denise lui avait parlé de la naissance de notre  petit bistrot. Heureux hasard, Pierre Marcel  habitait 2 ou 4 place du Puits de l’Ermite, à côté de la Mosquée de Paris, donc à deux pas de la Scala! Autre hasard heureux, en dehors de son gagne pain chez les amerloques, Pierre Marcel était musicien et jouait de la trompette! Notre rencontre fut naturellement facile et riche en amitié, avec beaucoup de points communs. C’était un bon musicien de jazz où il excellait dans les improvisations. Je crois qu’il initia pas mal de guitareux classiques ou de variétés, en les incitant à l’accompagner dans des « jam’s » qui restèrent mémorables à la Scala! Entre temps, Pierre Marcel avait changé de boulot. (A Orly, on ne savait pas ce qu’il faisait!) Il était devenu spécialiste de la  postsynchronisation de films et du doublage, c’est-à-dire qu’il traduisait le texte anglais en français. C’était un beau garçon, charmant et toujours souriant. C’est dire que les conquêtes féminines ne lui auraient pas manquées s’il l’avait voulu. Mais il resta toujours très sobre à cet égard et les habituées ne lui en voulurent jamais! Miracle de la vraie camaraderie entre gens de sexe opposé!

Pierre Marcel voyageait souvent dans un mini car aménagé. En compagnie de son chien, dont j’ai hélas oublié le nom(décidément!), il nous raconta, qu’en traversant les États Unis, il s’était endormit trop près d’un domaine. Au milieu de la nuit, il avait eu la désagréable surprise d’être brutalement réveillé par le propriétaire, en compagnie de ses deux fils (il le sut après), tous armé, qui l’avaient menacé de l’abattre s’il ne déguerpissait pas sur le champ! (c’est le cas de le dire). Bizarrerie de la loi américaine! Mais Pierre Marcel nous racontait cela avec un beau sourire amusé. Entre deux voyages, il revenait et jouait et rejouait inlassablement de la trompette, à s’en faire rougir les lèvres ! Il fut, parmi tant d’autres un des meilleurs « animateurs » de la Sala, participant toujours avec plaisir à des « boeufs » endiablés et appréciés! Et cela, jusqu’au dernier jour, avant la fermeture définitive de la Scala! C’est dire qu’il traversa toutes les années de celle ci. C’est pour toutes ces raisons qu’il est toujours si présent dans nos souvenirs.

PS. Peut-être que les yeux de Pierre Marcel ou de l’un de ses descendants tomberont sur le 2 ou 4 de la place du Puits de l’Ermite!

Qui sait?               

   

Publié dans PIERRE MARCEL | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou