NYEL Robert

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 6 mai 2009

 *

NYEL Robert

*

38416robertnyel.jpg

 Nous avons, jusqu’à présent,  dénombré trois sortes d’ex habitués:

Les premiers, après un premier contact, ont répondu assez vite à notre désir de les voir figurer sur le blog.

Les seconds, après plusieurs contacts, « traînent un peu les pieds » pour déposer leur petit témoignage.   

Quant aux troisièmes,  hélas, les plus nombreux, nous n’avons toujours pas leurs coordonnées! Se posait donc, pour nous, le dilemne d’en parler, sans qu’ils soient, au moins, prévenus! Scrupule d’autant plus grand que certains d’entre eux sont, aujourd’hui, connus. Mais aussi, envie irrésistible de les évoquer, pour la bonne raison  qu’ils ont été, à nos yeux, importants dans l’histoire de la Scala.

Après tout, cette  histoire est aussi un peu la leur! 

Nous prenons donc la liberté de les publier, en espérant qu’ils nous pardonneront cette audacieuse précipitation qui n’est mue que par notre amicale impatience de les avoir sur le blog! 

Robert NYEL est venu aux débuts de la Scala. Il passait à la « Méthode » et nous ramenait souvent d’ autres artistes qui se produisaient dans ce cabaret. Parmi eux, une sculpturale suédoise du nom de Dorte OLOE. Pour amuser la galerie, je lui disais invariablemet : »Il faut qu’une dorte soit ouverte ou fermée ». Tout le monde rigolait, sauf elle, vu que son français était nettement en deça de cette douteuse citation qui se voulait littéraire! Et ce, d’autant plus navrante, que j’enfonçais le clou, en lui assénant: « On s’est bien amusset » , alors que la galerie se gondolait de plus belle, et que Dorte OLOE leur disait, avec un accent suédois et un peu désemparée : »Che ne comprens pas cha qu’il dit! » Mais Robert n’était pas en reste. Nous parlions, entre nous, le langage de notre midi, lui, le provençal et moi, le niçois. Au grand dam des rigoleurs qui ne rigolaient plus et qui se demandaient quel charabia on pouvait bien parler!

Robert venait, aussi, assez souvent avec son ami Antoine SIMEONI, coiffeur de son état, qui pratiquait l’humour avec un grand talent et une constance méritoire. Il était, en quelque sorte, le mentor de Robert et on sentait que ces deux là s’entendaient comme larrons en foire!Nous avons passé de bonnes soirées, en riant de tout et rien et Antoine n’était jamais à la traîne! 

robertnyeletantoinesimeoni.jpg

Les deux compères, au cours des années 63 64

Ces photos sont restées des années sur les murs de la Scala!

J’aimais, surtout, entendre Robert chanter « Magali », qui, à l’époque fut un succès plus qu’estimable, apportant, dans le froid parisien, une culture d’un Midi qu’il n’avait pas oublié! J’aimais surtout, une chanson, qui, je crois, resta inconnue du public: »Il aimait tant la mer ».

Robert était plus auteur qu’interprète, mais sa voix était d’une grande sensibilité méridionale. A l’époque  il venait de rencontrer Gaby VERLOR, que j’avais connue, avec Jacques DEBRONCKART, sous le nom d’un numéro de duettistes, VERLOR et DAVRI. Je pense que Gaby a beaucoup apporté à Robert, notamment  cette dimension qui lui manquait, peut-être, vu qu’il était, à ce moment là, plutôr « rive gauche ». Ce qui n’est pas une insulte! Avec « le petit bal perdu » et, surtout, « déshabillez moi », Robert est devenu, un peu plus tard, un « monsieur » de la chanson!

Il exerça, par la suite, la profession de minéralogiste et, grosse cerise sur le gâteau, il est, depuis pas mal d’années, un peintre reconnu. Bref, des talents diversifiés qui ne surprennent pas ceux qui l’ont connu alors! 

Robert a été, dès le début, un de ceux qui ont installé, sans forcément en avoir conscience, d’ailleurs,  cet esprit particulier qui fut celui de la Scala et qui a perduré jusqu’à la fin, même quand  il venait moins souvent, pris dans le tourbillon de la chanson! Je suis sûr qu’il serait étonné, aujourd’hui, d’apprendre cela!

Il n’y a pas si longtemps, en passant dans un village du Midi, nous sommes tombés, par hasard, dans une galerie oû exposait Robert. Nous avons laissé un message amical, malheureusement, il n’y eut jamais de suite!

Peut-être, bientôt?

*

robertnyel2.jpg

*

 

Publié dans NYEL Robert | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou