Mercédes

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 9 septembre 2012

Mercédes

*

Mercédes dans Mercédes mercedes

*

Une de plus, dont le nom de famille nous a toujours échappé!

Pourtant, Mercédes ne fut jamais une « anonyme » à la Scala. Un tempérament de feu, le verbe fort, voire tonitruant, l’oeil ravageur, ainsi d’ailleurs, que le reste, tout cela faisait qu’elle était loin de passer inaperçue. Surtout à la Scala ! N’est ce pas, Michael BOCK, Roger DELVOYE, ainsi que Manou ZURINI, qui, aidé de sa « bande », les BELTOISE, Jacques GODREUIL, dit « Béru, J.M. GIORGI, etc.., se moquait souvent d’elle, mais sans méchanceté, ne serait-ce que pour ne pas faillir à son statut d’animateur maison, auquel Manou tenait beaucoup? Et d’autres garçons, dont je tairai le nom, par solidarité masculine, qui étaient fascinés par le charme volcanique de Mercédes (que j’avais surnommée « poh poh!). Car, pourquoi le cacher, Mercédes fut une ravageuse des coeurs. Des coeurs masculine, s’entend! D’origine pied noir, nantie d’un accent à couper au couteau, elle clamait haut et fort, avec une naïveté non feinte, son amour, avec un grand A, pour l’élu du moment. Amour, comme on s’en doute, qui ne durait jamais bien longtemps! Avec toutes ses occupations amoureuses, qui se succédaient à une vitesse supersonique, Mercédes n’avait jamais le temps de s’ennuyer. Nous, non plus, d’ailleurs. A contrario, si elle ne passait pas, aux yeux de certains, pour une intellectuelle, à l’esprit aiguisé, elle avait le coeur sur la main et passait le temps qui lui restait à consoler ses petites copines quand elles avaient des chagrins… d’amour! Au physique, à défaut d’être « jolie », elle avait une beauté, je dirais: voyante. De grands yeux noirs, de la couleur de ses longs cheveux, façon gitane, un corps bien en chair, elle  » en jetait », et en profitait largement. Quand elle passait dans la rue, on la prenait pour une fille d’Espagne, dont elle était issue. C’est du moins ce qu’elle affirmait! 

C’est curieux, à part ses aventures amoureuses, on avait de la peine à déceler un quelconque intérêt pour quoi que ce soit d’autre, par exemple, la chanson, la musique, la littérature, le dessin, le théâtre, le cinéma… Elle ne parlait jamais, non plus, de son « boulot ». En avait-elle un, je ne saurais le dire; En tout cas, je ne m’en souviens pas. Je ne me souviens pas plus, qu’elle eut jamais sympathisé avec les gratteurs de guitare et chanteurs, qui, pourtant, pullulaient à cette époque, à la Scala! Ce qui ne l’empêchait pas d’être relativement « copine » avec pratiquement tout le petit monde de la Scala. Comme je l’ai déjà dit, c’était toujours un miracle de constater que des personnes qui semblaient, au départ, être aux antipodes de l’esprit du lieu, s’y intégraient finalement parfaitemement. Au point de devenir des personnages « marquants », comme le dit justement l’ami Robert GRETCH! C’est pour cela qu’aujourd’hui, certains ex habitués qui l’ont connue, se souviennent encore de Mercédes! 

PS. Vu l’importance de notre dossier « photos », je ne suis pas cent pour cent sùr que ce soit la bonne pour Mercédes. Mais elle lui ressemble étrangement! 

Alors, si quelqu’un….?

 

 

Publié dans Mercédes | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou