GODREUIL Jacques, dit « Béru »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 20 septembre 2009

*

GODREUIL Jacques, dit « Béru »

*

godreuiljacques.jpg

*

Au début des années soixante, Jacques n’a pas eu de mal à nous trouver  et devenir (ô combien), un fidèle habitué: il habitait rue Lacépède, juste en face de la Scala! Très vite, il y devint un personnage incontournable, dont les passions principales étaient les bagnoles de course, formules 1, 2 et 3, et … la lecture des bouquins de Frédéric DARD, dont le grand héros était le fameux commissaire San Antonio. Il faut avouer que Jacques était remarquablement entouré d’énergumènes plutôt allumés dans ces deux disciplines, notamment Manou, ZURINI, Jean Michel GIORGI , un certain « la gonfle«  et, en général la »bande à BELTOISE« , qui comprenait, si j’ai bonne souvenance, à part Jean Pierre, le champion automobile et ses deux frères, Alain et Michel, une kyrielle de champions …de moto, eh, oui, tels que Michel BONNET, OFFENSTADT, Jean Claude SERRES, Jean Paul BEHRA..j’en passe. En plus, d’autres champions automobiles, mais çà, c’est une autre histoire.

Typographe de profession, Jacques GODREUIL, qui était, au début, plutôt discret et réservé, trouva, dans sa  deuxième »passion », l’occasion de sortir de son « intériorisation ». Il passa même les bornes du raisonnable, pour le grand plaisir, disons le, d’une Scala déchainée et riant à gorge déployée, des commentaires frisant l’hystérie et l’idôlatrie sur les aventures énormes et désopilantes du commissaire San Antonio, qu’il nous distillait à longueurs de soirées, aidé et encouragé, cela va sans dire, par Manou ZURINI, Jean Michel GIORGI,  » la « Gonfle » les BELTOISE et consorts! 

Naturellement, un consensus s’installa très vite pour que l’on oublie son nom de famille, au bénéfice de « Béru ». Cela lui colla tellement à la peau,  pendant des années, que j’ai eu,  je l’avoue, du mal, récemment,  à retapisser son nom de GODREUIL! Par voie de conséquence, sa propre mère hérita du surnom de « Félicie« , référence, pour ceux qui ne le savent pas, à la mère du héros San Antonio. Dans le roman, s’entend!

*

weilerannemarieetlamredejacquesgodreuil.jpg

« Félicie« , la mère de « Béru« , avec Anne Marie WEILER

Personnage pas forcément original ou pittoresque, au premier abord, « Béru » fut, néanmoins, un grand habitué de la Scala où il se sentait profondément chez lui, au milieu de tous ses potes, qu’il fréquentait avec assiduité, naturel, amitié, gentillesse et drôlerie!  

Publié dans GODREUIL Jacques, dit "Béru" | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou