GEANT (Madame et monsieur)

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 9 juillet 2012

GEANT (Madame et monsieur)

*

GEANT (Madame et monsieur) dans GEANT (Madame et monsieur) Géant-doberman

*

On ne peut vraiment pas dire que madame et monsieur GEANT (nous n’avons jamais connu leur prénom) eurent jamais le profil « Scala »! Professeurs tous les deux, de je ne sais plus quoi, ils étaient plus âgés que la plupart des habitués, qu’il ne fréquentaient d’ailleurs guère! Assis sagement, la plupart du temps, à une table, de préférence près du comptoir, ils semblaient pourtant être toujours à l’écoute d’une conversation occasionnelle ou d’un chanteur du moment, mais sans vraiment participer. Je crois, d’ailleurs, qu’ils impressionnaient l’assistance, par leur réserve et leur discrétion, face à une  ambiance plutôt généralement débridée. En revanche, et je ne sais trop pourquoi, ils me parlaient facilement, allant même jusqu’à me faire quelques confidences! Ils me disaient notamment leur passion pour deux  chiens « Doberman »  qu’ils possédaient. Ce qui me faisait penser qu’ils n’avaient, peut-être, pas d’enfants.

C’est à ces confidences que se rattachent principalement nos souvenirs sur ces deux personnages hors norme de la Scala! Les GEANT avaient l’habitude (que nous partagions) de voyager en « camping-car ». Se trouvant la nuit, sur un parking de ROME, ils eurent, le matin, la désagréable surprise de constater que leur véhicule reposait sur quatre morceaux de bois et que les quatre roues avaient disparu! Cela, sous le regard goguenard de romains habitués à une telle « performance d’artistes »! Le comble de la vexation, c’est que, pendant leur sommeil, monsieur et madame GEANT n’avaient rien  remarqué! Ils me confiaient tout cela, avec le sourire et un évident souci de pardonner aux auteurs de cet acte répréhensible!

La deuxième anecdote est plus dramatique. Pendant quelques temps, on ne revit plus les GEANT à la Scala! Puis monsieur revint seul, un soir, la mine défaite. Il m’expliqua que sa femme avait, par mégarde, « pris la place » de l’un des deux Doberman, sur un fauteuil, qui lui était destiné. Il mordit cruellement sa maîtresse, en lui enlevant la moitié du visage! Pendant des mois, elle resta entre la vie et la mort et  eut droits à plusieurs opérations esthétiques. 

 Un soir, on revit le couple, toujours aussi discret. Les premières paroles de madame GEANT, ce fut pour me réaffirmer l’amour qu’elle portait à ses chiens! 

Comment aurions-nous pu oublier ce couple si particulier et au fond, si attachant?   

Publié dans GEANT (Madame et monsieur) | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou