FITOUSSI André

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 20 octobre 2009

*

FITOUSSI André

*

fitoussiandraveccadre.jpg

André ne jouait pas de guitare, n’était pas un  » artiste » , mais il était le champion de la fidélité en amitié!

*

Il a rappliqué, un beau soir, à la Scala, probablement amené par Jacques GAME. Dès  son arrivée à Paris, il avait trouvé une place de magasinier dans un magasin de pièces automobiles, à la République. Il habitait  un modeste appartement qu’il partageait avec sa mère, venue à Paris bien malgré elle, dans un  quartier populaire et modeste.  C’était un homme simple, affichant une rigidité propre à son milieu de juif pied noir de Tunisies, notamment sur les  choses de la vie, la famille, l’honneur et la morale, qui contrastait avec la liberté de moeurs, qui régnait alors dans le quartier, y compris à la Scala! 

Et pourtant, il devint, avec le temps et contre toute attente, un habitué à part entière ! Il était un fan des artistes qui se « produisaient » à la Scala , jeunes débutants qu’il écoutait avec beaucoup d’attention et de passion. Pote avec pratiquement tout le monde, il était toujours à l’écoute des ennuis des autres, les conseillant ou  les réconfortant avec humilité. Au point que tout le monde l’aimait et le respectait!

Il venait dès l’ouverture et restait inmanquablement jusqu’à la  fermeture. Je le revois, au coin du comptoir, riant en douce de mes mauvais jeux de mots ou de mes facéties douteuses, fumant cigarette sur cigarette et buvant café sur café,  A se demander comment il pouvait tenir le coup, le lendemain matin, à son boulot!

On ne lui connaissait aucune liaison avec les filles pourtant nombreuses qui fréquentaient  la Scala. Excepté Natacha, une fille un peu folle et légère avec qui il  sortait « platoniquement’, sans apparemment se soucier de l’inconséquente nature de la belle!  

Petit à petit, Dédé devint un ami solide, qui nous aidait avec générosité, dans des moments « difficiles », (cela est arrivé une ou deux fois) et nous secondait dans certaines tâches de la Scala! Bref, Dédé devenait, au fil du temps, un personnage incontournable, comme on dit aujourd’ hui.

A la fin des années soixante, nous fûmes très surpris d’apprendre qu’il partait dans un kiboutz, en Israel.  Je crois qu’il mit son affaire en gérance et il disparut pendant quelques mois. Sans l’oublier totalement on prit l’habitude de son absence, qui faisait, tout de même, un sacré vide! Puis un soir, je le vis sur le pas de la porte, l’oeil humide et triste. Il me raconta, qu’au début, tout s’était bien passé, même qu’il avait rencontré une femme qu’il comptait épouser. Malheureusement, les parents, juifs de l’est, s’opposèrent sans réplique à cette union de leur fille avec un juif d’Afrique du Nord! Déçu et humilié, il rentra en France.

La vie reprit son cours et Dédé resta toujours le même, jusqu’à la fermeture de la Scala.

Ensuite, il vint nous aider à retaper notre maison à Vezenobres, avec toujours autant d’amitié et de fidélité. Puis il monta, place d’Italie, à Paris un restaurant de pizzas.Mais il continuait à fumer et à boire du café plus que de raison. Au début des années 80, nous avons appris sa mort et cela nous a profondément affectés!

*

Dédé n’était pas un artiste, il ne jouait de rien, mais son coeur, gros comme ça, l’a fait entrer dans la grande famille de la Scala! 

.  

 

Publié dans FITOUSSI André | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou