DELVOYE Roger

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 6 juin 2009

*

DELVOYE Roger

*

delvoyeroger19611.jpg

Le 01 06 2012: A notre heureuse surprise, voici ce que Denise a découvert sur internet, ce matin même!

DELVOYE Roger dans DELVOYE Roger DELVOYE-Roger-Hommage-de-Noel-CONRUYT1

Voici ce que j’ai écrit à Monsieur Noel CONRUYT

DELVOYE-Roger-Email-Jacky-à-Noel-CONRUYT dans DELVOYE Roger

Voici la réponse immédiate de Monsieur CONRUYT:

DELVOYE-Roger-Hommage-de-Noel-CONRUYT-1

DELVOYE-Roger-Hommage-de-Noel-CONRUYT-21

Qu’ajouter à cela?

Que nous éprouvons, Denise, probablement les Amis qui l’ont fréquenté et moi-même, une immense joie, doublée d’une grande fierté! Car nous, qui connaissions intimement Roger, savions que sous des dehors qui paraissaient parfois un peu simplistes, en autodidacte passionné qu’il était et ayant commencé sur le tard, il avait réussi à rattraper le temps que d’autres « privilégiés » avaient normalement passé à suivre des études dites « normales! 

Passionné, mais aussi romantique, il avait « par miracle », diront certains, réussi à embrasser cet Art difficile qu’est la Musique et à dompter l’instrument-guitare avec une patience et une pugnacité que nous avons toujoujours admirées à la Scala! 

Au fond, ce que nous apprend Noel CONRUYT, ne nous étonne pas! Mais il confirme la perception que nous avions déjà de Roger: un personnage qui cachait bien son jeu.

Excepté quant c’était celui de sa guitare!

*

———————————————————————————————————————-

(A la suite de ce bel hommage, Je ne retire pas un mot sur ce que j’ai écrit précédemment sur Roger )

*

D’aucuns  sur internet ce matin-même diront :« Encore un personnage exceptionnel! »

Eh oui, chacun l’était à sa façon. Pour Roger, qu’on en juge: venu de son Maroc natal, il s’était vieilli, en falsifiant sa carte d’identité, pour être enrôlé dans les Armées américaines et canadiennes qui débarquèrent  en Sicile sous le commandement d’Eisenhower, lors de la deuxième guerre mondiale! Une légende tenace courut longtemps à la Scala, sur le fait qu’il aurait  participé au,  »tour du Maroc », à vélo! Mais lui ne parla jamais de ces deux « exploits »! 

Quelques années plus tard, il s’était retrouvé à Paris oû, ne sachant trop quoi faire, sans diplôme et sans spécialité, il s’était acheté une guitare. C’est à ce moment là, dès l’année soixante qu’il « débarqua » (une deuxième fois, si j’ose dire) à la Scala! Il fut, donc, un des tous premiers habitués! Autodidacte en diable et têtu comme une mule, il s’ acharna à apprendre le classique sur la fameuse guitare, qu’il traînait toujours avec lui, en picorant à droite et à gauche, au moyen de méthodes de fortune ou en regardant les doigté de guitaristes plus expérimentés que lui! Le plus extraordinaire, c’est qu’à force de volonté, il se constitua un répertoire, composé (si je peux dire) de compositeurs espagnols, tels que SOR, TARREGA, CARCASSI….Alors, il décida de devenir professeur de guitare et me demanda s’il pouvait disposer de la cave pour donner ses cours. Bien sûr, j’acceptai. Ce modeste lieu lui servit, aussi, de chambre à coucher, quand il était à court d’argent, Et, miracle,  grâce à sa tenacité et sa patience, il fit partie des concertistes de l’ Académie de guitare et fut vite adopté par le directeur Gilbert IMBAR et les guitaristes du lieu. Il en était très fier. Mais, modeste, il répétait souvent « Poh poh, on fait ça qu’on peut avec ça qu’on a! »

A la Scala, il jouait, jouait, jouait, à s’en faire « péter » les doigts!

Doté d’un redoutable accent pied noir, il avait, malgré sa très grande gentillesse, des théories assez  machos, notamment sur le sexe féminin, dans le style « Poh poh, les femmes, elles doivent rester à la maison, pour pas qu’elles aient des tentations  avec les autres hommes! »  Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir une cour de donzelles assez considérable.

Pendant plusieurs années, la Scala fut sa maison, sa famille. Il était toujours là pour donner un coup de main, pour servir au bar, pour bricoler, voire pour nous défendre contre d’éventuels intrus! 

Mais Roger avait un mal de vivre que l’on ne décelait pas forcément. Il eut plusieurs tentatives de suicide dont il ressortait à chaque fois apparemment indemne, en recommençant de plus belle, ses papillonnages auprès des dites donzelles!

Puis un jour, contre toute attente, il prit femme, Evelyne SENS, une habituée de la Scala? Je ne m’en souviens plus! Ils eurent un enfant, du nom de Samuel, à qui, bien entendu, il imposa, très tôt, l’apprentissage de la guitare! (Voir photo!)

C’était du Roger tout craché!

samuelfilsderoger.jpg

Samuel, fils de Roger et Evelyne 

On ne revit plus Roger à la Scala et on apprit son décès quelques années après! 

Oui, Roro, à sa façon, était un personnage exceptionnel! Il a laissé dans notre coeur un sacré souvenir et c’est bon de le faire un peu revivre auprès de ceux qui l’ont connu et aimé !          

Publié dans DELVOYE Roger | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou