COIMBRA (les étudiants de)

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 2 mars 2012

COIMBRA (les étudiants de)

Toues les photos se cet article ont été supprimées

Comment ne pas se souvenir et ne pas parler de la présence à la Scala des étudiants de COIMBRA? Elle se produisit un beau soir de 1963 (ou 1964?). Soudain, une dizaine de jeunes garçons fit une irruption remarquée. Je ne me souviens pas comment ils étaient arrivés là ou qui les avaient amenés! Ils étaient vêtus d’une grande cape noire qui traînait jusqu’à leurs pieds et chacun tenait une guitare dans ses mains. Sans prévenir, ils se mirent à jouer et ce fut un enchantement. Que dis je, un éblouissement! Car c’était de merveilleux musiciens et chanteurs. Nous sûmes après coup, qu’ils interprétaient des chants traditionnels d’étudiants de l’Université de COIMBRA, au PORTUGAL et appelés justement « fados de COIMBRA ». Ce qui n’avait rien à voir avec les fados d’Amalia RODRIGUES, chanteuse, à l’époque très populaire et qui chantait plutôt les malheurs et les douleurs du « petit » peuple. Autant le chant d’AMALIA était triste et désespéré, autant celui des étudiants de COIMBRA était joyeux et festif! Les garçons nous apprirent que ce chant, spécifiquement estudiatin, s’appelait « tuna » et faisait l’objet de nombreuses fêtes, au cours de l’année, dans la cité de COIMBRA. Chaque discipline de l’Université donnait lieu à arborer une couleur différente. pour chacune d’elle, par exemple, violet, pour la faculté de pharmacie etc.. Touchante coutume: chez certains étudiants, le bas de la cape était passablement raccourci! Il nous fut expliqué, qu’à chaque fois qu’une conquête féminine se présentait, on coupait un morceau du bas de la cape! Inutile d’expliquer le sens du symbole de cette amusante et un peu sexiste pratique! (Tiens, cela me fait penser qu’il n’y avait aucune fille dans ce lot de garçons! Il parait que cela aurait changé depuis?) Chose extraordinaire, cette visite impromptue des étudiants de COIMBRA nous donna l’heureuse occasion, par la suite, de recevoir d’autres étudiants (car ils s’étaient donnés le mot), toujours aussi joyeux, talentueux et heureux de vivre! Et cela devint, à la Scala, presque une tradition qui dura plusieurs années! Ce fut, chaque fois, un grand honneur et une immense joie de les recevoir. Je suis sûr que pas mal d’habitués s’en souviennent encore!

COIMBRA (les étudiants de)  dans COIMBRA (les étudiants de) COIMBRA-guitare1

Qu’il me soit permis de rappeler, une fois de plus, s’il en était besoin, que l’internationalité musicale fut souvent de mise à la Scala! Même si la guitare en fut, souvent, le point commun!

 *

Publié dans COIMBRA (les étudiants de) | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou