COGAN Henri

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 3 octobre 2009

*

COGAN Henri

*

coganhenri19671.jpg

Henri est apparu à la Scala en janvier 1968 . La raison? Sa fille Dany COGAN, dont nous parlerons, par ailleurs,  jouait dans une pièce de Christian NOHEL. Papa venait applaudir tous les soirs, ou presque, le talent naissant de son « rejeton » (on dit comme ça, pour une fille?) Par la suite, il devint un habitué jusquà la fin, en 1975! 

Il était, depuis longtemps, une figure mythique du sport et du cinéma. Excellent catcheur, il avait battu dans une finale de championnat, un certain…..Lino VENTURA, à qui il avait, dans l’ardeur du combat, cassé la jambe, obligeant ce dernier, dont l’avenir pugilistique était fortement compromis,  à devenir une vedette de cinéma!!

cogan.jpg

C’est ainsi qu’Henri, lui-même, devint le grand spécialiste des cascades cinématographiques, en jouant, en plus, des rôles toujours attachants. Il a tourné avec les plus grands réalisateurs français et le nombre de ses films est colossal! Ce n’est pas le but, ici de les citer. Juste un pour la route: « Les tontons flingueurs« .Une référence!

A La Scala, nous avions  des relations amicales et amusantes, car Henri était un farceur-né, doublé d’une grande gentillesse. Dans les années soixante dix, on s’était retrouvés, en compagnie de Maurice FANON, dans le midi et Henri, pour rigoler, m’avait suggéré de participer à un concours de chant de village plutôt ringard. (Pas le village, mais le « concours »!!) Je m’étais donc exécuté. Le « jury », nous voyant venir,  m’avait octroyé un douxième prix, et , en « récompense », m’avait offert un litron de bière chaude et un peigne! Le lendemain, Henri, hilare, me tendait un énorme cactus qu’il avait acheté chez le fleuriste du coin!!!

 *

coganhenri.jpeg

Bien des années après, début  2000, j’ai su par Sylvie, ma fille et Bertrand, mon beau fils, qu’ Henri  habitait Boulogne Billancourt. On le voyait, tous les matins en survêtement, à presque 90 ans et toujours « baraqué », s’entraîner au Bois de Boulogne! Au cours de nos rares périgrinations parisiennes, j’ai essayé de le rencontrer, mais en vain. Nous avons  appris, par la suite, qu’il était décédé en 2003!!

J’aurais tellement aimé qu’Henri puisse  faire un témoignage dont je suis sùr qu’il aurait marqué le personnage que nous avons si bien apprécié au cours des années Scala. Reste le puissant souvenir d’un homme à la fois simple et exceptionnel, car il ne parlait jamais de sa carrière. Et, je me répète, d’une gentillesse!!!

PS. J’espère bientôt rencontrer sa fille Dany, parler d’elle, bien sùr, mais aussi en savoir un peu plus sur les dernières années de son papa Henri.

   

Publié dans COGAN Henri | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou