CARRERE Philippe et Sabine.

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 14 septembre 2012

*

CARRERE Philippe 

CARREREPhilippe portrait

*

(Voir (absolument) en bas de la page, le magnifique témoignage de Philippe CARRERE, sur ses « années Scala ».

*

Les quelques couples qui fréquentèrent la Scala (attention, je parle de ceux qui s’étaient passés officiellement la bague au doigt, devant monsieur le maire), eurent droit, à la Scala, à un statut que je qualifierai de particulier. D’abord, à une ou deux exceptions près, on ne les voyait jamais l’un sans l’autre. Ce qui inspirait le respect forcé et un peu hypocrite de la part de l’écrasante majorité des habitués-célibataires pas forcément endurcis, mais qui voyaient d’un mauvais oeil leur champ de drague réduit, même si ça ne représentait pas un grand nombre de manque à draguer! Il est évident de dire que tous les célibataires qui passèrent à la Scala, n’eurent  heureusement pas le même comportement désastreux.

Pour revenir aux couples, voici quelques exemples scalaesques de gens mariés bien dans leur peau (ou presque!): pour Hubert SERVAT et Pierra, ce fut de la dynamite et du théâtre en permanence. Pour Jo et Fabienne ICHTCHENKO, c’était l’amitié désintéressée et une aide efficace pendant le café-théâtre. Pour Guy LARRAS et madame, ça vivait béatement de folklore et de bohême,  jusqu’au délire! Pour Patrick et Muriel LACHAUD, c’était l’ amour torride, façon  « garçon coiffeur ». Pour Pedro et Jacqueline AZIM, c’était le couple « artistico-intello rive gauche », sur fond de laïcité. Pour Edmond PRINCE et sa moitié, si j’ose dire, c’était le top du sexe toute l’année. Quant à Robert et Jacqueline SERPOLLET, ils furent inclassables, tant ils se fondirent naturellement dans la grande (?) famille de la Scala!

Philippe et Sabine CARRERE arrivèrent à la Scala, avec une discrétion qui dura pendant plusieurs années. Ils s’asseyaient discrètement à une table libre, quand il y en avait une ou sur les tabourets du comptoir. Ou bien, quand ils ne trouvaient pas de place, ils restaient debout, face au dit comptoir et à Denise et moi-même, apparamment heureux de converser de tout et de rien avec nous. Il ne leur serait jamais venu à l’idée qu’ils pourraient s’inviter simplement à une table, souvent occupée par des gens qu’ils connaissaient suffisamment! En fait, nous nous aperçumes très vite qu’ils avaient quelque mal à s’harmoniser avec les habitués, qui avaient fini par presque oublier ce couple trop discret! Non pas que Philippe et Sabine fussent tant soit peu bêcheurs ou méprisants, mais, cette fameuse « discrétion » les empêcha toujoure de se mettre en avant, comme le faisaient la plupart des habitués qui n’avaient pas ce genre de scrupule. Philippe était pourtant un grand garçon, pas mal de sa personne, plutôt sympathique. Il était photographe de profession, métier qui demande, pourtant, de l’autorité et une certaine hardiesse de décisions. (Tiens, au fait, je suis à peu près sûr qu’il n’osa jamais prendre une photo à la Scala!) Quant à Sabine, sa discrétion nous priva de savoir ce qu’elle faisait comme boulot, en dehors de la Scala. Côté chanteurs-gratteurs, je ne me souviens pas que le couple ait jamais manifesté un quelconque intérêt, avis ou critique à leur égard. Pourtant, Philippe et Sabine étaient loin d’être incultes, sots ou insensibles à la musique et à l’art en général! Malgré sa discrétion, le couple manifesta, à plusieurs reprises, une certaine amicalité à notre égard. Mais cela n’alla jamais plus loin! Puis, un jour, sans crier gare, mais avec discrétion, le couple s’en alla vivre du côté de Grenoble. Paradoxalement, nous ne les avions pas oubliés. Au point qu’après la fermeture de la Scala, nous eûmes la curiosité de savoir ce qu’ils étaient devenus. Nous apprîmes qu’ils avaient divorcé!

En consultant internet, je suis tombé sur une quantité de « Philippe CARRERE ». En cherchant mieux, j’ai trouvé un Philippe CARRERE, photographe, domicilié à Marseille. Il réaliserait des photos pour fonds d’écran. Je n’en sais pas plus, mais restons discret!

Le 17 09 2015- Voici ce que nous recevons de Philippe!

CARREREPhilippe portrait2

CARRERE Philippe p 1CARRERE Philippe p 2CARRERE Philippe p 3CARRERE Philippe p 4CARRERE Philippe p 5

Publié dans CARRERE Philippe et Sabine | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou