BOUBILLE

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 février 2014

BOUBILLE

*

Pour une fois, je ne regrette pas de n’avoir ni prénom, ni photo à me mettre sous la dent! Cela à des fins de respecter le semi-anonymat d’un curieux personnage qui défraya, en un temps, la chronique scalaesque!

Nous n’avons jamais su grand chose sur le dénommé BOUBILLE, si ce n’est qu’il habitait le quartier, tout près de chez nous, dans la rue de Quatrefages. (C’est d’ailleurs Denise qui me l’a récemment rappelé). Cette modeste et petite rue m’impressionnait pour plusieurs raisons. D’abord, parce qu’elle tombait, si j’ose dire, perpendiculairement dans la rue Lacépède, juste devant la façade de la Scala. Du comptoir, où je vaquais à mes occupations habituelles, je pouvais voir le bout de cette rue, où se trouvaient la Post-cure et la Mosquée de Paris, qui nous fournissaient déjà, en ce début des années soixante, une bonne partie de notre « clientèle »! Ensuite, parce qu’elle évoquait des noms de grands naturalistes, comme Linné ou Lacépède, etc.. N’oublions pas que la Scala se trouvait (et c’est toujours le cas, même si, depuis, elle a changé de nom et de raison sociale) à 50-60 mètres du Jardin des Plantes!

BOUBILLE jardin des plantes

Ensuite, parce ce que, de mon poste, je pouvais voir et entendre les étudiants de la Post-cure qui arrivaient, par petits groupes, à la Scala en caquetant plus ou moins joyeusement, malgré leur statut de convalescents surveillés, ainsi que les musulmans qui sortaient de la Mosquée pour venir s’encanailler, d’abord chez Pâris ZURINI, nouvellement installé à l’Inca et ensuite chez nous! Enfin, parce que nous empruntions assez souvent cette rue, pour aller, en coup de vent, écouter un copain-chanteur qui passait à la Vieille Grille, tout près de chez nous et dirigée de main de Maître par l’ami Maurice ALEZRA.  

BOUBILLE était un garçon tout en rondeur, plutôt jovial et volubile. Je suppose qu’il a rappliqué à la Scala parce qu’il n’avait que quelques mètres à franchir. Je ne vois pa d’autres raisons. Dès son arrivée, il ne parla que de projets plus ou moins nébuleux, sans que l’on sache, à aucun moment, ce qu’il faisait exactement dans la vie. Je dois dire tout de suite qu’il ne s’éternisa pas longtemps à la Scala, ayant compris très vite (du moins, c’est ce que nous croyions sur le moment) que ses projets mirobolants n’impressionnaient personne! Les habitués le considéraient, à juste titre et sans méchanceté, comme un personnage un peu jobard! Mais cela n’allait pas plus loin qu’une indifférence amusée! Un soir BOUBILLE nous annonça triomphalement qu’il avait loué un piano! C’était d’autant plus surprenant, qu’il n’avait rien d’un concertiste ou même d’un accompagnateur d’artiste. Il nous avait avoué lui même, qu’il n’était pas attiré par la musique. Ce qui, à la Scala, pouvait passer pour un sacrilège! Bref, quelques temps après, des gens sont venus me trouver, me disant qu’ils habitaient le quartier et que leur fils (ou leur fille), étudiants à la Faculté de Jussieu, avaient été escroqués par un certain  BOUBILLE! Ils me menacèrent de faire appel à la justice si je ne les remboursais pas sur le champ! Je tombai des nues! J’appris par eux que BOUBILLE avait arnaqué leurs rejetons en se faisant passer pour un président d’association! Et, qu’à ce titre, il les avait soulagés de quelque argent, sous le prétexte de les inscrire à des activités bidon. Lesquelles? Personne ne sut le dire. Le comble, c’est que cette arnaque avait été commise sous notre nez, au sein même de la Scala et cela, sans qu’on s’en aperçoive! Je compris mieux les menaces de ces braves gens! Je leur dit que nous n’y étions pour rien et qu’ils devaient s’adresser à monsieur BOUBILLE! Ils me répondirent qu’il était introuvable! Après quelques palabres, nous réussîmes à les convaincre de notre bonne foiEt tout rentra dans l’ordre. Quant à BOUBILLE, il avait disparu à jamais, en emportant avec lui le mystère du piano loué!

Moralité (relative): Denise et moi-même trouvons que cette anecdote tragi-comique, heureusement minoritaire et sans conséquence extrême dans l’histoire en dent de scie de la Scala, est plutôt amusante.

Allez, BOUBILLE, sans rancune! 


 

             

Publié dans BOUBILLE | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou