LENGEN Bernard

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 6 octobre 2008

*

 LENGEN Bernard

 *

Les frères LENGEN, c’était quelque chose dans l’amitié! Le plus âgé, Philippe,  était le plus « éffacé ».  Mais ne nous y trompons pas, il a laissé, à sa façon, une marque non négligeable à la Scala ! Quant à Bernard, il y chantait (souvent ).Ce qui pourrait faire penser qu’il était plus en « avant » que son frère. Mais il n’en était rien!

lls avaient toutefois deux points communs: ils étaient infiniment  sympathiques et ils faisaient, l’un et l’autre, de la plongée sous-marine!

Et même sous l’eau, aux quatre coins du monde et de longues années après, ils sont toujours restés fidèles à la Scala!

*

bernardlengenetsylvie19622.jpg

Bernard LENGEN 

et Sylvie, notre première fille, en 62

*

A la Scala!!

En septembre 1960, je n’avais pas encore dix huit ans et un soir, en passant la porte de la Scala, je n’imaginais pas le bouleversement que cet endroit allait entraîner, dans ma jeune vie.

 C’était encore le début, mais le style était là, Jacky et Denise officiaient, avec la gentillesse et l’intelligence qui les caractérisaient. Jacky chantait son répertoire.

 Rapidement, l’endroit est devenu le temple de la guitare classique, jazz, manouche, russe, flamenco…! Les plus grands guitaristes venaient prendre un verre et, à la demande générale, acceptaient souvent de « jouer un petit air ». Les joueurs d’échecs, de haut niveau, y vivaient, en parallèle, leur passion et je regardais avec intérêt ce monde qui, peu à peu, me transformait!

J’aimais le contact de ces poètes, de ces musiciens, de ces chanteurs, mais aussi des gens un peu à la marge, voyageurs, aventuriers et même plongeurs sous marins, qui hantaient le lieu.

 La chanson me plaisait, et, encouragé par Jacky et Denise, j’ai chanté à la Scala, en m’inspirant de tous ces professionnels, qui, après leurs passages en cabaret, venaient y finir la soirée.

Quelle ambiance!Jacky, toujours sur la brêche, faisait hurler de rire le public, avec ses jeux de mots célèbres. Denise avait toujours les mots justes et les bons conseils à prodiguer à tous. Je ne pense pas, qu’à Paris, à l’époque, ait existé un endroit pareil!! On y passait des soirées merveilleuses, pour le prix normal d’un demi ou d’un café!

C’était, aussi, une grande famille, je pense à Pâris ZURINI, l’ami de toujours, grand joueur d’échecs, qui a ouvert, plus tard, « l’Inca », restaurant végétarien, situé juste à côté de la Scala. je pense, aussi, au « beauf » et à Huguette et, bien sûr, à Manou et à Gabriel, à Roger DELVOYE, le guitariste taciturne et grand tombeur de filles, à Dédé FITOUSSI, à Robert GRETCH et à beaucoup d’autres, dont j’ai oublié les noms. Et puis des personnages comme Vitold, ou Charlie Vittman, le « peintre maudit ».

                                          

         fitoussiandr.jpg                               

                                                                Dédé FITOUSSI un ami fidèle

A la Scala, j’ai partagé, avec Bernard LAVILLIERS, une réelle passion pour Léo Ferré. Cest à cette occasion que nous avons sympathisé. Nous avons eu, aussi, l’occasion de chanter, au cours d’un spectacle, dans la cave de la Scala.                               

     

  lesdeuxbernard.jpg

                                                Les deux Bernard: LENGEN, LAVILLIERS  à la Scala, en 1967           

Paradoxalement, c’est dans ce monde d’artistes, que j’ai trouvé des amis passionnés, comme moi, d’aventures, de plongées, de bateaux à voiles et d’un baptême de plongée à la piscine de la rue de Pontoise. Je suis rapidement passé à la plongée professionnelle, j’ai donc du quitter Paris, au cours de l’ année 71, pour m’installer à Marseille. Une nouvelle vie commençait, au début, comme scaphandrier, puis comme pilote de sous marin, enfin comme navigateur.

De ces onze ans passés dans l’envoûtement de la Scala, Jacky et Denise tiennent une place essentielle, qui a profondément marqué ma vie et dans ces temps tourmentés, je souhaite à tous les jeunes, de trouver, un jour, leur « Scala »!

                                                                                         Amicalement,

Bernard LENGEN.    

*

     Cher Bernard, tu oublies de dire que tu chantais avec beaucoup de sensibilité et que, à tout « public »confondu, tu plaisais énormément, surtout en interprétant FERRE, Pierre LOUCAS, Félix LECLERC et autres auteurs talentueux, bien en phase avec l’esprit du « quartier »!

Même si tu te considérais comme un « amateur », à nos yeux et surtout nos oreilles, tu as fait partie des « artistes » marquants de la Scala! 

Publié dans LENGEN Bernard | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou