BARGIARELLI Madame

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 10 avril 2013

 

BARGIARELLI Madame

*

BARGIARELLI Madame dans BARGIARELLI Madame madame-bargiarelli1-250x300*

Je ne sais pas si ce dessin représente fidèlement le physique de madame BARGIARELLI, (je n’ai jamais su son prénom), mais c’est ainsi que je la vois aujourd’hui!

Elle s’est présentée un après midi, tout au début de l’ouverture de la Scala, à un moment où je considérais notre avenir comme passablement incertain! Apparemment plus âgée que nous, elle était plutôt « rondouillarde », sans pour autant manquer d’un certain charme, que je qualifierais de bourgeois. Elle contrastait avec les quelques soulards, anciens clients de notre vendeuse, qui s’accrochaient encore et qui « regrettaient déjà le temps de madame Germaine, où on jouait le tiercé, où on pouvait boire un p’tit blanc limé, sans qu’on vous demande ce que c’est et comment ça se prépare! Un  temps béni où les trois Raymond (sic) venaient déposer sur le comptoir des quartiers de viande, pour les revendre à la sauvette aux gens du quartier »! Sans les mépriser, je trouvais ces gens déprimants et leurs coutumes illicites et souhaitais ardemment  que les choses changent. Justement, madame BARGIARELLI m’apportait un vague espoir que je comptais bien exploiter, sans trop savoir comment! Malheureusement, je m’aperçus très vite qu’elle buvait comme un trou, même si c’était avec distinction! Elle ingurgitait n’importe quelle,mixture, à condition que ce soit alcoolisé! Pour la satisfaire, je raclais les fonds de tiroir que m’avait légués madame Germaine, « because la monnaie y grec manquait », comme dirait Manout ZURINI! Pour cette raison, nous n’avions pas encore le loisir d’être approvisionnés correctement en boissons diverses!

La dame nous laissa néanmoins  une appréciable somme d’argent, pendant le peu de temps qu’elle fréquenta la Scala. Ce qui me fit lâchement oublier l’envie et la possibilité de la « virer »! Car, au fond de moi, j’éprouvais déjà une certaine détestation pour tous les excès dus à l’alcool! Ce relâchement moral et circonstanciel a longtemps agité mes nuits d’un complexe de culpabilité!

Madame BARGIARELLI  était accompagnée d’un chien qui ne cessait d’aboyer et que, dans son ébriété, elle essayait de calmer, en aboyant elle même des « tcha tcha tcha » tonitruants, dont je ne comprenais pas le sens mais que l’on pouvait entendre de la place de la Contrescarpe! « Madame TCHA TCHA TCHA »! C‘est ainsi que, très vite,  je la surnommai! Il arrivait, parfois, que la dame, se laisse aller à quelque conversation qui attestait d’une culture loin d’être stérile ou absente! Mais cela ne durait jamais! Madame « TCHA TCHA TCHA » habitait le quartier. Elle rencontra à la Scala,, un peu plus tard, la famille PREVOST, Bibi, Danielle, Françoise, Martine, ainsi que le dénommé BAMBINO (voir à ces noms), qu’elle connaissait, car ils habitaient aussi le quartier! La brave dame  considéra, peut être, que le terrain n’était plus favorable à son standing local et à sa libre consommation d’alcool! A partir de ce moment là, on ne la revit plus à la Scala!

J’ai un peu hésité à la publier, peut être pour cacher cet épisode non valorisant pour moi! Mais comme je m’octroie  la prescription sur ces faits du passé, aujourd’hui  j’ai un plaisir amusé à  évoquer Madame « TCHA TCHA TCHA », qui a marqué, à sa façon, la Scala!

 

 *

Publié dans BARGIARELLI Madame | Pas de Commentaire »

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou