ALSACIEN joueur d’échecs

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 28 avril 2014

 

ALSACIEN joueur d’échecs

 

Alsacien joueur d'échecs 2 

Avec la chanson, la musique, la guitare et les mariages, le jeu d’échecs fut une spécialité très prisée à la Scala. Cela commença, je ne sais trop comment, peut-être bien, grâce à Robert HANNA, qu’on connaissait déjà comme un bon joueur de cette discipline plutôt ardue et mystérieuse, du moins pour ceux qui ne la pratiquaient pas! En ce début des années soixante, Robert était déjà « classé ». (En première série, je crois). Ce qui suscitait, d’ailleurs, une certaine admiration de la part des autres habitués. Robert portait sur lui en permanence un petit échiquier sur lequel il s’exerçait, assis sur le coin d’une table. Un soir, quelqu’un (peut-être Pâris ZURINI, ou Vitold TYROVITCH) lui proposa de faire une partie. De fil en aiguille, Claude ELOIdit le « beauf », frère de Denise, Henri de LAUZENGHEIN, Chloé CHARBONNIER, Michel SADANOWSKI et quelques autres, se piquèrent, si j’ose dire, au jeu… Inutile de dire que la plupart fut immédiatement écrasée par le jeu dévastateur de Robert! Excepté, peut-être « le beauf » et Henri.

Bref, voila comment, en gros, s’écrivit l’histoire des « pousseurs de bois » de la Scala! Curieusement, ces derniers prirent l’habitude d’occuper les mêmes tables, placées au milieu de la Scala, sous un tableau peint par Robert MÉRÉDIEU. Et ce, pendant des années! Ça permettait à chacun d’avoir son « coin », sans se gêner mutuellement, les gratteurs et chanteurs occupant le fond de la salle, où sera érigée, un peu plus tard, une vrai scène! Il n’était pas rare de voir des musicos s’intéresser à une partie d’échecs acharnée comme de voir un joueur, en pleine partie, s’arrêter pour écouter un air de guitare!

Sur ces entrefaites, un drôle de bonhomme fit, un soir, une discrète apparition. Mince, le corps taillé en coups de serpe, les cheveux blonds et le visage émacié, il repéra très vite le coin des échecs, s’y installa, non moins discrètement, pour ne plus jamais le quitter! Il parlait rarement et quand il le faisait, c’était avec un très fort accent alsacien. Côté échecs, il se révéla un honnête « pousseur de bois » Il joua souvent avec Vitold. Ce qui occasionna parfois des échanges verbaux d’anthologie!  

TYROVITCH vitold pour alsacien

Vitold n’aimait pas perdre et quand c’était le cas, il se mettait ostensiblement à somnoler, ce qui désolait l’alsacien qui venait (toujours aussi discrètement) se plaindre à moi! Il est à remarquer que les plus âgés, Pâris, Vitold et quelques autres, étaient souvent les plus mauvais perdants. Ce qui amusait la galerie!

J’eus alors l’idée d’organiser des tournois d’échecs, ce qui renforça l’intérêt des passionnés de ce jeu.

tournois d'échecs 2

Quelques habitués de « Chez Adèle » vinrent y participer. Bien entendu, je refusai catégoriquement l’enjeu de l’argent, ce qui fut unanimement admis! Seul le plaisir de jouer comptait!

« L’alsacien », dont je n’eus jamais la curiosité de savoir nom et prénom, a, malgré cela, sa place parmi les personnages marquants de la Scala. Comme quoi, il n’y avait pas obligation d’être artiste pour être « reconnu », surtout tant d’années après!     

Publié dans ALSACIEN joueur d'échecs | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou