• Accueil
  • > Archives pour janvier 2015

VOILLOT Christiane

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 26 janvier 2015

VOILLOT Christiane

*

VOILLOT Christiane

Notre excellent et fidèle ami Gabriel ZURINI (voir ce nom) a écrit dans ce blog: « Qui se souvient de Christiane VOILLOT? Elle avait été amenée par Bénito MERLINO. (Voir ce nom). Elle était professeur d’éducation physique. Elle n’était pas grande mais elle était plutôt « canon!… »

Je m’en souviens parfaitement, mon cher Gabriel! Canon, peut-être, petite, pas vraiment! Tu étais si grand (tu l’es toujours), que tu trouvais les autres petits!  Christiane me fait penser que l’ami Bénito fut, quand même, un sacré Don Juan! Je peux dire cela aujourd’hui, car il y a prescription! Au début des années soixante, Christiane a rappliqué à la Scala surtout pour lui! En revanche, je me souviens qu’avec elle, nous avons souvent parlé de….sport. Eh, oui, je rappelle, qu’à la Scala, nous faisions aussi du sport! Football, course à pied, vélo! Mens sana in corporé sana, comme disaient les grecs en latin! (J’espère l’avoir écrit correctement!) Christiane aimait aussi les artistes et parlait facilement avec ceux qui ne l’étaient pas! Elle possédait donc tous les atouts pour devenir une habituée à part entière et le rester longtemps. Ce qu’elle ne fit pas, hélas!

Bénito, lui, revint souvent, mais, à ma connaissance, ne reparla jamais du « petit canon »!

Néanmoins, on ne l’a pas oubliée.

La preuve!

 

  *

Publié dans VOILLOT Christiane | Commentaires fermés

WILHELM

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 22 janvier 2015

*

WILHELM

*

Wilhelm unr

J’avoue avoir une certaine difficulté, teintée d’amusement, à parler de WILHELM, dont j’ai, d’ailleurs, oublié le nom de famille! 

WILHELM, venu dans les premières années de la Scala, était un beau garçon poli et plutôt sympathique. Excepté quand il parlait de politique. C’est-à-dire toujours! Quelque soit le sujet de conversation,  il s’arrangeait pour placer son éternel petit couplet de propagande politique et patriotique! En expliquant que, pour lui, la panacée, c’était l’U.N.R., parti pour lequel il militait!  C’est pour cela que je l’avais surnommé « l’U.N.R. de service! (Rien à voir avec le sigle ci dessus!) Sans être apparemment ni de gauche ni de droite ni du centre, une minorité d’habitués avait bien tenté de le raisonner. Mais rien n’y faisait. Les autres  ne trouvaient rien de mieux que de s’esclaffer bruyamment pour répondre aux saillies musclées du sieur! Au point que WILHELM, vexé et furieux, partait en claquant la porte! Puis il revenait, le lendemain, en replaçant  ses mêmes petits couplets propagandistes, comme si de rien n’était!

Il était déjà arrivé, qu’à la  à la Scala, on parle (un peu) de politique. Je pense à FRANTZ, « l’intello communiste », MARCELITO et sa « réforme agraire », Hubert SERVAT, et ses fameux « coups de poing », ainsi que Pierre YVONNET (voir ces noms). Entre deux airs de guitare, cela mettait un peu de piment dans la douce ambiance du lieu. Disons que WILHELM en rajoutait plus que les autres! De toute façon, cela resta toujours minoritaire à la Scala! Ce qui ne veut pas dire, que que le civisme républicain en fut absent! 

Après tout, cela attestait aussi de la diversité de l’esprit des membres d’une même famille!

Alors, Bienvenue au club,WILHELM!

 *


Publié dans WILHELM | Commentaires fermés

XEVORON Colette

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 15 janvier 2015

*

XEVORON Colette

*

Colette est venue à la Scala en 1964, la pire année (du moins, une partie de cette année), emplie d’injustes tracasseries administratives! Colette eut le double mérite à fréquenter la Scala, par le fait qu’elle habitait la Garenne, ce qui n’était pas la porte à côté, mais aussi qu’ elle signa la fameuse pétition qui nous remit, si je peux dire, sur les rails de la sérénité! Pétition dont nous avons déjà parlé, par ailleurs. Cela renforce la sympathie que nous avons gardée de Colette. À l’époque, elle était toute jeune et exerçait la profession de comptable. Preuve qu’on pouvait compter sur elle! Je pence qu’elle aimait bien les artistes, tels que les chanteurs Maurice DULACJohny RECH, Robert NYEL, Jacques SAMMY, Françoise MARQUET, et Philippe GILLES (qui furent mes partenaires), les flamincos, Pépé TOVAR, José EL CHATO, EL TORO, Antonio FENOY, José RENATO, les interprètes de guitare classique tels que Ramon CUETO, Roger DELVOYE, José Maria SIERRA, Kleber BESSON, BETHO d’AVEZAC, DOMENECH de CELLES, Jean François MASSON, les fous de jazz manouche, Alex ELMALEH, Claude ROUSSEAU, PAULO le ferrailleur, BABICK REIHNARDT, BOULOU, les virtuoses du manche, Robert GRETCH, Claude PRECHAC et j’en oublie! 

Artistes pionniers et inoubliables des débuts, que je tiens encore à citer, tant ils furent importants pour l’avenir de la Scala!

Colette, comme beaucoup d’autres « habitués », en profita et vint à la Scala aussi pour eux! Il ne reste plus que d’avoir la chance qu’elle tombe sur le blog ou de la contacter, pour que nous puissions partager quelques propos sur eux et sur d’autres souvenirs marquants de cette époque encore tâtonnante ! 

Publié dans XEVORON Colette | Commentaires fermés

GODREUIL « Félicie »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 10 janvier 2015

*

GODREUIL « Félicie »

WEILER Anne Marie  et la mére de Jacques GODREUIL

Avec Anne Marie WEILER

GODREUILL Félicie

*

Moi non plus je ne me souviens pas du vrai prénom de cette petite dame charmante, vive et « nerveuse », comme le dit Anne Marie WEILER (voir son nom). « Félicie » habitait 1 bis rue Lacépède, avec son fils, en face de la Scala. Elle venait de temps en temps, l’après midi, boire un café, avant d’aller bosser. c’est dire qu’elle fit, comme « Béru », partie de la grande famille de la Scala! Elle « couvait » littéralement son fils, au point de me demander souvent:

 » où est mon fils? »

alors qu’il était à son boulot tout simplement! (On était l’après midi!)

Malgré son âge plus avancé que le gros des habitués, « Félicie » aimait bien la Scala et venait parfois le soir, ce qui n’avait pas l’heur de plaire plus que cela à son grand garçon de fils. D’autant plus qu’il déconnait ferme, avec la bande à BELTOISE, Manou-ZURINI et consorts! Elle prenait alors un petit air offensé auquel personne ne croyait! Et lui continuait de plus belle. 

Malgré son air un peu sévère, probablement dû à sa profession, « Félicie », mère de « Béru », reste un un personnage attachant que nous avons grand plaisir à faire revivre aujourd’hui! 

 

Publié dans GODREUIL "Félicie" | Commentaires fermés

GOTAINER Richard

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 7 janvier 2015

GOTAINER Richard

GOTAINER Richard

*

Quelques visiteurs indulgents m’ont parfois fait part de leur étonnement teinté d’admiration concernant ma prétendue mémoire. Je suis loin de partager cet avis! Je veux bien une mémoire « sensitive « , c’est à dire du coeur, des gens que j’ai aimés, appréciés ou admirés! Mais certainement pas une mémoire des noms, prénoms ou autres états civils. Je crois m’en être déjà expliqué par ailleurs. Cela m’est, parfois, préjudiciable. Je pense à une vingtaine ou trentaine de personnes mises en quarantaine forcée, que je ne peux publier faute de les identifier.

Le cas présent est un peu différent. Notre « ami de la Côte » Christian MARCANTETTI (voir à ce nom), m’a dit un jour: 

« Jacky, pourquoi n’as tu pas mis Richard GOTAINER sur le blog? »

Je lui ai répondu que, dans le cadre des souvenirs de la Scala, ce nom ne me disait rien. En revanche, que je connaissait, comme tout le monde, celui du chanteur-amuseur connu aujourd’hui sous le nom de Richard GOTAINER.

Christian a enfoncé le clou un peu plus:

« Ben quoi, Jacky, tu as perdu la mémoire! Avec Richard GOTAINER, vous passiez votre temps à jouer à qui trouverait le bon mot pour faire marrer l’assistance! »

Incroyablement, le prénom de Richard, m’est brusquement revenu!  C’était en 67-68! Le bougre me battait toujours à ce jeu, si j’ose dire, de mots! J’en étais parfois jaloux, voire irrité. Etait ce, dans mon subconscient, une mauvaise excuse pour justifier cet oubli regrettable?… Considérant, tout de même, qu’un « témoignage » venant d’un tiers, (surtout si c’est un ami cher), est plus important que venant de ma personne, je me décide à publier le sieur Richard GOTAINER avec beaucoup de plaisir et de fierté pour son appréciable parcours.

 

 

GOTAINER Richard 2

*

Note de la direction: je ne suis pas le « Jacky » indiqué ci-dessus! 

 

Publié dans GOTAINER Richard | Commentaires fermés

MASREVERY

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 4 janvier 2015

MASRÉVÉRY 

*

MASREVERY dents

*

Il fit partie des étudiants de la Faculté des Sciences de JUSSIEU, qui se trouvait (et se trouve encore) tout près de la Scala. La plupart des étudiants venait l’après midi entre deux cours pour boire un café ou flirter. MASRÉVÉRY lui, vint aussi le soir, car je lui avais promis une ambiance d’enfer (!). C’était un peu exagéré de ma part, car nous étions au début des années soixante, où, il faut bien le dire, « l’ambiance d’enfer » n’était pas encore au top! Pourtant, MASRÉVÉRY ne fut pas, semble-t-il, déçu! Il faut dire que nous permettions déjà à nos jeunes « clients » de la fac et d’ailleurs, de chanter et gratter la guitare de service qui, si j’ose dire, leur tendait les bras. Il y eut notamment un certain Michel DELGUÉ qui imitait presque à la perfection, Johny HALLYDAY, lequel était loin d’être une référence dans le quartier! Parmi les futurs grands habitués, il y avait déjà Johny RECH, Robert GRETCHRobert NYEL Alex ELMALEHClaude ROUSSEAU (voir ces noms) et quelques autres, dont moi-même! MASRÉVÉRY était devenu un fidèle auditeur de ces musiciens chanteurs! 

Quelques temps passèrent où on ne le revit pas à la Scala. Puis il débarqua un soir et nous apprîmes qu’il avait monté un cabinet de chirurgien dentiste! C’était l’explication de sa (relative) longue absence!

Ce qui suit n’est certes pas à mon avantage, mais ayant une entière confiance en nos sympathiques et fidèles visiteurs, je leur dois une vérité simple sur ce qui se passa. Ayant un petit problème de dent, je décidai de consulter MASRÉVÉRY. Ce qui fut fait et bien fait! Le hic c’est que, sur le moment, peut-être pris par la passion de mon boulot (!), j’oubliai, mais alors totalement, de régler la facture des soins! Et le brave MASRÉVÉRY se garda bien de me rappeler cet impardonnable oubli! Ce n’est que bien longtemps après, la Scala faisant partie du passé, que Denise, à la mémoire implacable, me rappela ou plutôt me réapprit cette cruelle et vexante anecdote que j’avais continué d’ occulter. Certes, la somme était modique, mais mon remords ne le fut point! Je tenais néanmoins à publier l’intéressé malgré ce handicap! Voila, c’est fait! Mais quand je pense encore que notre ami avait signé la pétition contre la fermeture administrative de la Scala, j’en ai le remords aux dents! 

Je garde tout de même l’espoir que MASRÉVÉRY, dont j’ai (aussi) oublié le prénom, se manifestera un jour, histoire de payer ma dette morale envers lui et, pourquoi pas, lui régler la facture de dent! Cela ne me fera pas une belle jambe mais me rendra le baume au coeur! 

 

Publié dans MASREVERY | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou