PONOMARENKO Oleg

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 14 mars 2014

PONOMARENKO Oleg

*

ponomarenko  oleg3

*

Quelle belle surprise! Sophie CABALLERO, une vieille amie de notre fille Sophie, devait avoir sept-huit ans quand la Scala battait son plein au milieu des années soixante. Pourtant, elle semble en avoir retenu un souvenir suffisamment grand pour qu’elle nous révèle, après  tant d’années, un attachement qui nous surprend. Elle vit actuellement aux Etats Unis, c’est peut-être pour cela qu’elle éprouve une certaine nostalgie. Mais ne boudons pas notre plaisir d’avoir ce mail:

ponomarenko  oleg texte Sophie Caballero Au delà de ce plaisir, et grâce à Sophie CABALLERO, resurgit le souvenir d’un beau garçon qui faisait partie de la « bande » à Marc de LOUTCHEK (voir absolument ce nom). Je dois dire qu’Oleg, jeune musicien russe, était, comme d’autres, un peu dans l’ombre du grand Marc, au talent musical, au charisme et à la beauté inégalés! Mais cela n’avait que peu d’importance, tant il régnait une réelle camaraderie au sein du groupe qui ne se démentit jamais! Autre plaisir, c’est de constater le beau parcours  musical d’Oleg PONOMARENKO. 

ponomarenko  oleg  texte

ponomarenko  oleg 2

C’est avec un plaisir et une fierté sincères que nous accueillons Oleg! Bien entendu, nous avons l’intention de le contacter le plus vite possible.. 

Publié dans PONOMARENKO Oleg | Commentaires fermés

KIBNIK Romain

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 10 mars 2014

KIBNIK Romain

*

Ceux qui me connaissent savent que je ne passe pas mon temps à éprouver des regrets. Surtout en ce qui concerne le passé! Pourtant, il y en a un qui me turlupine depuis quelques temps! C’est de ne pas avoir encore trouvé sur internet ou ailleurs, des infos concernant Romain KIBNIK! C’était un auteur compositeur interprète, un A.C.I, comme on dit dans le jargon du métier, qui a rappliqué au début des années soixante. Et je dois dire que je fus, comme beaucoup d’autres habitués, immédiatement séduit par son talent, sa modestie et sa gentillesse. Son style, son inspiration, ses textes et sa musique étaient conformes à ce qui se faisait de mieux, en ce temps là, dans le quartier. Il avait, pour moi, le même genre de talent pour la (bonne) chanson que possédait, par exemple, l’ami Gilbert HENNEVIC (voir ce nom), autre personnage qu nous appréciions beaucoup! Et ce n’est pas peu dire! En plus, Romain s’accompagnait remarquablement bien à la guitare où, là aussi, il fallait s’accrocher à la concurrence.

On aura compris que je fulmine, non seulement parce que Romain KIBNIK semble ne pas avoir « percé », (puisque, apparemment je n’ai rien trouvé à son sujet), mais aussi parce qu’aucuns disque ou bande sonore, à son nom, n’apparaissent sur Internet! C’est d’autant plus surprenant et troublant, qu’il venait à la Scala avec une imprésario, Michèle CHATELET, qui était aussi sa compagne dans la vie et sur laquelle je n’ai rien trouvé non plus! C’est à me demander si je ne me suis pas planté sur leur nom, qui figurait pourtant sur mes tablettes depuis fort longtemps. Nous avions même avec Michèle et Romain des rapports sympathiques hors de la Scala et avions plusieurs fois déjeuné avec eux. Je crois me souvenir qu’ils habitaient du côté de Montparnasse! 

Bref, c’est le « black out » complet! Alors, cher visiteur, pour la première fois, je me permets de faire un appel à témoin!! Si tu avais, par un heureux hasard, des informations sur Romain KIBNIK et Michèle CHATELET, tu nous retirerais, à Denise et à moi, une sacrée épine du pied et nous t’en serions éternellement reconnaissants!

Ne serait ce que pou réhabiliter un sacré talent!     

Publié dans KIBNIK Romain | Commentaires fermés

STROEBEL Danielle

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 9 mars 2014

STROEBEL Danielle

*

Je ne me souviens pas par qui Danielle STROEBEl a été amenée à la Scala, en 1962 . Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’elle y rencontra Henri SALIS (voir ce nom), qu’elle épousa assez vite. Cela me permet  d’évoquer, une fois de plus, le nombre assez incroyable d’habitués qui se rencontrèrent et se marièrent dans ce lieu décidément promis à une brillante carrière d’agence matrimoniale! Qui doutera, aujourd’hui, que les années sixties, furent vraiment l’époque du « baby boom »?  Avant l’arrivée de Danielle à la Scala, Henri SALIS fréquentait déjà la bande dite à Manou ZURINI-BELTOISE! Danielle s’y incorpora avec ardeur et constance, épousant ô combien et naturellement, l’amour délirant des BELTOISE, ZURINI, GIORGI, KELLER, MONS, GAMME, GODREUIL, SALIS, sans oublier les soeurs Anne et Magali THOMAS, pour les bagnoles de course, les facéties et les rigolades incontrôlées! En cela, Danielle ne tarda pas, elle aussi, à obtenir le statut d’égérie de la Scala! En plus, elle était jolie et intelligente, ce qui ne gâtait rien!

Quelques années après la fermeture de la Scala, nous revîmes le couple en Provence. Danielle m’avait invité à faire une animation pour un quatorze juillet, à NÉOULES. Cela se passa bien, mais je trouvai  Danielle terriblement diminuée physiquement. Elle s’est éteinte peu après. Ainsi qu’Henri SALIS !

Cela n’enlève en rien au souvenir heureux de Danielle et Henri, au temps heureux des années soixante!

Publié dans STROEBEL Danielle | Commentaires fermés

PREVOST Françoise

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 8 mars 2014

PREVOST Françoise

*

Une photo de Françoise devrait nous parvenir!

C’est toujours avec un grand plaisir et une certaine émotion que nous évoquons la présence, j’oserais dire mythique, des membres (nombreux) de la famille PREVOST (Voir ce nom). D’abord, parce qu’ils ont été parmi les premiers clients de la Scala. (Quand je dis clients, ce n’est pas tout à fait exact, car les clients, en devenant fidèles, obtenaient le statut d’habitués à part entière! Je précise que ni Denise ni moi n’en étions responsables!) Ensuite, parce qu’ils ont fait, dès le début, et sans nous le dire, une monstrueuse retape auprès de leurs copains du quartier, créant ainsi, peut-être sans le savoir, le succès de la Scala qui, par la suite, ne se démentit jamais! 

Aujourd’hui, j’ai du mal à me souvenir de tous les prénoms de cette famille nombreuse, appelée PREVOST: la belle Danielle, la mystérieuse Martine, « Bibi », scout toujours prêt et chef de famille, dont je n’ai jamais su le prénom, le bel Alain, super sympa et toujours disponible, Marie Laurence, la plus jeune et forcément effacée, sans oublier la tante, (pas de prénom, non plus), toujours fidèle et attentive à la bonne conduite de la « marmaille »! Cerise sur le gâteau: la maman PREVOST, certainement issue d’une famille catholique, est venue plusieurs fois, au début, non pas  pour goûter le charme nocturne de la Scala mais pour en vérifier la bonne moralité! Je me demande si l’exemple de cette famille unie n’a pas déteint, voire n’a pas influencé l’esprit familial de la Scala, dont se recommandent, encore aujourd’hui, certains ex-habitués! 

Pour en revenir à Françoise, elle  se comportait à la Scala comme ses frères et soeurs, c’est à dire avec une légèreté et une insouciance naturellement conformes à leur jeune âge. Car la bonne humeur était de règle! Toute l’équipe se baladait dans une vieille 2 chevaux toute colorée, dont elle extirpait parfois les sièges pour permettre à tout le monde de passer la soirée assis! (Débuts fauchés oblige)! Pourtant, il y avait parfois sur le visage de Françoise un air de tristesse ou de peur de quelque chose difficile à définir! À ce moment là, je la trouvais plus adulte, plus réfléchie que les autres. Aujourd’hui, je me demande si ce n’était pas le pressentiment de sa disparition qui survint, alors qu’elle était encore très jeune. Inutile de dire que cela créa, en nous, un double sentiment de révolte et de grande tristesse.

Nous avons attendu un bon moment avant de publier Françoise PREVOST. Enfin, elle se retrouve sur le livre de nos souvenirs. Et comme je le dis au début, son évocation nous procure à la fois plaisir et émotion!      

     

Publié dans PREVOST Françoise | Commentaires fermés

DANTAN François

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 5 mars 2014

DANTAN François

*

DANTAN François témoignage de WIEZNIAK Stan

François DANTAN était effectivement un ami de Stan WIESNIAK (voir à son nom) qui l’avait amené à la Scala, au début des années soixante. Ils travaillaient tous deux chez Philips, maison de disques prestigieuse qui abritait des grands noms de la chanson française, avec de non moins grands directeurs artistiques, dignes de ce nom, tel l’ami Claude DEJACQUES (voir à ce nom)!

François DANTAN, un peu plus tard, dans les années 70, contribua, en tant que directeur de la technique, à faire du fameux studio d’enregistrement du « Château d’Hérouville », en banlieue parisienne, créé par le compositeur Michel MAGNE. Un endroit unique où l’on venait du monde entier pour s’enregistrer dans un environnement paradisiaque et déjà apprécié pour sa technique d’avant garde et sa douceur de vivre . ( C’était pour tous, presque des vacances ce qui mettait les studios « classiques » dans une position désuète!)

herouv2

DANTAN François texte

Les plus grands noms de la pop-musique y sont passés. Il serait fastidieux de les nommer tous! J’eus la grande chance d’assister à l’enregistrement de la « Fête foraine« , composée et écrite par Alain MONIER (voir à son nom), avec un apport personnel d’une musique électro-acoustique (dont je suis fier) et la présence, en tant que chanteurs et diseurs de Romain BOUTEILLE, (voir ce nom) et Christiane LEGRAND (la soeur de Michel), etc… J’eus plusieurs fois l’occasion de discuter de la « prise de son » avec François DANTAN, étant moi même, à l’époque, passionné par cette discipline essentielle pour les chanteurs et musiciens. Au point que cela me servit par la suite, après la fermeture de la Scala, quand je travaillai pendant quelques années en tant qu’ingénieur du son à la télévision et au cinéma! Merci, François!

Voila, je dirai simplement que je garde, pour cela et pour quelques autres anecdotes, un bon souvenir de François DANTAN, garçon courtois et talentueux!     

Publié dans DANTAN François | Commentaires fermés

HAMAMI Razak

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 3 mars 2014

HAMAMI Razak

.

 HAMAMI Razak le rossignol de Kabylie

On était en 1964, la post-cure et la Mosquée de Paris, situées dans le quartier, rue QUATREFAGES, tout près de chez nous, fournissaient déjà, une bonne partie de la « clientèle »de la Scala, Razak HAMAMI ne venait ni de l’une ni de l’autre, mais il habitait au 8 de la même rue. C’est dire qu’il n’avait, lui non plus, pas à faire un long chemin pour y venir. C’était le temps où les problèmes politico-raciaux liés à « l’Algérie française » échauffaient passablement les esprits! Mais de cela, Razak, n’en avait cure! Il avait déjà, derrière lui, une appréciable carrière de comédien et de réalisateur télé, étant tout à sa ferveur pour ce métier qu’il adorait. En 1962, Il avait participé, en tant que co-metteur en scène et comédien, à  la pièce d’Eugène IONESCO,  « L’avenir est dans les oeufs« .

HAMAMI Razak L'avenir est danles oeufs Ensuite, en 1963, il avait participé, en tant que comédien, à une pièce de Jean CAU, qui fit beaucoup de bruit, « Les parachutistes »

HAMAMI Razak Les parachutistes

Par la suite, il enchaîna plusieurs films en tant que comédien. Notamment « Le rossignol de Kabylie« 

HAMAMI Razak le rossignol de Kabilie

Suivirent des télévisions en tant que réalisateur, etc.. Bref, une honorable carrière, pour un modeste garçon venu de nulle part! 

Razak était plein d’esprit, de charme et de gentillesse. Il était toujours content quoiqu’il arrive! En plus, il était solidaire et généreux. Il fut l’un des premiers à signer une pétition pour protester contre une injuste décision administrative qui frappa la Scala, en cette année 1964! Merci, Monsieur Razak HAMAMI!

  

Publié dans HAMAMI Razak | Commentaires fermés

FORTES Pedro

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 1 mars 2014

FORTÈS Pedro

*

fortés flamenco joueurs

C’était un garçon pas très loquace, de petite taille et plutôt discret et qui arborait, en permanence, un petit sourire qui me semblait triste! Malgré sa discrétion, à la limite de l’effacement, quand il jouait, son jeu à la guitare était harmonieux et efficace. Pourtant, à l’encontre de certains de ses collègues de flamenco, il n’avait pas la « grosse tête ». On ne l’entendait pratiquement jamais parler de son art ou critiquer quelqu’un sur son interprétation. À la Scala, je lui connaissais peu de relations bruyantes ou démonstratives, comme il y en avait souvent entre habitués. À part, peut être,avec José RENATO, Antonio FENOY et KIKI, dit « le bonze », tous aussi gentils et discrets que lui! (Voir à ces noms). En fait, je pense que Pedro manquait de confiance en lui et de ce fait, d’ambition, dans un « métier » où la concurrence était souvent féroce! Peut-être, aussi, vivait il un peu dans l’ombre de sa soeur Maria FORTÈS,(voir à ce nom)  qu’il accompagnait parfois et qui était danseuse de flamenco!

Voici ce que Michel JULIAN, un autre habitué de la Scala, en dit:     

Fortès Pedro  témoignage de julian Michel

Ainsi, Pedro FORTÈS  est devenu le beau frère de Michel JULIAN, comme quoi tout pouvait arriver à la Scala!

N’empêche, je l’aimais bien, Pedro!

Peut-être parce que j’étais souvent disponible pour parler avec lui de tout et de rien.

Peut-être parce que je sentais confusément en lui, un « spleen » que je n’ai jamais su définir.

Peut-être, aussi, parce que j’aimais bien son sourire mélancolique! C’est ce dont je me souviens le mieux de lui!

*

  

Publié dans FORTES Pedro | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou