• Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

MARCELITO

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 30 janvier 2014

MARCELITO

*

MARCELITO

*

Dans la première partie des années soixante, Pâris ZURINI (voir à ce nom), après avoir ouvert, à côté de chez nous, l’ « Inca », restaurant de spécialités végétariennes, y avait attiré pas mal de sud-américains, notamment des chanteurs-guitaristes. Ces derniers  étaient, pour la plupart, originaires de la Cordillière des Andes, qui, comme on le sait, sont riches d’un folklore fait de rythmes endiablés et de mélodies exceptionnelles! Après avoir dégusté, chez Pâris, un bon « falafel » ou un « couscous sans viande », ces artistes ne manquèrent pas de débarquer, tôt ou tard » à la Scala! Ce fut le cas de MARCELITO, chanteur guitariste décidé et plutôt original. Dès son arrivée, il se mit à entonner, d’une voix forte et convaincue, des chansons, dont le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elles ne parlaient pas spécialement d’amour ou de romantisme! On s’aperçut très vite que le thème de ses chansons se limitait à un seul sujet: la réforme agraire! Si le thème de ses chansons était toujours le même, la musique variait d’une chanson à l’autre. MARCELITO y mettait tellement d’ardeur et de passion contestataire, jusqu’à la caricature, pestant contre les riches responsables de tous les malheurs, (ce qui n’était certes pas totalement faux), qu’à la longue, cela devint, à la Scala, une raison, bonne ou mauvaise, d’en rire! Surtout que MARCELITO semblait ne pas s’apercevoir que ces moqueries, plus bébêtes que méchantes, s’adressaient à lui! Cette « réforme agraire », très politico-sociale, consistait à redistribuer à des pauvres gens, des terres cultivables. Cela venait à la suite du colonialisme et de la révolution industrielle. En fait, le sujet n’avait rien de drôle. Pourtant, à la Scala, cela devint une habitude! Chaque fois que MARCELITO y mettait les pieds, il y avait toujours un Manou ZURINI, son frère Gabriel, Jacques GODREUIL dit « Béru », Jean Michel GIORGI, Rodolphe KARSENTY  dit « Bouboule », ou autre François KELLER, dit « la gonfle », pour lui demander de chanter la « Réforme agraire ». Et l’assistance de rire sous cape! Pour tous, ce n’était qu’un jeu propice à s’amuser aux dépens d’autrui! MARCELITO en souffrit-il? Rien n’est moins sûr! Il est arrivé quelques fois que la Scala accueille des personnages originaux et hors du commun, voire un peu naïfs! Certains devenaient vite des « têtes de turc ». Mais cela ne durait jamais longtemps! En tous les cas, cela ne nous empêche pas de garder de MARCELITO (et de quelques autres), un souvenir à la fois ému et amusé!


Publié dans MARCELITO | Commentaires fermés

SADANOWSKI Michel

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 janvier 2014

SADANOWSKI Michel

*

sadanowski michel 2

*

C’est curieux et rarissime, à ma connaissance, Michel SADA n’est pas venu à la Scala pour jouer de la guitare! C’était en 1970. Je crois bien qu’il avait commencé avec un autre instrument. Peut-être le violon? En fait, l’ai je seulement entendu une fois jouer à la Scala? Je n’en suis pas sûr! De plus, il n’y est pas venu souvent. Quand il y venait, c’était pour jouer…aux échecs, défiant les grands spécialistes, Robert HANNA, Vitold TYROVITCH et autres Henri de LAUZENGHEIM! (Voir à ces noms). En fait, il fréquentait surtout le « discothé« , tenu par l’excellent ami Bénito MERLINO, grand ex-habitué de la Scala, où il avait fait longtemps « ses arme »! (Voir à son nom) De plus, dans les années soixante dix, le temps des guitaristes classiques, flamenco ou sud américains était plus ou moins passé. D’autres musiciens et chanteurs de tous bords, les avaient remplacés. Quoique Michel SADANOWSKI (qui fut par la suite et est toujours, un excellent guitariste international) avait déjà plusieurs cordes à sa guitare, pour aborder pas mal de « styles » différents! Ainsi, je peux dire que la Scala ne fut pas pour lui un hâvre, un port, un refuge, comme elle le fut pour tant d’autres, musiciens ou pas. Je le considère, néanmoins, comme ayant fait partie de la « famille »! D’abord, parce qu’il connaissait pas mal d’habitués « scalaesques », qui accomplissaient le court trajet qui séparait le disco-thé de la Scala et ce, plusieurs fois par nuit! Ensuite, par le fait, qu’ on parlait souvent de Michel SADANOWSKI, en tant que bon musicien. Enfin, parce qu’il y avait une bonne entente entre les boîtes du quartier. Que ça soit au « Disco thé, « Chez Adèle », à « la Vieille grille », « Chez Bernadette », à « la Méthode » ou à la Scala, la concurrence n’existait pas! Tous faisaient partie (je le redis) d’une grande famille, amicale et solidaire, y compris ceux qui fréquentaient ces lieux!

Alors, bienvenue à Michel SADANOWSKI, dans le club (si peu fermé) de la Scala!

Publié dans SADANOWSKI Michel | Commentaires fermés

MOINDRON Michel

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 12 janvier 2014

MOINDRON Michel

*

Moindron michel 2

*

Le 08 01 2014, Michel nous fait parvenir, par mail, ce très beau commentaire:

Il pleut sur Paris , sur le trottoir de la rue Lacépède. En bas, à quelques mètres du Jardin des Plantes, les habitués et quelques quidams entrent, mouillés, dans ce lieu magique. La Scala, la colonne en métal est toujours à la même place! Au milieu, Vitold Tyrovitch, vêtu de son fidèle jeans orange, est assis devant son éternel échiquier. La fumée commence à envahir l’espace, la musique démarre et la magie s’opère, Jacky est là et la soirée peut commencer!

Amitiés,

Michel MOINDRON

*

Comment ne pas craquer?

Un peu avant, Michel nous avait dit:

Cher jacky!

« La Scala« , rue Lacépède! Que de bons souvenirs!

Je suis un ami de Lise BELIN. (voir à son nom). Je venais dans ton café. C’était dans les années 69 70 71.  Plus tard, je t’ai revu (ou plutôt entendu chanter) dans le Gard, au cours d’une soirée troubadour que tu avais organisée au château de TORNAC, pas loin de Vézenobres, où j’étais venu vous visiter.

j²acky troubadour à Tornac

Vous m’avez reçu très gentiment et nous avons, bien entendu, évoqué les bons moments de la Scala!

T’en souviens tu?

Toute mon Amitié musicale.

Michel.

*

(Dans le mail du 08 01 2017, Michel  nous envoie ceci, belle photo, où il est en compagnie de son éternel complice, Pascal ROUY. Voir plus bas)

moindron 6

 

J’avais répondu à son premier message:

Bien sùr, mon cher Michel, que je m’en souviens. C’était dans les années 90 (mon dieu que le temps passe vite, comme le chantait si bien notre grand frère MOULOUDJI!) Et le temps de la Scala est fini depuis belle lurette! Mais les souvenirs demeurent. La preuve, c’est que tu les avais évoqués avec beaucoup de chaleur, lors de cette rencontre! Tu viens de m’annoncer par téléphone que tu n’étais pas au courant pour le blog de « la scala retrouvée ». Il est évident que tu y as ta (large) place, ne serait ce que par le fait que tu es un excellent musicien et qu’en plus, nous partageons le même amour pour le jazz manouche où tu excelles aussi! Voici, d’ailleurs, ce que répond Michel, interviewé par un journaliste, lors d’un article piqué sur internet. Le titre est :

Michel MOINDRON un musicien hors du commun

(Extrait de l’article)

MOINDRON Michel bio 2

Alors,bienvenue à bord, Michel!    

Publié dans MOINDRON Michel | Commentaires fermés

COUJARD Michel

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 7 janvier 2014

COUJARD Michel

COUJARD Michel*

Le 28 03 2016- Michel écrit sur LINKEDIN:

COUARD Michel recommandation Jacky

Bonjour Scala!

Faisant des recherches sur Paul GUILLARD, je retombe sur ton site! Pour info, il me semble bien, qu’à notre ultime contact, Paul m’avait dit être responsable de l’entretien-réparation de divers instruments à l’Opéra, (oui, à l’Opéra! Info? intox?) Il m’avait, il y a quelques siècles, réparé une guitare et deux charangos. À l’époque, son deuxième point d’ancrage, hormis le passage Sainte Anne, était le « discothé » de Bénito MERLINO, rue Linné. Paul a aussi connu Michel SADANOWSKI pour lequel il a fabriqué une guitare. Je dirai aussi que Paul GUILLARD m’a, pour un temps, accueilli dans son atelier où j’ai verni quelques unes de  ses guitares!  (Peut-être que SADA en sait davantage sur ce que Paul est devenu?)

En ce temps là, je fréquentais moins la Scala que le discothé (plus à côté de la fac de Jussieu). Néanmoins, j’y ai joué aux échecs avec SADA, qui fut mon témoin de mariage, j’ai écouté chanter Bénito, j’ai refait le monde avec Pâris ZURINI, chez qui j’ai dégusté les (fameux) « falafels »! J’ai aussi parlé musicologie comparée avec Carlos Ben POTT, (qui, d’ailleurs, ne m’a jamais rendu mon bouquin!)

Toute une époque que je croyais quasiment oubliée et dont il est bon de savoir que tu en prends soin, via ton site de « la scala retrouvée »

Michel.

Publié dans COUJARD Michel | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou