DONGUES Jean

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 28 juin 2013

DONGUÈS Jean

*

DONGUES Jean dans DONGUES Jean dongues-jean1-300x270

Jean DONGUÈS est venu à la Scala en 1964. Il venait surtout pour « découvrir » de nouveaux talents. Or, il n’en manquait pas à la Scala! Jean était un type haut en couleur, avec une verve et un brio incomparables. Il était à la fois animateur, auteur, journaliste, voire imprésario! C’est comme cela qu’il nous entraîna,  Bénito MERLINO, quelques autres et moi-même, dans des galas où participaient Hugues AUFRAIS, Danny BOY et ses  Pénitents, Janine VILA, etc… Notre partenaire des « Francs Troubadours »,Philippe Gilles était aussi présent, mais pas sur la photo!

dongues-jean-et-bande-1964-1-300x204 dans DONGUES Jean

*

De G. à D., Jean DONGUÈS, bibi, Janine VILA, (une comédienne en vogue, à l’époque), Bénito MERLINO, Danny BOY et sa femme. Cela me valut, pendant quelques temps,  quelques quolibets et critiques, de la part de certains habitués! Et aussi, on parla de « mon exode ». Mais ça ne dura pas longtemps!

Jean DONGUÈS fit de brefs séjours à la Scala, mais il ne passa jamais inaperçu! C’est pour cela qu’il est présent sur ce blog.

Publié dans DONGUES Jean | Commentaires fermés

NOHAIN Jean

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 18 juin 2013

NOHAIN Jean 

*

NOHAIN Jean dans NOHAIN Jean nohain-jean-262x300

Jean NOHAIN est venu à la Scala au début de l’année 1968, à la période du café-théâtre, au moment où se jouait la pièce de Clara MALRAUX, l’impermanence. Paradoxalement, ce n’est pas pour Clara qu’il vint et revint plusieurs fois, mais pour son amie MIREILLE, qui avait écrit la musique de la pièce et surtout la belle chanson « Je suis seule« , magnifiquement interprétée par Frida BOCCARA!  

nohain-jean-photo-mireille-209x300 dans NOHAIN Jean

 Nous avons su, par la suite, que Jean NOHAIN et MIREILLE avaient écrit pas mal de chansons ensemble, dont certaines furent de grands succès! Mais nous, un peu bûtés par notre esprit « rive gauche », ne voyions que le côté réussite « rive droite »  (donc péjorative) du personnage de Jean NOHAIN qui envahissait, par sa présence constante, la chaîne unique de l’ORTF, avec des émissions un peu bébêtes, comme  »trente six chandelles »! (C’est, du moins, ce que nous pensions!) D’où, de ma part, un accueil qui fut plutôt mitigé, la première fois qu’il mit les pieds à la Scala! Mais cela ne sembla pas affecter outre mesure la jovalité presque enfantine de monsieur Jaboune (c’etait son pseudonyme littéraire). Il resta toujours courtois et bavard, bref, tel qu’il était à la télévision! Je réalise aujourd’hui que mon comportement était d’autant plus discutable que MIREILLE faisait partie du même milieu « arrivé » que Jean NOHAIN! Avec une solide mauvaise foi, je considérais que, pour elle, c’était différent, sans, d’ailleurs, me donner aucune explication et sous le prétexte fallacieux qu’elle avait été adoptée par toute la Scala! Pour ma défense, je rappelle que mai 68 se profilait à l’horizon, avec ses barricades, ses excès et son besoin de contestation et de confrontation! En poussant le bouchon un peu loin sur le dos de Jean NOHAIN, je m’étais donné l’occasion, voire une bonne raison d’être dans le vent de la révolution! 

De toute façon, Jean NOHAIN ne fut jamais un fidèle habitué de la Scala et pour cause, il avait presque 70 ans, à l’époque. Il y est tout de même venu plusieurs fois! Aujourd’ui, j’en éprouverais presque une certaine fierté!

P.S. Serait ce possible, que, le grand âge venant, je me ramolisse, au point d’être flatté d’avoir reçu, le célèbre Jean NOHAIN, star (comme on dit aujourd’hui) des années 50-60? Il est temps que je me surveille!         

Publié dans NOHAIN Jean | Commentaires fermés

THALLIS Myriam

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 juin 2013

THALLIS Myriam

 *

Mais qu’est devenue la charmante et jolie Myriam THALLIS? 

C’était en 1963. Gabriel ZURINI l’avait rencontrée en faisant du stop sur la route des vacances, du côté de Vierzon (?). Et bien entendu, il l’avait très vite amenée à la Scala! Je ne crois pas me tromper en affirmant que c’est elle qui conduisait, car, à ma connaissance, Gabi n’a jamais mis les mains sur un volant de bagnole! Car il n’avait pas son permis. C’est d’autant plus incroyable, voire extraordinaire, que son frère Manou s’illustra, ô combien brillamment, sur tout ce qui avait quatre roues et un moteur à essence! Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Manou ZURINI, je les engage vivement à consulter la page qui lui est consacrée sur ce blog! Ça en vaut la peine! De plus, ils comprendront mieux mon étonnement. Tout cela, pour dire aussi que les deux frangins ne se ressemblaient vraiment pas!

Pour en revenir à la belle Myriam, elle ne passa pas inaperçue à la Scala! Je ne me souviens pas si elle eut une quelconque relation sentimentale avec Gabriel, mais je peux affirmer que plus d’un habitué lorgna avec convoitise sur l’appétissante et belle  automobiliste, qui, par ailleurs, s’acclimata fort vite à l’esprit encore naissant de la Scala! C’est-à-dire copains copain avec tout le monde et chasse gardée pour le reste! Ce qui, en définitive, était un bien pour tous, filles et garçons confondus,  car, ainsi, les bonnes relations duraient longtemps! Le fait, aussi, que Myriam était une fille intelligente et sensible, appréciant les artistes et ayant de simples et bonnes relations avec les autres, en fit une parfaite habituée de la Scala.

Ce qui ne l’empêcha pas, une année après, ou peut-être un peu plus, de disparaître discrètement, comme elle était venue! Ce qui ne l’empêche pas, non plus, de figurer sur ce blog. Mon seul regret, c’est de ne point posséder une photo d’elle! 

Peut-être que Gabriel…?    

Publié dans THALLIS Myriam | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou