DEWAERE Patrick

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 30 avril 2013

DEWAERE Patrick

*

DEWAERE Patrick dans DEWAERE Patrick dewaere-patrick-2-280x300

*

Quand nous avons essayé de rassembler nos souvenirs sur la présence à la Scala de Patrick DEWAÈRE, (qui, dans les années 1967-68, s’appelait encore MAURIN), nous sommes tombés sur un malentendu! Nous avons cru qu’ il était plus jeune que son demi-frère Dominique MAURIN (voir ce nom). Et qu’à ce titre, il était accompagné par ce dernier, vu que la Scala, pour des raisons obscure, voire injustes, avait été interdite aux mineurs de moins de dix huit ans! Nous avons appris par la suite que Patrick était l’aîné! C’est donc lui qui tenait le rôle du grand frère protecteur et non le contraire! Cela changeait tout! Paradoxalement, c’est Dominique, qui, par la suite, fréquenta la Scala régulièrement, alors que Patrick ne revint que quelques rares fois, tout en étant souvent ailleurs sinon absent par l’esprit! Car il était assez sauvage!

En fait, il était venu dans le quartier pour des raisons « professionnelles ». Car la Contrescarpe était le fief de Coluche, Romain BOUTEILLE  (voir ces noms) et MIOU MIOU, qui n’est jamais venue à la Scala (Certains disent le contraire!) Bien entendu, on connait la suite!Sans entrer dans les détails du parcours compliqué de la famille des « petits MAURIN », comme on les appelait, ceux ci tenaient, depuis les années cinquante, le haut du pavé, en tenant des rôles d’enfants dans de  nombreux films,  Patrick, lui,  avait déjà un appréciable palmarès aussi bien au cinéma qu’au théâtre. Cela créait une certaine rivalité entre eux! Malgré ces succès naissants, on ne peut pas dire que Patrick DEWAERE eut jamais la grosse tête à la Scala! Quoiqu’il en soit, c’est surtout de Dominique MAURIN, le mineur interdit de séjour du début, que nous nous souvenons le plus, car il fut un ami de GERMINAL de DARY, de quelques autres et de moi-même!

Après tout, cela reste dans la famille, non?

 *

Publié dans DEWAERE Patrick | Commentaires fermés

LEFEBVRE Philippe

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 28 avril 2013

LEFEBVRE Philippe

*

LEFEBVRE Philippe dans LEFEBVRE PHILIPPE lefebvre-philippe-mail-gabriel-zurini

 *

Bien sûr, mon cher Gabriel, que nous nous souvenons de Philippe LEFEBVRE! (Je crois que cela s’écrit avec un B!) C’était une garçon plutôt petit et costaud mais à l’allure assez sportive et dont la physionomie générale reflétait une réelle sympathie et une activité débordante! Il avait su prendre cette mésaventure sentimentale de la meilleure des façons, du moins apparemment et cela l’avait, semble-t-il  rapproché des autres habitués, y compris de nous-mêmes! Il fut, comme tu le dis, un habitué de la première heure, faisant partie de ceux qui forgèrent un esprit particulier (s’il y en eut) de la Scala. Philippe participait toujours à toutes les discussions les débats voire les engueulades qui animaient déjà les soirées scalaesques.Je me souviens qu’il aimait bien les chanteurs et les musiciens classiques, particulièrement Roger DELVOYE, Ramon CUETO et José Maria SIERRA. Ainsi que toi, cher Gabriel, pour qui il avait une, j’en suis certain, une évidente admiration! J’avais moi-même, ainsi que Denise, de très bons rapports avec lui. Comme pour d’autres habituées, je n’ai jamais su exactement ce qu’il faisait dans la vie en dehors de la Scala. Mais cela, comme tu le sais, n’avait pas d’importance! Aujourd’hui, nous ne savons pas davantage ce qu’il est devenu. Internet ne peut nous aider, car des Philippe LEFEBVRE, il y en a des tonnes, si j’ose dire! Si tu as une idée la dessus, nous serons ravis de la partager.En attendant, contentons nous d’évoquer son souvenir, qui n’est pas des moindres.

En espérant ta satisfaction pour l’entrée dans le blog de Philippe LEFEBVRE. Nous en sommes ravis nous-mêmes!

Publié dans LEFEBVRE PHILIPPE | Commentaires fermés

GUTH Michel dit « Air France »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 27 avril 2013

GUTH Michel dit « Air France »

*

GUTH Michel dit

Michel « AirFrance » était un personnage un peu à part. D’abord, comme il faisait partie du personnel dit « navigant » de la compagnie d’aviation Air France (on aura compris pourquoi je l’avais ainsi surnommé), il venait à la Scala surtout pour déconner et éventuellement trouver des âmes soeurs! Ce qui lui réussissait assez bien, car il  était beau garçon et plutôt gai luron. Ce qui était loin de déplaire à la plupart des habitués mâles qui trouvaient en lui un parfait partenaire de « déconnomanie », malgré la concurrence qui pouvait parfois survenir entre dragueurs du beau sexe! Personnage à part, aussi parce qu’il venait trouver ici une ambiance décontractée  qui le changeait de son métier, tout au service de passagers souvent exigeants. Enfin, personnage à part, parce qu’il se démarquait des autres habitués, artistes, étudiants, joueurs d’échecs, ou tout simplement spectateurs. Je crois me souvenir qu’il ne « frayait » pas forcément avec les autres employés de l’honorable compagnie, qui fréquentaient la Scala, Michèle HUBERT, hôtesse de l’air, son frère,  Jean Pierre HUBERT, pilote de ligne et France MENINGAND, également hôtesse de l’air. Cette dernière m’a avoué récemment qu’elle ne se souvenait même pas de Michel GUTH!

Moi j’aimais bien Michel  dit « Air France », même si, parfois, certains le trouvaient excessif. Il m’amusait quand il entreprenait, avec les inconditionnels de la Scala qu’étaient Manou ZURINI, Jacques GODREUIL dit « Béru, Jean Michel GIORGI et quelques autres, de franches et spontanées rigolades qui mettaient toute la salle en joie! En cela, il fit partie des habitués qu’on n’oublie pas aujourd’hui.

Nous avons cherché une trace d’ »Air France » ! Mais en vain, pour l’instant. Car des Michel GUTH, il y en a autant que des DUPONT-DURAND! Alors, là aussi, espérons un miracle. Ce ne serait pas le premier sur ce blog!Par exemple, qu’il se pointe sans crier gare! Histoire de continuer à s’envoyer en l’air!

Publié dans GUTH Michel dit "Air France" | Commentaires fermés

BARGIARELLI Madame

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 10 avril 2013

 

BARGIARELLI Madame

*

BARGIARELLI Madame dans BARGIARELLI Madame madame-bargiarelli1-250x300*

Je ne sais pas si ce dessin représente fidèlement le physique de madame BARGIARELLI, (je n’ai jamais su son prénom), mais c’est ainsi que je la vois aujourd’hui!

Elle s’est présentée un après midi, tout au début de l’ouverture de la Scala, à un moment où je considérais notre avenir comme passablement incertain! Apparemment plus âgée que nous, elle était plutôt « rondouillarde », sans pour autant manquer d’un certain charme, que je qualifierais de bourgeois. Elle contrastait avec les quelques soulards, anciens clients de notre vendeuse, qui s’accrochaient encore et qui « regrettaient déjà le temps de madame Germaine, où on jouait le tiercé, où on pouvait boire un p’tit blanc limé, sans qu’on vous demande ce que c’est et comment ça se prépare, un  temps béni où les trois Raymond (sic) venaient déposer sur le comptoir des quartiers de viande, pour les revendre à la sauvette aux gens du quartier »! Sans les  mépriser, je trouvais ces gens déprimants et leurs coutumes illicites et souhaitais ardemment  que les choses changent. Justement, madame BARGIARELLI m’apportait un vague espoir que je comptais bien exploiter, sans trop savoir comment! Malheureusement, je m’aperçus très vite qu’elle buvait comme un trou, même si c’était avec distinction! Elle ingurgitait n’importe quelle,mixture, à condition que ce soit alcoolisé! Pour la satisfaire, je raclais les fonds de tiroir que m’avait légués madame Germaine, « because la monnaie y grec manquait », comme dirait Manout ZURINI! Pour cette raison, nous n’avions pas encore le loisir d’être approvisionnés correctement en boissons diverses!

La dame nous laissa néanmoins  une appréciable somme d’argent, pendant le peu de temps qu’elle fréquenta la Scala. Ce qui me fit lâchement oublier l’envie et la possibilité de la « virer »! Car, au fond de moi, j’éprouvais déjà une certaine détestation pour tous les excès dus à l’alcool! Ce relâchement moral et circonstanciel a longtemps agité mes nuits d’un complexe de culpabilité!

Madame BARGIARELLI  était accompagnée d’un chien qui ne cessait d’aboyer et que, dans son ébriété, elle essayait de calmer, en aboyant elle même des « tcha tcha tcha » tonitruants, dont je ne comprenais pas le sens mais que l’on pouvait entendre de la place de la Contrescarpe! « Madame TCHA TCHA TCHA »! C‘est ainsi que, très vite,  je la surnommai! Il arrivait, parfois, que la dame, se laisse aller à quelque conversation qui attestait d’une culture loin d’être stérile ou absente! Mais cela ne durait jamais! Madame « TCHA TCHA TCHA » habitait le quartier. Elle rencontra à la Scala,, un peu plus tard, la famille PREVOST, Bibi, Danielle, Françoise, Martine, ainsi que le dénommé BAMBINO (voir à ces noms), qu’elle connaissait, car ils habitaient aussi le quartier! La brave dame  considéra, peut être, que le terrain n’était plus favorable à son standing local et à sa libre consommation d’alcool! A partir de ce moment là, on ne la revit plus à la Scala!

J’ai un peu hésité à la publier, peut être pour cacher cet épisode non valorisant pour moi! Mais comme je m’octroie  la prescription sur ces faits du passé, aujourd’hui  j’ai un plaisir amusé à  évoquer Madame « TCHA TCHA TCHA », qui,a marqué, à sa façon, la Scala!

 

 *

Publié dans BARGIARELLI Madame | Pas de Commentaire »

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou