PICOVSKI Daniel et Eva

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 30 juin 2012

PICOVSKI Daniel et Eva

*

Daniel et Eva ont été faciles à « retrouver ». La raison en est qu’ils furent, dans les années soixante, extrêmement connus. Surtout Eva, qui créa des boites de prêt-à-porter célèbres, entre autres Gudule. Internet nous a donc pas mal aidés dans notre recherche Notre ami Robert HANNA, qui nous les avait amenés à la Scala, fut, parfois, associé à ces glorieux personnages. Une grande amitié les unissait à l’époque. Eva vint quelques fois, mais c’est Daniel que nous connaissions le mieux. Grâce à lui, la maison Gudule « habilla » les acteurs et actrices qui participaient à deux pièces de café-théâtre », Delta de Christian NOHEL et Thalie de Pierre Louis PECLAT, mise en scène par Marc Léopold LEVY

PICOVSKI Daniel et Eva dans PICOVSKI Daniel et Eva affiche-thalie-réduite-300x193

(Agrandir en cliquant)

Faciles à trouver, soit! Pourtant la suite nous a déçus. Il y a quelques temps, j’ai eu Daniel au téléphone.  A mon étonnement et à ma grande tristesse, celui-ci n’a reconnu ni la Scala, ni ma personne! J’ai d’abord pensé que Daniel, l’âge aidant, était victime d’ une absence de mémoire fonctionnelle. Mais me référant à Françoise, la femme de Robert HANNA, celle ci m’a assuré que Daniel avait encore toute sa tête, mais qu’un différent les avait séparés depuis pas mal de temps!

Si je comprends tout cela, ça ne m’empêche nullement de dire que Daniel fut un personnage très présent à la Scala, qu’il jouait parfaitement aux échecs (à l’école de Robert HANNA qui fut un honorable champion dans ce domaine!) Daniel avait un humour, genre  » pince-sans-rire » et racontait des histoires souvent hermétiques mais drôles! Lui aussi, marqua, à sa façon, certaines années Scala! J’espère qu’il recouvrera la mémoire, ne serait ce que pour lui même! Car nous, nous ne l’avons pas oublié

Publié dans PICOVSKI Daniel et Eva | Commentaires fermés

SENS Evelyne

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 20 juin 2012

SENS Evelyne

*

Evelyne a-t-elle rencontré Roger DELVOYE à la Scala ou est ce ce dernier qui l’a amenée?  Je ne m’en souviens pas. Ce que je pense avec certitude, c’est qu’Evelyne, fille assez secrète et plutôt sérieuse, ne sembla pas toujours respirer le bonheur avec Roger! Non pas que celui-ci fut un « mauvais garçon », mais à la Scala il avait un aura et un succès (surtout auprès des filles) difficiles à concurrencer, surtout pour une Evelyne plutôt réservée qui ne s’exprimait pas facilement!  Roger avait, aussi, le défaut de son origine « pied noir », prenant la femme pour un objet qu’il fallait forcément protéger du regard cupide, voire dangeureux des autres « mâles »! C’était toute l’ambiguité, le point noir d’un garçon le plus charmant de la terre, mais qui avait du mal à dominer un comportement contradictoire de macho et de jaloux! C’en était trop pour Evelyne! Pourtant, elle aurait certainement trouvé impensable de se plaindre à quiconque. Surtout, à la Scala, oû les rapports humains tournaient plus facilement au  vaudeville soft qu’à la tragédie dure! Bref, Evelyne continua, pendant quelques temps à fréquenter la Scala! Mais son « drame » était de plus en plus jeté en pâture, au su et vu de tous les habitués!. Peut-être s’épanchait-elle un peu sur son amie Viviane? (Celle ci, pour la petite histoire, était brocanteuse et tenait un stand aux puces.) Roger trouvait qu’elle avait une mauvaise influence sur Evelyne! Ce qui n’arrangeait pas les choses! Pourtant, Evelyne arrivait, parfois, à redevenir elle même, surtout avec Denise et moi-même, s’exprimant sur de nombreux sujets, avec une créativité réelle et une gentillesse contagieuse. En un mot, nous l’aimions beaucoup et paradoxalement, Roger, en véritable ami, n’empêcha jamais les rapports entre elle et nous. Mais, hélas, après une rupture inévitable et douloureuse, Evelyne quitta définitivement Roger et ne revint pas à la Scala, par peur de le rencontrer. Roger continua à « papillonner » dans une Scala qui était devenue, pour lui, une véritable famille! 

Depuis, nous n’avons eu aucun contact avec Evelyne. C’est bien dommage! Idem avec leur fils Samuel, qui doit avoir la cinquantaine, aujourd’ui. Un ami commun nous a, dernièrement, appris qu’il avait revue Evelyne!  Mais cela remontait déjà à quelques années!      

Publié dans SENS Evelyne | Commentaires fermés

GUIBERTJean-Pierre dit « YOGA »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 5 juin 2012

GUIBERT Jean-Pierre dit « YOGA »

*

YOGA Jean Pierre 2

YOGA jpguibert1

On ne s’était pas trompés, non?

.GUIBERTJean-Pierre dit

*

Le 15 02 2014. Les charmantes soeurs Magali et Anne THOMAS, viennent de m’apprendre, (enfin), le véritable nom de Jean Pierre que l’on peut maintenant découvrir au dessus de cette page. Elles m’ont même fait parvenir une photo du beau Jean Pierre (ci-dessus)Je les remercie du fond du coeur! Cela va me permettre de mieux « retrouver » Jean Pierre! (du moins, je l’espère). Nous gardons pour l’instant le même texte, en attendant, peut être, celui de Jean Pierre GUIBERT! 

Ah, mon fameux mépris pour l’identité de certains habitués! Il ne servait à rien d’autre qu’à mettre constamment en avant, mon amour démesuré des surnoms. Aujourd’hui, j’en mesure les lacunes. 

Jean-Pierre-YOGA-4 dans GUIBERT Jean Pierre dit

On a déjà compris que Jean Pierre (je me souviens quand même de son prénom) faisait du yoga! Il en était littéralement mordu.Très beau garçon et gentil comme il se doit chez les adeptes du zen, il traînait à longueur de soirées sa philosophie gandhienne, (ça se dit?) sans d’ailleurs, jamais être pédant ou vouloir l’imposer à autrui. Pourtant, il devait y avoir, en lui, un effet invisible qui le rendait aimable auprès de tout le monde, en tout cas, à la Scala. Il était très ami avec Vitold TYROVITCH, autre penseur, mais lui, beaucoup plus « folkorique »! Ils avaient souvent des conversations philosophico-intellos qui passaient au dessus de mes cordes de guitare. Enfin, presque. Vitold, accrocheur et colérique, Jean-Pierre, calme et souriant. En compagnie de sa compagne Christine, fille agréable et sympa, il est venu à la Scala assez longtemps pour nous bien connaître! Nous nous souvenons, Denise et moi, d’un soir où Vitold, ayant passablement éclusé, faisait la « brasse », à plat ventre sur une chaise, comme s’il nageait dans l’eau. (Cela lui allait bien, lui qui détestait cet élément, sous toutes ses formes!) Et Jean Pierre, de rire!

Même s’il n’était pas un « artiste », Jean Pierre était un garçon sensible et réceptif. Il s’entendait à merveille avec les gratteurs de guitare, chanteurs, voire poètes ou comédiens. Ainsi qu’avec des habitués comme Pâris ZURINI, chez qui il était client, (zen oblige), Manou ZURINI, Gabriel, son frère, Aldo, etc.. Pardon de me répéter, mais c’était le miracle de la Scala, oû chacun respectait l’autre dans ce qu’il était ou faisait. 

Jean-Pierre-YOGA-2

A part son amour pour le yoga, je suis incapable de me souvenir ce que faisait Jean Pierre dans la vie courante. Peut-être professeur de yoga? Je  pense qu’il tenait une boutique de fringues ou de cadeaux? Avec Denise, nous ne sommes pas d’accord. (Bravo, la mémoire!) En tout cas, malgré son homonymie chronique, le souvenir de Jean Pierre dit « YOGA » reste pour nous plus que  présent! Et toujours aussi optimiste, j’espère qu’un jour quelqu’un nous apportera de lui un petit éclaircissement.

Si ce n’est pas l’intéressé lui même!    

 

Publié dans GUIBERT Jean Pierre dit "yoga" | Commentaires fermés

NETILLARD Jean-Jacques

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 1 juin 2012

NETILLARD Jean-Jacques

*

NETILLARD Jean-Jacques dans NETILLARD Jean Jacques Netillard-Jean-Jacques-bagur

 *

Le cas de Jean Jacques NETILLARD est, j’en conviens, un peu spécial. Il me faut, pour cela, raconter une petite histoire. En l’année 1964, il y avait une dame un peu plus âgée que nous, Annick FRUCTUS, qui venait assez régulièrement à la Scala. Elle était  présidente d’une association d’étudiants. Elle me demanda si j’étais d’accord pour être animateur dans un camp de vacances qu’elle organisait pendant l’été, à Bagur, sur la Costa Brava! Un peu fou, j’acceptai et nous voila partis pour l’Espagne, Denise comprise! Jean Jacques faisait partie des étudiants que je rencontrai sur place. C’était très sympa! Hélas, contre toute attente, la population du lieu interpréta bizarrement une naîve animation qui consistait à immerger symboliquement une petite barcasse, devenue inutilisable ! Certains étudiants s’étaient déguisés et les autochtones y virent une profanation de « la Vierge marchant sur l’eau » N’oublions pas que l’Espagne, très catho, était sous Franco! Les « gardias civiles » intervinrent brutalement et nous fûmes traités comme des gauchistes dangereux! Débandade totale! Chacun prit la poudre d’escampette comme il le pouvait! C’était notre cas et nous sommes rentrés à Paris plus tôt que prévu et plutôt piteusement! À la réouverture de la Scala, on comprendra, nonobstant notre glorieuse aventure, que de profonds liens d’anciens combattants puissent se nouer entre nous! Au grand dam de certains habitués! Malgré cela, Jean Jacques devint lui-mêmes un véritable habitué, en obtenant, suprême distinction, le statut privilégié de frère d’armes du « patron »!

Quant à Annick FRUCTUS, je crois bien qu’on ne l’a jamais revue à la Scala!       

Publié dans NETILLARD Jean Jacques | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou