JOLIVIERE Jacques, dit « Jacky »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 30 mai 2012

JOLIVIERE Jacques dit »Jacky »

*

« Jacky », l’un des frères de Jean Claude JOLIVIERE, (dit « le niçois », voir à son nom), était un sacré boute-en-train, qualité qu’il cultivait sans répit et à tous propos! Sans aller jusqu’à dire qu’il possédait naturellement un humour de représentant de commerce, (ce qu’il était, d’ailleurs), il avait toujours le bon mot pour remonter l’ambiance de la Scala, au cas où celle ci aurait eu tendance à dégringoler. J’avoue l’avoir très souvent incité à se comporter ainsi. La raison en était qu’il avait vécu à Nice avec toute sa famille, car son père, en tant que gendarme, avait été affecté dans cette région qui me vit naître! Nous partagions donc cette fraternité pseudo méridionale,  (alors qu’aucun des frères n’était né dans la région), fraternité faite de subtilités du terroir, réelles mais souvent grasses et douteuses! (Je rappelle que je la partageais aussi avec Robert NYEL, Michel MEDA et Christian MARCANTETTI (Voir à ces noms). Comble de drôlerie, j’appelais Jacky « bicou », ce qui signifie, en niçois-provençal, sexe masculin, mais avec une connotation plutôt maternelle. (D’ailleurs, ma propre mère m’appelait ainsi!)  A chaque fois qu’il venait à la Scala, ce qui n’était pas le cas tous les jours, Jacky avait toujours une bonne histoire qui le faisait s’esclaffer, avant même de la raconter. Je dois dire qu’il communiquait sa bonne humeur, avec beaucoup de conviction, non seulement à moi mais à toute la Scala! Cela me dédouanait un peu d’une responsabilité personnelle de ce jeu de massacre qui se voulait humoristique! 

Je pense plus sérieusement que Jacky JOLIVIERE, sachant qu’il ne pouvait rivaliser avec son frère Jean Claude, bien implanté (ô combien) depuis toujours, dans l’esprit du petit monde de la Scala, essayait de compenser  cette « carence » par une attitude désinvolte, superficielle, voire outrancière, mais qui était tout de même le reflet de sa vrai personnalité, à savoir quelqu’un de généreux et drôle à la fois! Il ne put, hélas, la faire partager bien longtemps, car il est parti trop tôt de ce monde qu’il aimait tant. C’est en tout cas mon avis et celui, j’en suis sùr, de pas mal de ceux qui l’ont connu et ont passé de bons moments de rigolades avec lui! Car c‘était aussi cela, la Scala!

PS. J’espère que Jean Claude JOLIVIERE nous fera parvenir une photo de son frère. 

   

Publié dans JOLIVIERE Jacques dit "Jacky" | Commentaires fermés

VICTORIA

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 30 mai 2012

VICTORIA

*

VICTORIA dans VICTORIA VICTORIA-chanteuse-anglaise-300x227

*

VICTORIA était une jeune chanteuse anglaise, amenée à la Scala par Francis LEMARQUE. Il l’avait prise sous son aile, dans sa maison d’édition, que dirigeait déjà, en partie, Danielle KORB LEMARQUE, sa fille ( Voir à son nom et à celui de Francis LEMARQUE). VICTORIA avait une jolie voix, sensible, très haut placée et s’accompagnait remarquablement à la guitare. Dans le métier, on commençait à parler d’elle, notamment Georges MOUSTAKI, un habitué du quartier, qui, dans une émission qui était consacrée à VICTORIA, ne tarissait pas d’éloges à son sujet!

VICTORIA-avec-MOUSTAKI-en-1972-150x113 dans VICTORIA

Avec Georges MOUSTAKI, en 72 (Document INA)

Même si, à la Scala, on ne s’intéressait pas trop à ce qui se passait à l’extérieur, dans le « bisness », le moins que l’on puisse dire, c’est que VICTORIA charma une bonne partie des habitués mâles, par sa gentillesse, sa spontanéité et surtout, son talent. Plus d’un voulut « sortir » avec la belle anglaise. Mais celle-ci, prude et réservée savait les tenir à distance, d’une manière douce, mais ferme et résolue! Cela n’empêcha nullement Rodolphe KARSENTY, d’en tomber éperdument amoureux! Il alla même jusqu’à écrire des poèmes enflammés qu’il fit lire par qui le voulait bien! Mais là, aussi, VICTORIA resta inflexible à ses avances, parfois à la limite de la violence. Avec, bien sûr, l’attention soutenue de toute la Scala qui n’hésitait pas à se gausser de la mine piteuse qu’arbora ostensiblement le pauvre Rodolphe, pendant un bon bout de temps.

Victoria-brunes-blondes-roussesCoiffeur-296x300

Comme un roman qui finit mal, un (pas si) beau jour (que ça), VICTORIA disparut, laissant derrière elle, « une traînée de désespoirs et d’amoureux transis », comme on ne disait pas encore dans la presse people! Blague à part, même si nous ne savons pas ce qu’elle est devenue, nous gardons un souvenir attendri de VICTORIA, chanteuse anglaise, amenée à la Scala par l’ami Francis LEMARQUE!  

VICTORIA-pochette-2-294x300

*  

Publié dans VICTORIA | Commentaires fermés

MIMINES (les)

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 19 mai 2012

MIMINES (les)

*

Pourquoi les MIMINES? Nous n’avons jamais connu les deux soeurs que sous ce sobriquet! Nous savions seulement que la plus âgée se prénommait Pascale. Celui de la cadette et le nom de famille des deux filles ont toujours été un mystère! Mais peut importe. Habitant le quartier, rue Cuvier, tout près de chez nous, , elles ont rappliqué dans la première partie de la décennie des années soixante. Elles se firent très vite remarquer par leur capacité à attirer à la Scala des chanteurs plutôt étrangers, comme « les DUDAÏM« , remarquable groupe israélien.

MIMINES (les) dans MIMINES (les) DUDAIM-144x150

Comment s’y prenaient-elles? C’était un autre mystère, car, apparemment, elles ne faisaient pas partie du milieu du »show bissness » ou même d’un milieu d’artistes. J’ai déjà dit, par ailleurs, que l’énergique talent des « DUDAÏM » nous avait valu quelques problèmes de « bruits tendant à troubler l’ordre public »du côté du voisinage et du commissariat du quartier! Mais bon! Tout le monde s’accorda, quand même, à reconnaître qu’à la Scala, c’était un vrai bonheur d’avoir connu « les DUDAÏM« . Je pense aujourd’hui que la venue  des « étudiants de COÏMBRA » fut également due aux MIMINES! 

COIMBRA-etudiants-4-150x100 dans MIMINES (les)

Ce qui fait que les deux soeurs, jouirent, pendant pas mal de temps, d’une certaine estime auprès des  habitués et, je dois le dire, de nous-mêmes! Jusqu’au jour oû elles nous apprîrent qu’elles venaient d’ouvrir une boîte, dans le quartier, à quelques dizaines de mêtres de chez nous, exactement au 13 de la rue Linné! Là où nous avions vécu, avant la Scala! Sans se gêner outre mesure, elles firent une « retape » sidérante auprès des habitués! J’aurais du en être contrarié, voire blessé! Pourtant les MIMINES, si elles nous piquèrent quelques « clients », (qui revinrent d’ailleurs très vite), nous envoyèrent, entre autres, le père Aimé DUVAL, DARY, Gérard THOMAS, qui devinrent de véritables piliers et amis de la Scala! 

La boîte, appelée, bien sûr, les « Mimines » ne dura que quelques lunes, car il n’était pas facile pour les soeurs, d’innover, dans un quartier bourré de cabarets, de cafés-théâtres et, il faut bien le dire, de barricades et de CRS, car nous étions en 1968! 

Les MIMINES disparurent, comme elles étaient venues, toujours enveloppées d’un mystère non élucidé! C’est ce qui, indéniablement, fit leur charme.  

Publié dans MIMINES (les) | Commentaires fermés

DARROS Frédérique

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 18 mai 2012

DARROS Frédérique

*

DARROS Frédérique dans DARROS Frédérique darros-frederique-2

*

Chers Denise et Jacky!

La Scala fut un endroit magnifique!Nous y allions souvent, dans les années 60-70, avec mes amis de « la tribu » de notre très cher Marc de LOUTCHEK! Oui, vraiment de super souvenirs!Encore merci, Jacky, de ton accueil chaleureux.

Je vous embrasse fort tous les deux!

Frédérique DARROS

*

Chère Frédérique!

Et oui, comment ne pas se souvenir des moments inoubliables passés en compagnie de la mythique « tribu » de Marc de LOUTCHEK qui a marqué la Scala pendant tant d’années! Les Philippok, (le frère de Marc), Laurent, Igor, Olga, Bielka, ), Aldo etc..  »Tribu » dont tu faisais aussi partie, chère Frédérique! Et Pascal, le fils de Marc, que tu continues à fréquenter! Nous aussi, d’ailleurs! 

Inutile de dire que tu es, à juste titre, la bienvenue sur le blog de « la Scala retrouvée »! Et que nous en éprouvons un grand plaisir!

*

darros-frederique dans DARROS Frédérique

On voit que la Musique et le Chant ne t’ont jamais quittée!

*

LOUTCHEK-de-Marc-son-fils-PascalBielka-Laurent-et-Igor1-300x173

Tu t’en souviens?

*

Publié dans DARROS Frédérique | Commentaires fermés

CELLIER Caroline

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 mai 2012

CELLIER Caroline

*

CELLIER Caroline dans CELLIER Caroline cellier-et-nathalie-garcon-637x0-1

*

Caroline CELLIER devait avoir 19-20 ans, quand elle est venue à la Scala, en l’année 1965. Elle s’asseyait sur un tabouret du comptoir et on ne peut pas dire qu’elle participait beaucoup aux discussions d’autrui. Pourtant, elle écoutait avec attention les chanteurs ou guitaristes du moment. On ne savait pas grand chose d’elle, si ce n’est  qu’elle prenait des cours de comédie chez SIMON, qui était très à la mode à ce moment là. A vrai dire, Anne Marie WEILER l’avait abordée au début et conversait de temps en temps avec elle. C’était un plaisir de voir ces deux belles filles, dont l’une, Anne-Marie, grande, sculpturale et « voyante » (sans que cela soit péjoratif de ma part) et l’autre, (Caroline) plutôt menue, discrète et très jolie! Discrète, au point de n’avoir jamais dit qu’elle avait déjà fait du théâtre et joué dans des télé films, notamment avec Daniel HIGELIN, un habitué du quartier. (Peut-être, était-ce par lui qu’elle avait connu la Scala!) Discrète aussi, par le fait qu’il a fallu qu’Anne Marie, dans son long et beau témoignage (voir à son nom), me remémore la présence de Caroline CELLIER à la Scala! 

CELLIER-Caroline-la-tete-du-client-2 dans CELLIER Caroline

Film de Jacques POITRENAUD 1965

*

On le sait, maintenant. à la Scala, on ne se préoccupait guère du statut social, fut-il glorieux ou modeste. Même si, parfois, certains, (heureusement minoritaires) prirent la « grosse tête », ce ne fut pas le cas de Caroline CELLIER, ce qui est tout à son honneur! Et, à travers le temps, nous l’en remercions.     

 

Publié dans CELLIER Caroline | Commentaires fermés

ZURINI Antonella

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 12 mai 2012

ZURINI Antonella

*

ZURINI Antonella dans ZURINI Antonella ZURINI-Antonella-et-sa-fille

 *

Au cours de l’année soixante quatre, si je me souviens bien, notre ami Pâris ZURINI fit la connaissance d’Antonella, une jeune italienne qui avait pas mal d’années de moins que lui! Il l’amena donc à la Scala. Nous fûmes très admiratifs sur ce choix, car Antonella était mignonne,   intelligente et cultivée. En plus, très douce et gentille, ce qui ne gâtait rien, bien au contraire! Cette rencontre idyllique coincida avec l’ouverture d’un restaurant végétarien, l’inca. tenu, bien sûr, par l’ami Pâris! (Voir à son nom, la description de cette mémorable ouverture ). Le couple  s’adonna donc à la cuisine macrobiotique et continua à fréquenter la Scala, car le restaurant  fermait le soir beaucoup plus tôt que celle ci. Entre temps une fille naquit de cette union et le « jeune » Pâris la montra  fièrement à toute la Scala!  Ce qui n’empêchait nullement Antonella de discuter, à bâtons rompus, philosophie, sociologie voire musique, chansons ou autres sujets circonstanciels avec les habitués érudits, quand il y en avait. Car en bonne italienne érudite, Antonella avait le verbe et la réplique faciles, tout en restant toujours amicale et avenante.

Nous ne savons pas ce quelle est devenue, après la disparition de notre Pâris national (ou plutôt international, car il parlait plusieurs langues!) Quant à leur fille, dont je ne me rappelle pas le prénom (honte), elle a, aujourd’hui, une cinquantaine d’années! « Que le temps passe vite » , comme le chantait si bien l’ami MOULOUDJI! Oui, Antonella fit partie, tout comme Pâris et grâce à lui, de notre grande famille et nous en gardons un souvenir ému.

(Pardon pour le flou de la photo, c’est tout ce que j’ai trouvé, pour l’instant. Peut-être que Manou ou Gabriel ZURINI me dépanneront?)

!)

Publié dans ZURINI Antonella | Commentaires fermés

MICHAL Jean Jacques

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 3 mai 2012

MICHAL Jean Jacques

MICHAL Jean Jacques dans MICHAL Jean Jacques michal-jean-jacques

*

Je ne me souviens pas parfaitement de ce que faisait Jean Jacques MICHAL en dehors de la Scala. Non pas qu’il fut particulièrement discret ou effacé! Je me souviens seulement qu’il était plutôt drôle et je pense qu’il faisait peut-être partie du milieu musical, dans lequel évoluait, à l’époque, l’inévitable Robert GRETCH, (que je n’arrive pas à joindre)! Si c’était le cas, quel rôle avait Jean Jacques MICHAL exactement dans ce milieu de baladins? Musicos? Chanteur? Editeur? Directeur artistique? Mystère, pour l’instant! En revanche, même après ce long temps passé,je l’ai reconnu sans hésitation, sur cette photo trouvée, un peu par hasard, sur internet-facebook. Hélas, on n’y donne aucune précision sur ses activités professionnelles, passées ou actuelles, ses coordonnées, téléphone, email ou autres! (J’ai laissé tout de même un message à son intention, sur facebook).

Mais vous commencez à me connaître, maintenant. Je suis têtu comme une mule! Même sans grande ou exceptionnelle information sur Jean Jacques, je le publie tout de même, partant du principe que, parfois, l’intêressé pourrait avoir « la puce à l’oreille », quand on parle de lui. Ou que l’un de vous le retrouve et lui parle (justement) de « la Scala retrouvée »!

Pourquoi pas? On peut toujours rêver! 

 

Publié dans MICHAL Jean Jacques | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou