• Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

ELMALEH Alex

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 26 octobre 2011

ELMALEH Alex

elmalehalexphoto2.jpg

Alex, talentueux guitariste manouche

elmalehalexpeinturedetziganes.jpg

Photo d’une peinture prise sur l’excellent « blog de Léon »

zurinigabrielcitation.jpg

*

elmalehcommentairerachel.jpg

Je suis la fille d’Alex ELMALEH. Mon père est décédé en 2006 à New York, il était toujours en contact avec Bernard GOUGEON. (Voir  à ce nom). J’aimerais écouter ceux qui l’ont connu….!!

*

 Rachel Elmaleh a dit: le 7 novembre 2011

elmalehrachelemail.jpg

Merci beaucoup, vous ne pouvez savoir comme je suis heureuse d’avoir découvert ce site, avec l’histoire de mon père. Je posséde quelques photos que je vous enverrai. Je me souviens de son ami Claude. Je suis presque sûre qu’il s’appelait Claude ROUSSEAU. (Je ne suis pas sûre de la prononciation).Excusez moi d’écrire en anglais, (je ne veux pas paraître bête d’écrire en français), Mais je le comprends.Voulez vous savoir s’il y a eu des enregistrements de mon père?…….Encore merci. 

Rachel ELMALEH

05 09 2012- Email de Rachel:

ELMALEH Alex dans ELMALEH Alex ELMALEH-Rachel-Email

elmalehalexphoto4.jpg

C’est bien Claude, qui est à la gauche d’Alex, hélas, à moitié coupé!

Rien à voir avec Alex EL MALEH chanteur contemporain, que j’ai découvert, par hasard, sur internet! Notre Alex, à nous, dit « le gitan » pourrait être, aujourd’ hui son père, voire son grand père! Alex était  unique, à plusieurs titres (si je peux dire). C’était quelques temps  après l’ouverture de la Scala. Comme la température des affaires était nettement au dessous de zéro, je décidai de peindre, avec du blanc d’espagne (que j’avais trouvé dans la cave), une énorme guitare sur la vitrine, espérant que cela attirerait quelques musiciens! Un après midi, je remarquai deux gugusses, portant chacun une guitare en bandoulière et qui semblaient fascinés par le dessin, pas trop mal réussi, je l’avoue. Je les invitai à entrer. Ils me demandèrent timidement s’ils pouvaient venir jouer le soir même. Je n’en croyais pas mes oreilles. Je leur annonçai, quand même, qu’il n’y aurait probablement personne pour les écouter. Ils sortirent leur guitare de l’étui et se mirent à jouer. Ce fut, pour moi, une grande révélation. Comme je l’ai écrit dans une chanson, consacrée à un autre gitan, Paulo, musicien autodidacte et génial,  »l’air devint plus léger et on se sentait emporté dans un autre monde« ! Le soir, je vois arriver les deux gars, dont j’apprends le nom, Alex ELMALEH et son pote Claude, accompagnés d’une kyrielles de gens que je ne connaissais pas, qu’ils avaient rabattus, je ne sais trop comment. Je sus après, que c’était la famille PREVOST, Françoise, Danielle, Martine, « Bibi« , Alain et leur tante. BAMBINO, un ami, était du lot, ainsi qu’un représentant de commerce, du nom de LE QUEZENNEC et quelques autres. Bien sûr, la famille ZURINI, Pâris, Manou, Gabriel et leur mère, Huguette, était, aussi, présente, comme elle l’était (heureusement pour mon moral), pendant tous ces soirs d’attente et d’espérance. J’ai déjà, par ailleurs, parlé de cette soirée mémorable, qui fut le départ d’une certaine ambiance indéfinissable qui, à part quelques anicroches sans grandes conséquences, ne se démentit  jamais. Et cela, grâce à Claude et, surtout, à Alex. En eurent ils seulement conscience? Alex ne sembla jamais se rendre compte de son talent! Quand on lui en parlait ou qu’on lui demandait pourquoi il ne voulait pas être un professionnel, il ouvrait de grands yeux. Pour lui, c’était naturel, il avait ça dans le sang, il jouait comme il respirait. Par la suite, je sentis que cette réaction, qui pouvait passer pour primaire, était spécifique à beaucoup de gitans. Le drôle de l’histoire, c est qu’Alex parlait toujours d’un rêve qui lui tenait à coeur: devenir stewart sur un Boeîng. Mais comme il avait un tic qui consistait à dodeliner de la tête de bas en haut et de gauche à droite, tout en scandant qu’il voulait devenir stewart, cela produisait un effet humoristique dont se servirent Manou et consorts, plus que de raison, étant toujours à l’affût de bons mots moqueurs mais jamais méchants, pour amuser la galerie! Alex et Claude jouèrent pendant un bon bout de temps et toujours avec succès. Puis, en bons gitans changeants et voyageurs, un jour, ils disparurent, laissant la place à d’autres gitans, mais aussi, à beaucoup d’autres artistes. Il est indéniable qu’ils furent les premiers « gratteurs » de la Scala et que cela nous porta chance!

elmalehalexphoto3.jpg

Rachel, avec papa Alex. 

PS. C’est un grand bonheur d’avoir sa fille Rachel, qui habite New York et qui, par le biais d’un mail , nous apprend qu’elle est heureuse d’avoir, (par un heureux hasard), découvert le blog de la « Scala retrouvée »!

C’est elle, aussi, qui nous envoie ces inestimables photos! Merci!

elmalehalexphotosamontmartre.jpg

    ELMALEH-Alex-peinture-de-247x300 dans ELMALEH Alex

Peinture d’Alex ELMALEH 

Publié dans ELMALEH Alex | Commentaires fermés

BONNEFOUS Marie Jo

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 23 octobre 2011

*

BONNEFOUS Marie Jo

*

Marie Jo fut, si l’on peut dire, une habituée à double casquette! Belle soeur de Denis DAUMAL et grande amie de Robert HANNA, elle fut, à la Scala, une sorte d’égérie , à la fois discrète et sérieuse. Dans la journée, elle travaillait au CROUS, Centre Régional des Oeuvres Universitaires et Scolaires) et il lui arrivait souvent, le soir, de prolonger son action sociale au sein même de la Scala, fréquentée aussi, comme on le sait, par beaucoup d’étudiants de la Fac de Science et autres. C’est dire que ses amis, garçons ou filles, ne se comptaient plus. Ce qui ne veut pas dire qu’elle pratiquait  forcément un quelconque favoritisme envers ces derniers! 

bonnefousmariejocrous.jpg

On dit souvent que les gens heureux n’ont pas d’histoire. Je n’ai, au fond, pas d’autres choses à dire, si ce n’est que Marie Jo fut une fidèle habituée jusqu’à la fin, qu’elle participa souvent aux nombreuses péripéties de la Scala, (plutôt) bonnes ou (rarement) mauvaises. Qu’elle était originaire d’Alès, oû ses parents avaient une pharmacie, (nous l’avons revue, une ou deux fois, dans les années 80) et qu’elle fit indéniablement partie des personnages marquants, dont nous nous souvenons encore, aujourd’hui.

Petit regret, que j’espère momentané: nous n’avons pas encore réussi à la (re)contacter et donc, à avoir le plaisir de publier une photo d’elle.

Et comme elle était plutôt mignonne!…. 

Publié dans BONNEFOUS Marie Jo | Commentaires fermés

« JOSY »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 21 octobre 2011

*

« JOSY »

*

Comment ne pas parler de Josy? Même si nous avons oublié son nom de famille, même si nous n’avons pas de photo d’elle, même si elle n’était ni artiste, ni journaliste, ni étudiante, ni folklo! Et même si elle n’avait pas le profil Scala. Mais y en avait-il vraiment un? !    

Josy rappliqua dans les années soixante dix, flanquée d’un mari, Olivier, dont on s’aperçut très vite qu’il avait constamment une longueur de retard sur le flot de paroles qu’elle diffusait abondamment et à tout bout de champ. Physiquement, toujours très maquillée, à la limite du vulgaire, (elle ne l’était pas), Josy semblait sortir tout droit d’un film de FELLINI. Disons, qu’elle avait une laideur sympathique. Et pourtant, malgré cette façade qui semblait négative, elle trouva le moyen de devenir une habituée à part entière. ce qui n’était pas toujours évident, dans une Scala souvent fermée aux nouveaux venus, du moins au début! La raison est qu’on se rendit compte qu’elle avait le coeur sur la main!  D’autres raisons? C’est elle qui nous fit connaître la demi soeur d’Edith PIAF, Simone BERTEAUT, en présence de laquelle, nous fûmes invités à déjeuner plusieurs fois, dans l’appartement de Josy et Olivier. C’est donc grâce à Josy si nous fîmes la connaissance de Simone BERTEAUT et si celle ci revint souvent à la Scala! Comme nous avions monté une équipe de football, avec Olivier, Claude RUMMEL, Denis DAUMAL, Alain HEISSE, Jacques SAMMY, FALL et quelques autres, Josy vint régulièrement nous supporter, nous servir à boire et couper des tranches de citrons, pour nous désaltérer, quand on crachait les poumons, en jouant les samedis sur le stade de PERSHING, au bois de Vincennes. Ce fut une période un peu spéciale, au vu de l’ambiance habituelle de la Scala et souvent ponctuée par des fous rires communicatifs, à chaque fois que l’on perdait un match, c’est à dire souvent, pour ne pas dire toujours!

 josystadepershing2.jpg

Le stade Pershing n’existe plus, c’est bien dommage!

*

Blague à part et en dépit de ce que j’ai dit d’elle, au début, Josy nous marqua suffisamment pour que l’on s’en souvienne, tant d’années après. Qu’elle soit, aujourd’hui, sur le blog, c’est le moins qu’on pouvait lui offrir!   

Publié dans JOSY | Commentaires fermés

NOUCHI Yves

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 21 octobre 2011

*

NOUCHI Yves

*

nouchiyvesplumedecristal.jpg

*

Dans toute l’histoire de la Scala il y eut quatre catégories d’habitués:les « artistes », chanteurs, musiciens, auteurs compositeurs, comédiens, peintres etc..Vinrent ensuite les journalistes, presse, radio, télé. Puis les étudiants de la fac de Jussieu, qui se trouvait tout près de chez nous. Enfin, les autres habitués (et pas des moindres) , joueurs d’échecs, commerçants, professions libérales ou « folklos » du quartier,  tous étant majoritairement spectateurs ou auditeurs attentifs des « artistes.

Au début des années soixante, l’ami Alain PUJOL fut l’incontestable pourvoyeur des journalistes, tels René MARGERIDON, Betty TRUCK, Michel DOUSSY, Marc ILLEL, Christian DURANDET, Gérard PABIOT, Jacques AUDOIR, Pierre ANDRO, Jean Pierre MOGUY, Jean BRUCE! Il faut dire que la plupart de ces gaillards n’engendrait pas la mélancolie. Alain PUJOL, en tête! Du moins, à la Scala. Yves NOUCHI, également journaliste, était plus discret. Ce qui ne l’empécha, pas dans sa vie professionnelle, d’avoir plusieurs cordes à son arc. En 1964, il était rédacteur en chef de « Constellation« , une revue de vulgarisation scientifique. Il fut même stagiaire à la Cour d’Appel de Paris! En 1968, il fut le co-auteur de Raymond DEPARDON, photographe, réalisateuret scénariste, des Jeux Olympiques de MEXICO. Ce qui procura, à l’un et à l’autre, un appréciable succès. Il écrivit, entretemps, pas mal de livres sur des sujets différents, notamment. « Gagner de l’argent en 10 leçons« . Ce qui était la preuve d’un grand ecclectisme!

nouchiyvesgagnerdelargenten10.jpg 

*

En 1997, , il remporta « la plume de cristal«   en tant que président A.P.J.T.

Plus récemment, il remporta «  la plume de cristal » qui récompensait son talent de journaliste.

nouchiyves.jpg

*

Comment ne pas être content, voire fier d’avoir eu, pendant pas mal de temps, l’ami Yes NOUCHI, sur les bancs de la Scala?

    

Publié dans NOUCHI Yves | Commentaires fermés

MANOUBY Larif

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 18 octobre 2011

*

MANOUBY Larif

*

 manoubyphoto.bmp

*

Le début de l’année 1964 ne fut pas une période idéale. Pourtant, les habitués emplissaient déjà les soirées, les artistes en herbe se produisaient abondamment, bref, la Scala avait pris sa « vitesse de croisière » depuis un bon bout de temps! Mais voilà! Le voisinage commençait à se plaindre de l’ambiance bruyante qui se renouvelait tous les soirs et du claquement des portières de voitures, quand les dits habitués sortaient de la Scala, pour  rentrer chez eux, à une heure « plutôt » tardive, si j’ose dire! Une plainte fut déposée pour tapage nocturne, vite transformée par le commissariat du 5e, en menace de trafic de drogue et autres délits immoraux! Ce qui aurait été profondément injuste et aurait pu se terminer par une fermeture définitive! Heureusement, l’ensemble des habitués envoya spontanément une pétition auprès du préfet de police

manoubylarifptition19641.jpgmanoubylarifptition19642.jpg

(On remarquera que l’esprit de famille et de solidarité régnait déjà, à la Scala!). Il y eut de très nombreuses signatures, ce qui impressionna probablement; la décision des autorités. Il y eut aussi l’intervention et la présence, à plusieurs reprises, à la Scala, d’un de nos amis, G.G, qui était alors le patron de l’I.G.S. Pour finir, la  »peine » fut réduite, mais la fermeture dura tout de même quelques semaines, vu les lenteurs de l’administraton.

Larif MANOUBY fut un des premiers signataires, c’est dire qu’il était déjà bien incorporé dans le milieu de la Scala. 

manoubysignatures.jpg 

C’était un jeune garçon plutôt réservé. Il débutait dans le journalisme, mais on sentait qu’il avait d’autres ambitions. Ce qui d’ailleurs se produisit, au début des années soixante dix. Il devint un personnage important, en réconciliant le cinéma avec la télé, ce qui n’était pas évident à l’époque.

manoubularif.jpg

manoubyarticleextrait.jpg

Larif, à la Scala, resta toujours aussi réservé et discret, parlant rarement de ce qu’il faisait en dehors. Il eut pas mal de bonnes relations amicales avec les autres habitués, y compris avec les chanteurs et musiciens, qu’il appréciait beaucoup. Bref, il fut un élément marquant, auquel j’ai plaisir à rendre hommage!

PS. Je ne suis pa sûr que la photo piquée sur internet, soit la bonne. On verra bien! 

*

  

 

 

Publié dans MANOUBY Larif | Commentaires fermés

BRESARD Anne

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 13 octobre 2011

*

BRESARD Anne

*

bresardannephoto12.jpg

Bonjour à tous et à Jacky.

Je suis Anne BRESARD, la dernière épouse de Roger MARINO, avec lequel j’ai vécu vingt deux ans et qui m’a donné une magnifique fille, Lelia.aujourd’hui âgée de vingt neuf ans.Nous avons fini ensemble la construction de son bateau « le Ludion » et avons navigué toutes ces années, de 1975, jusqu’à 1986. Ma rencontre avec Roger, je la dois à GERMINAL, présent rue Mouffetard, le jour de notre rencontre. MARINO jouait alors son « one man show » à la vieille grille et nous allions souvent à la Scala. C’est vrai qu’âgée alors de vingt et un ans, je trouvais que le lieu était riche en rencontres et nous pouvions nous exprimer en toute liberté. Le décès de Maurice ALEZRA, m’a terriblement affectée. Par la suite, nous avons fait une longue route avec Jacques SERIZIER, avec des créations et des fêtes aussi des chagrins! Puis une autre création, avec Armand BABEL, dont personne ne parle. Gilles ELBAZ, notre ami de toujours, Serge MARTIN, avec qui MARINO a construit son voilier à Honfleur. Nos soirées avec Christian NOHEL, avec qui j’aimerais tellement rentrer en contact! Chez Georges, rue des Canettes, ils sont tous passés par là!Alors, je prépare un site dédié à tous ces artistes de talent, inconnus pour la plupart! Merci à Jacky pour la « déconfiture », bien que l’auteur ait la dent dure, mais j’aime l’humour noir! Un rectificatif, cependant: MARINO s’est taillé un sacré succès avec le chet d’orchestre, par la suite. Heureusement, (j’étais témoin de son succès).et d’autres succès pour ses chansons!

Merci à Jacky pour ce site, important témoin d’une période qui fut riche et qu’on ne regrette pas d’avoir vécu. Et de redonner vie à tous ces personnages inoubliables et irremplaçables!

Anne BRESARD.

 *

bresardannephoto21.jpg

*

Bien sûr, Anne, je me souviens très bien de toi! Tu as remarqué, sur le blog, que j’ai plutôt bonne mémoire!Tu m’apprends le décès de notre ami Maurice ALEZRA. Cela me bouleverse, car ces derniers temps, j’ai cherché à le recontacter et étonné de n’avoir pas de réponse. Je comprends, hélas, pourquoi. Ce fut un grand bonhomme du café-théâtre. Tout est parti de la vieille grille! Nous avons débuté pratiquement le même jour, au début de 1960. Et douce dérision, il me demandait des conseils sur la gestion de son futur café-théâtre! C’est nous qui avons présenté Serge MARTIN à Laure. qui est devenue sa femme. Nous avons été invités à leur mariage, après avoir fait une énorme balade sur le énième bateau construit par Serge, bateau qui s’appelait « Eole ».2 ou 3. Pour Christian NOHEL, je t’envoie l’adresse de l’ email d’un ami à lui, oû tu pourras le contacter. (Aux dernières nouvelles il était très malade!) GERMINAL est toujours un grand ami. Nous nous voyons parfois. Ah, Georges! Je lui ai envoyé quelques artistes. Je suis moi-même passé chez Georges, avec ma guitare et mes petites chansons. C’était pour le plaisir. Nous avions d’excellentes relations. Pour le chef d’orchestre, j’ai regretté, en effet, que MARINO  n’ait pas un succès plus important pour ce sketch qui nous fit (combien de fois?) mourir de rire! Quant à sa chanson, la confiture, chantée par les frères Jacques, elle eut un énorme succès populaire! Ce n’est, au fond, déjà pas si mal! 

A mon tour je te remercie du fond du coeur de nous avoir contactés. Et bon vent pour ton site!

bresardannedoc.jpg

*

Publié dans BRESARD Anne | Commentaires fermés

Gérard GOBLET

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 11 octobre 2011

*

GOBLET Gérard

*

Notre excellent ami retrouvé, Claude JACQUIN (voir ce nom),  nous a envoyé un email, dans lequel il nous a, entre autres choses, rafraîchi la mémoire, concernant Gérard GOBLET, un habitué que nous avions un peu oublié. Pourtant, j’ai une dette particulière envers ce garçon, qui, travaillant à la FNAC, dans les années soixante dix, me transmit de précieux conseils sur l’utilisation du fameux magnétophone « REVOX », génial  instrument qui fit le bonheur de Robert GRETCH et moi-même. A l’époque, les appareils de prises de son étaient encore à bande magnétique. Malgré des résultats performants, c’était une technique artisanale qui avait, malgré tout, ses limites. Il fallait beaucoup de talent, voire du génie pour « bricoler » sur ces appareils et arriver à en sortir un son personnel et artistique! Sans oublier les « effets » ! Aujourd’hui, avec le numérique, il suffit d’appuyer sur un bouton pour obtenir des milliers d’effets et le bricolage n’existe plus! Grâce aux conseils techniques de Gérard, je pus enregistrer correctement, sur le REVOX, l’album Guitares naïves, musique pour l’image, qui fit le tour du monde. Robert GRETCH et Claude PRECHAC, participérent à cet album. C’est le groupe Blue grass Flingou 37 1/2. composé de  »Mike » LARIEde, Jean Marie REDON, Claude LEFEBVRE et  Eric BOUILLET, qui jouait (voir à ce groupe). C’est aussi grâce à Gérard si, après la fermeture définitive de la Scala, en 1975, je trouvai du travail sur quelques films de Claude CHABROL et sur Antenne 2 en tant qu’ingénieur du son! J’apprends, aujourd’hui, par Claude JACQUIN, que Gérard a fait, lui-même, une très belle carrière d’ingénieur du son.! Notamment au sein de l’équipe de Vanessa PARADIS! Je dois avouer, aussi,  que ces dernières années, j’ai créé plusieurs albums de chansons en enregistrant les musiques et la voix, en gravant les C.D. J’ai même créé les pochettes avec textes et photos. Bref la totale! Tout cela, c’est un peu à Gérard GOBLET que je le dois!    

 Je me devais de lui rendre ce petit hommage. Certes, il ne fut pas un « artiste » tel qu’on se le représente communément.  (Quoique j’affirme que les bons ingénieurs du son sont des artistes à leur façon). En tout cas, il a su marquer sa présence à la Scala, par sa gentillesse, sa générosité et sa capacité d’aider les gens avec désintéressement. Dernier petit point pour confirmation de sa gentillesse: Denise m’a rappelé que Gérard garda, pendant  un mois, notre chatte Zoé, (grande habituée de la Scala), alors que nous nous dorions au soleil de Grèce!

gobletgrardlechatzo.jpg

Zoé, une habituée, ô combien, de la Scala! Années 70

Pour toutes ces raisons, tout comme Claude JACQUIN, nous aimerions bien savoir ce que Gérard GOBLET  est devenu! Ne serait ce que pour le remercier!   

Publié dans GOBLET Gérard | Commentaires fermés

TREDEZ Guy dit »Neptune »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 7 octobre 2011

*

TREDEZ Guy dit « Neptune »

*

C’est Claude ELOI, dit « le beauf », le frére de Denise, qui nous présenta Guy TREDEZ, que nous avons, par la suite, toujours appelé « Neptune ». Celui ci se révéla très vite un personnage déroutant et plutôt fantasque. Déroutant, parce qu’il était docteur et qu’à ce titre, il pratiquait une médecine qui, le moins qu’on puisse dire,  était plutôt marginale, voire à la limite du légal. Ne m’avait il pas, pour un bobo insignifiant, administré un calmant qui me fit dormir deux jours d’affilée? Fantasque, parce qu’il vivait en permanence dans un monde fantastique. N’avait il pas traduit, de l’anglais, en 1950, le fameux conte de Lewis CARROLL, « Alice au pays des merveilles«  et quelques autres du même acabit? Cela l’avait-il influencé ou était ce le contraire? Mystère!

                                       

                         tredezguyaliceaupays.jpg       tredezguylepetitlord.jpg

Traduits de l’anglais par Guy TREDEZ

Toujours est il qu’il portait bien son surnom « Neptune », vivant dans son propre monde et percevant les choses à sa façon! A l’époque, il avait un peu plus de quarante cinq ans et ses amours n’étaient pas moins originales et imprévisibles. Car il était très cultivé, d’une vive intelligence et, au demeurant, très amical et drôle! « Neptune » ne profita pas longtemps de son existance originale puisqu’il mourut de maladie en 1972. Beaucoup le regrettèrent, je crois, car il avait apporté à la Scala, peut être sans s’en rendre compte, un souffle d’originalité, une certaine richesse intellectuelle et un sens de l’humour communicatif! 

  *

Publié dans TREDEZ Guy dit "Neptune" | Commentaires fermés

SERPOLLET Andrea

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 4 octobre 2011

*

SERPOLLET Andrea

*

Andrea SERPOLLET, surnommée, à l’époque, » Minouche » et  soeur de Robert SERPOLLET  (voir à ce nom), fit partie, au début des années Scala, de la bande à BELTOISE, Jean Pierre, Alain, Michel Jean Michel GIORGIJacques GODREUL, dit « Béru » et Manou ZURINI, dont elle était « la petite amie ». J’ai déjà abondamment parlé de la « bande à Beltoise », sur ce blog! Mais que dire sur « Minouche »? Que, plutôt réservée, elle n’avait pas l’air de toujours accepter les facéties de la bande, parfois excessives, fussent elles amicales, sympathiques ou amusantes ! En fait, elle tenait bien son rôle dans la bande, mais gardait en permanence un air un peu lointain, pour ne pas dire hautain! Il faut dire qu’elle était une fort  belle fille, brune et typée, façon légende grecque et, qu’à ce titre, malgré son jeune âge, elle pouvait impressionner ceux qui l’approchaient. Néanmoins, ses rapports avec Denise et moi-même étaient, disons le, plus « normaux », vu que nous étions plus âgés que l’ensemble des habitués, aussi, peut-être, parce que nous étions très amis avec son frère Robert.et sa belle soeur Jacqueline!  Elle fut néanmoins présente à la Scala, jusqu’au moment oû le couple Manou- »Minouche » se sépara définitivement. Ce devait être au cours des année 62 ou 63. On ne la revit plus à la Scala, si ce n’est, d’en entendre parler par les membres de sa famile. En revanche Manou fut fidèle pratiquement jusqu’à la fermeture. On a peut être compris que nos souvenirs sur « Minouche » sont relativement flous, car celle ci ne se livra jamais à fond pendant la période oû elle fréquenta la Scala! Ce qui était plutôt rare en ce lieu, oû, chacun s’exprimait ô combien librement et généreusement! 

Dans les années 80, nous revîmes quelques fois « Minouche » (surnom qu’Andrea semble vouloir oublier) à CASTELNAU VALENCE, dans le Gard, oû elle avait acquis une maison, tout près de celle de Jacqueline et Robert SERPOLLET. Mais les rapports, malgré notre enthousiasme des « retrouvailles », ne fûrent pas très chaleureux! Petit à petit, nous nous (re)perdîmes de vue. Dernièrement, j’ai essayé de la contacter, par email, afin qu’elle figure sur le blog. Mais je n’ai pas eu de réponse. Toutefois, fidèle à mes engagements envers « la Scala retrouvée« , je prends sur moi de la publier. Car, malgré tout, elle fit partie de la  »famille »! Ce que je fais, d’ailleurs, avec un grand plaisir, malgré ma déception de ne point avoir un témoignage et une photo de la (toujours) belle Andréa, dite »Minouche »!

Publié dans SERPOLLET Andrea | Commentaires fermés

NATACHA

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 1 octobre 2011

*

NATACHA

*

natacha3.jpg

Qui a jamais connu le nom de famille de NATACHA? Elle était très secrète sur ce sujet et quelques autres. On savait seulement qu’elle habitait Provins, une petite ville pas très loin de Paris, oû elle faisait la navette pour venir à la Scala. Sa mère tenait un restaurant dans cette ville. Natacha allait souvent l’aider pendant les  week ends. (200 kms aller et retour, il fallait du charisme!) C’est tout ce que l’on savait sur sa vie « privée » Cela n’avait, d’ailleurs, à la Scala, aucune importance, vu la totale liberté que l’on accordait naturellement à tout un chacun, Peut-être importance pour elle, car on avait remarqué qu’elle se complaisait facilement dans  certains petits mystères  qu’elle  entretenait avec beaucoup d’ardeur et de constance. Et pas que sur sa vie privée! Car elle avait le don inné de trouver inlassablement de nouveaux prétextes, pour justifier son comportement souvent excessif! Elle était plutôt jolie fille, blonde, avec un charme évident et une redoutable énergie à la russe. C’est dire que les nombreuses aventures qu’elle eut, à la Scala, n’étaient pas de tout repos pour ses partenaires masculins! Je me souviens d’un réveillon tumultueux au cours duquel elle lança avec rage, une bouteille de champagne (pleine) sur l’ami Christian MARCANTETTI, qui ne dut son salut qu’à ses réflexes de karateka! D’autres prétendants défilèrent à qui mieux mieux, toujours avec les mêmes résultats! En tous les cas, ils ne s’ennuyaient pas avec elle! L’autre ami Dédé FITOUSSI, en bon samaritin du coeur, voulut, en un temps, lui apporter une stabilité rédemptrice. Mais rien n’y fit! En fait, cette instabilité permanente fut justement, quoique  paradoxalement, ce qui fit le charme de Natacha. Elle ne semblait exister que par ses excès! Ce qui ne l’empêchait pas d’être sensible à la musique, même si elle avait une préférence pour ceux qui la jouaient et cultivait avec bonheur l’amitié avec les autres filles de la Scala. Et même avec les garçons, à condition, bien sûr, qu’ils n’entrent pas dans son jeu sentimental! 

Au fond, avec le temps, on s’aperçoit que NATACHA possédait une vraie personnalité dont on se souvient encore. Même si elle n’était pas une « artiste », elle fut une véritable égérie de la Scala, ce qui rend,  aujourd’hui,  sa présence profondément attachante et jubilatoire dans nos souvenirs.

Peut-être aurons nous la chance, un jour ou l’autre, de l’entendre nous dire elle-même, ce qu’elle pense de ces années enfuies!  

Publié dans NATACHA | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou