KAISER Peter

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 30 mai 2011

*

KAISER Peter

KAISER Peter

Le 21 03 2014- Reçu, enfin, par Hélène CRAMESNIL, une photo de Peter, attendue depuis si longtemps

CRAMESNILHélène photo Peter KAISER 

Peter KAISER était l’exemple, à la Scala, d’un internationalisme bien compris, qui, loin de dresser des barrières, enrichissait les rapports, malgré, parfois, la difficulté de la langue. D’origine autrichienne, Peter n’avait aucune difficulté de ce côté là. Il parlait parfaitement le français. En effet, comme monsieur Jourdain, faisait de la prose sans le savoir, la Scala abrita, tout le long de son existence, une multitude d’ »étrangers », sans qu’ils fussent, à aucun moment, considérés comme tels. Certes, la musique, qui n’a pas de frontière, en fut, la plupart du temps, l’heureuse  raison. Les flaminquistes pour l’ Espagne, les sud américains, pour leur (très riche) folklore, les israéliens, les italiens, les portugais, avec les étudiants de COIMBRA, les anglais et leur musique baroque, les nord africains, les africains, les russes, etc.

Mais il n’y avait pas que la musique  pour rassembler les « coeurs des nations ». Peter KAISER était photographe de profession, et comme beaucoup d’autres.simples habitués, ne faisait pas de musique. Mais il participait grandement aux échanges amicaux et fraternels, qui étaient de mise à la Scala, laissant à la porte toute rivalité, souvent source d’intolérance, de violence et de conflits! 

kaiserpeterphotojackysurlascne.jpg

« Jacky sur scène » à la Scala. Photo Peter KAISER

Aujourd’hui, Peter est souvent cité, dans le cadre de ce blog, pour sa gentillesse, sa générosité et sa culture  qui le faisaient aimer de tout le monde. Il prit, à la Scala, de nombreuses photos qu’il offrait à ses « modèles ». Comme beaucoup de « non musiciens pratiquants », il appréciait avec un intérêt non feint, les différents styles musicaux représentés à la Scala. De plus, c’était un beau garçon ayant du succès auprès des filles, mais il prenait cela avec beaucoup de modestie et de simplicité! Il nous arriva aussi d’avoir des échanges intéressants sur des tas de sujets, culturels, artistiques ou même politiques! 

Peter vint à la Scala pendant quelques années, hélas trop courtes, car il mourut à 30 ans, d’une maladie incurable. Il compte, aujourd’hui,  énormément dans nos souvenirs, à Denise et à moi. Et à beaucoup d’autres, nous en sommes certains!    

PS. Si quelqu’un pouvait nous apporter quelque anecdote ou photos sur Peter KAISER, c’est avec plaisir et émotion que nous les publierions.

Heureusement, c’est fait! (Voir plus haut.)

Publié dans KAISER Peter | Commentaires fermés

TATISCHEFF Jacques dit « Jacques TATI »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 27 mai 2011

*

 TATISCHEFF Jacques dit « Jacques TATI

*

tatijacquesportrait2.jpg

Pâris ZURINI fut, pour la Scala, un pourvoyeur exceptionnel de gens intéressants et pas des moindres! Je l’ai dit par ailleurs, il fut à l’origine, avec sa famille, du succès rapide et grandissant de la Scala, en nous amenant, dès le début, un nombre impressionnant de personnes qui devinrent, presque tous, de fidèles habitués!

Pâris nous parlait souvent de son ami Jacques TATI. Celui ci venait de temps en temps manger un falafel ou une socca à l’Inca.et à travers la vitrine de la Scala, on le voyait parfois repartir, avec la démarche très caractéristique qu’il avait popularisée dans ses films. Contre toute attente, on le vit, un soir, franchir le pas de la porte et venir s’installer debout, au comptoir, grand corps dégingandé, que beaucoup d’habitués regardèrent avec respect. Ce fut toujours le même coin du comptoir qu’il occupa, en restant debout, la plupart du temps! Car il revint plusieurs fois. Il ne parlait pas beaucoup mais observait le va et vient, tout en écoutant avec attention les « gratteurs » ou les chanteurs de service. Peut être s’inspirait-il pour quelque future séquence? Nous étions en 1962 ou 1963. Sur le moment, nous ne savions pas que  Jacques TATI entamait une longue traversée du désert qui allait durer une dizaine d’années.Ses trois précédents films, dont le dernier , »Mon oncle » qui remontait à 1958), n’avaient pas tellement marché en France.

                                     tatijacquesjourdefte1949.jpg  

                                     tatijacquesmononcle58.jpg                  

 Le public ne se pressait pas pour aller voir ses films  et les gens du métier, ne l’aidèrent pas beaucoup,  ayant surtout le regard tourné vers la « nouvelle vague », très en vogue, à ce moment là, trouvant même TATI démodé et ses films incompréhensibles!! Ce qui était, aux yeux de quelques uns d’entre nous, scandaleusement injuste! Le prochain film, « Play time« , ne sera seulement tourné qu’en 1968, avec, en plus, des ennuis financiers considérables! 

tatijacquesplaytimes1967.jpg 

Toute la Scala apprit par Pâris les « déboires » de Jacques TATI et afficha des attitudes plutôt compassées, voire de reproches, envers l’injuste société d’alors qui boudait ses films! C’était aussi cela, la Scala: En règle générale, on se moquait un peu de ce qui se passait à l’extérieur, mais quand un fait injuste ou douloureux entrait dans notre univers, c’était alors le coeur qui se mobilisait. Je ne sais pas si Jacques TATI en fut jamais conscient! Mais son personnage marqua la Scala un certain temps!

tatijacquesportrait1.jpg

Le 4 novembre 1982, Jacques TATI disparaissait, mais la Scala était déjà  fermée depuis longtemps. A VEZENOBRES, oû nous demeurions à présent, nous apprîmes la nouvelle avec  une certaine tristesse, mais aussi, une grande fierté d’avoir côtoyé un génie du cinéma!       

 

Publié dans TATISCHEFF Jacques dit "Jacques TATI | Commentaires fermés

TOPOR Roland

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 26 mai 2011

*

TOPOR Roland

*

toporroland2.bmp

Je sens que je vais faire plaisir à Gabriel ZURINI, qui l’a bien connu, d’abord à l’Inca, puis à la Scala, oû ils avaient de grandes conversations sur la musique, TOPOR devait avoir 22 ans. Je me souviens d’un rire tonitruant qui fusait régulièrement, comme s’il prenait un malin plaisir à en démontrer l’efficacité sonore. Il faisait des études à l’école des Beaux Arts, dans le 6e arrondissement, pas très loin de chez nous. Je crois qu’il commençait à être connu, en collaborant au journal satyrique « hara-Kiri » et au mouvement » Panique« . Mais nous n’en étions pas très conscients, tant nous étions pris par notre milieu, assez fermé quand ça concernait les évênements extérieurs! En tous les cas, il ne se comportait pas comme une « vedette ». Il était un excellent dessinateur et déjà très intéressé par le cinéma d’animation.

topor1978dessin.jpg 

On sentait en lui un humour noir et dévastateur qui se faisait oublier par le fameux rire!Pour l’heure, il semblait impressionné par toute la faune musicale qui commençait à envahir la Scala! C’était en 1962. C’est à peu près les seuls souvenirs que j’ai de lui, car, en fait, il ne fut jamais un grand habitué, en ne venant que de temps en temps. Par la suite, TOPOR  fit la carrière diversifiée et brillante que tout le monde connait aujourd’hui, écrivain, illustrateur, télévision, acteur de cinéma, comédien, auteur de pièces de théâtre, émissions pour enfants et j’en passe. Il serait intéressant que Gabriel en dise un peu plus sur Roland TOPOR, qu’on ne revit plus à partir de la fin des années soixante! 

Il mourut bien trop jeune, à l’âge de 59 ans! 

toporroland.jpg

*

Publié dans TOPOR Roland | Commentaires fermés

ZOGRAPHOS Claude

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 26 mai 2011

*

ZOGRAPHOS Claude

*

guitare2.jpg

*

Je n’avais jamais connu le prénom de ZOGRAPHOS. Je viens de l’apprendre par l’ami Gabriel ZURINI. Je n’avais, d’ailleurs, pas plus vraiment connu le personnage. Mais, récemment,  j’en ai appris un peu plus sur lui, toujours par le providentiel Gabrie. Claude  ZOGRAPHOS était venu à la Scala par notre ami Gabriel. Avant l’ouverture de la Scala, en 1960, ZOGRAPHOS fréquentait déjà la famille ZURINI, rue Cabanis. Là, Pâris, le maître des lieux, organisait régulièrements des soirées, je dirais culturelles, oû musique, poésie, peinture et littérature faisaient bon ménage.

Claude ZOGRAPHOS était guitariste classique et passait à la Colombe, entre les programmes des chansons. Michel VALETTE en était le merveilleux patron. La Colombe était un lieu  mythique, oû se produisaient pas mal d’habitués de la Scala, entre autres, Gilbert HENNEVIC, Brigitte SAUVANE, Annie NOBEL,Christian NOHEL Jacques SERIZIER, etc. Exepté avec son ami Gabriel, Claude ne parlait pas beaucoup à la Scala. Il ne cherchait pas, non plus, à briller auprès des autres guitaristes. Peut être la raison en était son caractère plutôt effacé. Pourtant, à la demande expresse de ses « fans », car il en avait, il s’exécutait toujours  avec gentillesse et simplicité. Et avec un talent évident! Paradoxalement, ses rapports avec nous ne furent jamais vraiment spontanés. Du moins, à mes yeux. Ce qui ne veut pas dire qu’il me boudait! C’était peut être de ma faute, tant ce garçon m’impressionnait par son éternel calme!

Je n’ai jamais su ce que ZOGRAPHOS faisait, en tant que musicien, en dehors de la Colombe et de la Scala. En consultant récemment internet, je n’ai pratiquement rien trouvé sur lui! Si ce ne sont des infos sur la peinture. Mais est-ce bien le même Claude ZOGRAPHOS? En tout cas, je le regrette, car, comme beaucoup d’autres habitués, Claude ZOGRAPHOS fait partie de nos riches et communs souvenirs! Même si les miens étaient jusqu’à maintenant un peu chancelants!  Heureusement, Zorro-Gabriel est arrivé… juste à point pour les ranimer!

*   

Publié dans ZOGRAPHOS Claude | Commentaires fermés

AJAX Huguette

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 14 mai 2011

*

AJAX Huguette

*

Il arrivait, parfois, qu’une personne arrive, à la Scala, sans qu’elle ne toucha forcément, de près ou de loin, un  quelconque domaine de la musique. Il est vrai que celui ci, après que nous l’ayions largement souhaité et privilégié, était devenu naturellement majoritaire par rapport à d’autres activités culturelles tout aussi louables.Les années 75 en furent l’apogée, dans le sens oû la Scala était devenue un lieu connu pour ses échanges musicaux! Ce qui ne voulait pas dire que les artistes musiciens s’écartaient systématiquement de toute autre discipline qui n’était pas la leur. J’affirme en avoir connu suffisamment qui débattaient avec passion de sujets de cinéma, philosophiques, humanistes, voire politiques! Alors quand il arrivait quelqu’un qui les sortait de leur quotidien, ils ne se forçaient pas pour y trouver un certain intérêt. Ce fut le cas pour Huguette AJAX. Elle était monteuse de cinéma et travaillait régulièrement avec Jean Marie DROT, réalisateur connu de l’époque, qui réalisa, entre autres, « LES HEURES CHAUDES DE MONTPARNASSE ». En fait, jétais déjà un peu familiarisé avec ce milieu du cinéma, dans le sens oû, ces mêmes années, j’avais moi même collaboré, en tant que musicien, avec les cinéastes Jan BRZOZOVSKY et Ulysse LAUGIER. Je crois, d’ailleurs, que c’est ce dernier qui amena Huguette à la Scala. Il se trouve que Sylvie SCALA, notre fille aînée, était stagiaire à Cognacq Jay et suivait toutes les péripéties du tournage. Ainsi que Laure BUDIN, également monteuse, qui se maria, plus tard, avec Serge MARTIN, auquel je l’avais présentée, (voir à ces noms), dans une réalisation de Jean Marie DROT, oû, bien sûr, Huguette assurait le montage. Le sujet portait sur Joseph DELTEIL, un énorme personnage, écrivain, poète et philosophe, qui vivait à la TUILERIE de MASSANNE, près de Montpellier.et cela fut un succès national! A la Scala, on se passionna aussi pour le personnage exceptionnel, son oeuvre et sa vie. Quelque part Huguette AJAX fut la cause de notre intérêt pour un milieu qu’au fond, on connaissait assez mal!

ajaxhuguettejjosephdelteil.jpg                                                ajaxjdelteilportrait.bmp

*

Joseph DELTEIL, parmi mille activités, fut le scénariste de « Jeanne d’Arc« , de Carl DREYER

*

ajaxhuguetteaffichage2.jpg

*

Avec le recul du temps, je pense, aujourd’hui, à la grande diversité des habitués qui traversèrent les années Scala, toujours bercés, évidemment, et quoiqu’il arrive, par la musique. Ce qui créa, sans que nous en ayions véritablement conscience, une miraculeuse union de l’esprit et du corps!

*

Publié dans AJAX Huguette | Commentaires fermés

OFFENSTADT Eric

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 13 mai 2011

*

OFFENSTADT Eric

*

offenstadtphotosfranoisbeau.jpg

Photo François BEAU

Eric faisait, bien entendu, partie de la bande à BELTOISE, Manou et compagnie. A l’époque oû il venait à la Scala, (61 62 63) il courait sur motos 175, 250  et 350 cm3. Ceci, dans l’ordre croissant! Courant également sur 500, il perd le titre, ayant en face de lui, un certain Georges MONNERET, qui était un sacré client. Je crois qu’il  admirait beaucoup Jean Pierre BELTOISE, Signe particulier: il n’avait pas la langue dans sa poche et c’étaient parfois des discussions chaudes entre tous ces fondus de la moto (et de la bagnole) qui fréquentaient la Scala! Un peu plus tard, comme Jean Pierre, qui était décidément son modèle, il se lança dans la voiture de course, oû il eut des hauts et des bas!Par la suite on le vit moins souvent à la Scala. Je n’eus vraiment jamais l’occasion de me rapprocher de lui, comme je le faisais avec la plupart des autres habitués!Peut être parce qu’il avait  »du caractère », à défaut de dire qu’il en avait un sacré! 

Je garde néanmoins de lui un souvenir plutôt agréable. Et une certaine et réelle admiration, car on sentait déjà, en lui, la graine d’un grand champion. Ce qu’il est d’ailleurs devenu, par la suite, malgré les nombreux déboires qu’il eut dans sa vie de coureur, que ce fut sur moto ou bagnole de course!

*

offenstadt20197120garymini.jpeg 

*    

 offenstadtericmoto.jpg

Photos François BEAU

*

PS. J’ai failli revoir Eric, il y a deux ans, dans un grand rassemblement de motards, sur le circuit de NOGARO, dans le sud ouest, oû m’avait entraîné mon beau fils Bertrand CARRIERE, photographe  et complètement fondu de motos (il est en train de remonter, entre autres, une vieille »ZUNDAPP » des années quarante !) Je signale, au passage, que Bertrand bosse, depuis plusieurs années, en tant que photographe spécialisé, (notamment dans les « comparos »), sur le formidable site internet de Manou CADIOU, « MOTO STATION« , une référence en la matière! Comme il faisait une chaleur intense, nous n’avons pas été jusqu’au bout de notre recherche, car il y avait, en plus, sur le circuit un nombre fou de motards! Eric OFFENSTADT m’aurait-il seulement reconnu, après toutes ces années?

 ! 

Publié dans OFFENSTADT Eric | Commentaires fermés

BEHRA Jean Paul

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 8 mai 2011

*

BEHRA Jean Paul

*

behrajeanpaul.jpg

*

Nous avions un point commun d’importance, avec Jean Paul BEHRA, nous étions niçois tous les deux! C’est dire que le contact avait été, dès le départ, plutôt sympa. Pourtant, Jean Paul n’était pas spécialement bavard ! Ce qui n’était pas le cas de la plupart des copains qu’il fréquentait à la Scala, les frères BELTOISE, Michel BONNET, Manou ZURINI, OFFENSTADT, et autres allumés des motos et des voitures! Il faut dire qu’il était (et est toujours) le fils d’un grand pilote Jean BEHRA, à forte personnalité, mort en 1959, au volant d’une PORSHE Spyder à Avus, en Allemagne. Etait ce à cause de la gloire de son père? Toujours est il qu’il ne s’exprimait pas facilement à ce sujet et, en général quand on parlait de bagnoles de course. Cela m’a quelquefois frappé de la réserve qu’il semblait avoir sur un sujet dont se gargarisaient à souhait les autres de la bande. Si j’ai bonne souvenance, il s’intéressait néanmoins aux artistes, alors que la Scala n’avait pas encore pris sa vitesse de croisière musicale! 

Je l’avais, je crois, étonné, en lui parlant des débuts de son père, qui, à Nice, juste après la guerre, courait sur motocyclette! En 1967, une rue portant le nom de Jean BEHRA a été décidée par les habitants et adoptée par la Municipalité, mais, à ce moment là, Jean Paul ne venait plus à la Scala! Je n’ai donc pu savoir ce qu’il en pensait.

behrajeanpre2.jpg

Le champion Jean BEHRA, père de Jean Paul

Manou m’a appris, récemment, que Jean Paul s’était essayé à la course, mais sans grande conviction. Il se mit, plus tard à vendre des ….voitures NISSAN, jusqu’à sa retraite!

Je garde de lui, un souvenir agréable. Et chaleureux, surtout quand on parlait de Nice!

behrajean3voiture.bmp

*

Publié dans BEHRA Jean Paul | Commentaires fermés

ALEXANDRE de Paris

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 7 mai 2011

*

ALEXANDRE de Paris

*

alexandrecoiffeurportrait.jpg

*

ALEXANDRE fit partie, en l’an 1967, des personnalités parisiennes qui eurents pour tâche d’aider Raymond LEGRAND à faire la promotion de « Jiji« , Nadia WOYEVODA (voir à ce nom), la jeune chanteuse que Robert GRETCH et moi même, avions prise sous notre aile.

alexandreetjiji.jpg 

On le vit pendant quelques temps, à la Scala et pratiquement tous les jours, virevolter avec beaucoup d’aisance et de naturel autour de la future star! C’était un homme charmant et affable, qui semblait être comme un poisson dans l’eau dans ce milieu scalaesque qui, manifestement, n’était pas le sien. Il créa une coiffure « Jiji« , ce qui pour nous, fut le comble de la félicité et de la réussite, car, à cette époque, ALEXANDRE était une énorme vedette. Au fond, nous n’en fûmes pas vraîment dupes, mais cela créa néanmoins, dans la bande des gratouilleurs-habitués, une certaine incompréhension à la limite de la jalousie corporative. Vous pensez! La rive droite se permettait de venir bousculer le sacro saint folklore de la rive gauche! Mais ALEXANDRE eut le don de calmer tout ce petit monde, qu’il mit dans sa poche, en jouant de son charme qui n’était pas mince.Je ne sais pas s’il crut vraiment à la réussite de « Jiji« . Peu importe. Il prit, jusqu’à la fin, son rôle parfaitement au sérieux.

Bref, ALEXANDRE de Paris ne fut jamais un habitué de la Scala, et pour cause. Mais il y apporta, malgré la déception bien compréhensible que nous éprouvâmes après coup, un certain parfum d’ailleurs, et pourquoi ne pas le dire, une évidente fierté de l’avoir connu dans ces conditions, Même si nous étions en guerre avec « l’esprit » de la rive droite!

alexandrencrologie1.jpg

*

          

 

 

Publié dans ALEXANDRE de Paris | Commentaires fermés

BENICHOU Maurice

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 1 mai 2011

*

BENICHOU Maurice

*

benichoumaurice3.jpg

*

C’est curieux, maurice BENICHOU, avant d’être comédien, voulait faire une carrière de chanteur. Il avait une belle voix grave et s’accompagnait à la guitare avec un certain talent. En 1965, il rencontra Marcel MARECHAL et sa vie va désormais être sous le signe du théâtre. C’est ce point commun avec Catherine ARDITI (car, elle aussi, débuta avec MARECHAL), qui le fit venir à la Scala, en 1968, oû Catherine, alors presque débutante, interprétait une pièce de Pierre Louis PECLAT, « THALIE« , mise en scène de Marc Leopold LEVY. Originaire d’Algérie, Maurice était un garçon naturellement sympathique et gentil. Il avait un fort bagout et un humour jovial, oû l’accent « pied noir » n’était pas absent. A la Scala, il sympathisa avec le couple Fabienne-Geo ICHTCHINKO, qui faisait partie de nos grandes amis! Il lui arriva, aussi, de chanter, en grattant la guitare!

Par la suite, Maurice BENICHOU fit une honorable carrière de grand second rôle de cinéma: »Le temps du loup« , « Qui perd gagne« , « Caché« , « Le fabuleux destin d’Amélie POULAIN« , « Le passager« , « Nos retrouvailles« , etc.. , Au théâtre (son premier amour), il participa à « Les beau lendemains« ,   « Motobécane« , « Philoctète« , « Blackbird« , « Ténèbres« , « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer, « Le grand inquisiteur« , etc.. Beau parcours, dont nous nous réjouissons!

*

                                   benichoumaurice6.jpg                          benichoumaurice.jpg                         benichoumaurice2.jpg 

*  

 

Publié dans BENICHOU Maurice | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou