TOVAR Pépé

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 16 janvier 2010

*

 TOVAR pépé.

*

tovarpp.jpg

*

Pépé était un personnage hors norme, si l’on veut bien laisser de côté, pour un instant, le formidable « toucheur » de flamenco », qu’il était. Car il ne jouait pas d’autres musiques. Il buvait beaucoup, ce qui le rendait souvent irascible et violent, mais sans méchanceté. Il avait, un jour, cassé sa guitare sur la tête d’un spectateur, pas assez attentif, à son gout! La guitare avait, d’ailleurs, plus souffert que le pauvre agressé!

J’ai, rarement vu Pépé à jeun. Mais il était, quand il ne jouait pas, ce qui était rare, d’une grande gentillesse avec à peu près tout le monde! Il vivait seul et on ne connaissait pas grand chose de ses relations, en dehors du quartier et de sa passion pour le flamenco. Il était issu du sud de l’Espagne et je pense qu’il ne s’est jamais vraiment adapté à la « culture » parisienne. C’est un peu pour cela qu’il avait pris la Méthode et la Scala pour famille et ne sortait que rarement de cet univers. Sa façon d’être, aux yeux de beaucoup d’ autres musiciens du quartier, lui valait  des critiques plutôt acerbes, plus d’ailleurs, sur sa façon de vivre que sur son talent de flaminquiste! Mais il faut croire, qu’à l’époque,  pas mal d’habitués de la Scala  appréciaient Pépé! Il n’est qu’à constater le fait, qu’aujourd’hui et avec le temps, il figure parmi les personnages les plus cités dans ce blog!

Pour finir, deux anecdotes plutôt drôles:

La première, tout le monde la connait: « Yacky, oun pitit cougnacq ou yé né youe plous! » qu’il répéta des centaines de fois! La seconde se passe, un soir, sur la petite scène du café-théâtre: Pépé est en train de jouer, alors arrive un jeune énergumène, qui, au grand effroi de l’assistance, l’aposrophe ainsi :« Les improvisations que tu joues, ne sont pas dans  la tradition du flamenco! » Pépé répond aussitôt au jeune énergumène qu’il n’y connait rien du tout. L’autre tire alors une guitare de l’étui et se met à jouer, en affirmant:« Ca, c’est une falcetta!! » Pépé surenchérit promptement, en pinçant rageusement les cordes de la guitare:« Non, une falcetta, c’est comme ça! »

Ce petit jeu dura un quart d’heure, au moins, devant une assistance pliée en deux! Quelques temps après on apprit que la soeur du jeune énergumène le recherchait, car il s’était échappé d’une maison de « redressement », comme on disait alors! 

Oui, Pépé, un personnage marquant de la Scala et du quartier et qu’on aimait beaucoup! 

  

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou