• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010

SERPOLLET Robert

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 29 janvier 2010

*

SERPOLLET Robert

SERPOLLET Robert dans SERPOLLET Robert serpolet-robert-photo-213x300

*

serpolletrobertetdenise1980.jpg

Robert et Denise à Castelnau Valence en 80.

*

Robert fut plus qu’un fidèle habitué de la Scala. D’abord, il y vint tout au début. Il y rencontra même, celle qui devint sa femme, Jacqueline. Robert était un garçon agréable et drôle, très pince sans rire, qui travaillait dans la banque. Dans sa vie de tous les jours et à la Scala, on avait de la peine à l’imaginer à son travail, tant sa tenue vestimentaire était décontractée! C’était un musicien amateur de bonne qualité, il jouait du piano et s’interessait aux arts et notamment à la peinture.

Jacqueline et lui devinrent des piliers du lieu pendant de nombreuses années et on peut dire que nous sommes, au fil du temps, devenus de véritables amis. Il faut dire, aussi, qu’ils habitaient dans le quartier, tout près de chez nous! Andréas, la soeur de Robert, dite « Minouche » faisait également partie des habitués.Elle fit, même, un bout de chemin amoureux avec notre Manou ZURINI. Quand le fils de Robert et Jacqueline prénommé Arnaud, naquit, c’est souvent qu’ils sont venus le « pouponner » à la Scala, au milieu des habitués! C’est ainsi que la famille SERPOLLET renforça encore plus, s’il en était possible, l’esprit de famille qui régnait à la Scala, rallongeant, de ce fait, la liste des habitués qui s’y rencontrèrent et s’y marièrent !

Vers la fin des années Scala, Robert, Jacqueline et Arnaud allèrent vivre dans le midi, dont Robert était originaire et oû il avait obtenu un avancement dans une banque à Montpellier. Ils retapèrent une belle maison (voir photo) à Castelnau Valence, dans le Gard, tout près de Vezenobres! Après la fermeture de la Scala, nous sommes passés les voir et avons décidé de chercher quelque chose dans le coin.Il  faut dire que c’est cent pour cent grâce à Robert si nous avons trouvé et obtenu, par la suite, la maison dans laquelle nous habitons depuis déjà bien longtemps. Car, à l’époque, nous vivions encore à Paris et Robert s’est occupé de tout! Merci à lui!

Quand nous sommes venus habiter dans le Gard, à temps plein, nous nous sommes «  fréquentés » pendant des années.

Après la mort de Robert, nous continuons à avoir des relations avec Jacqueline et son fils, Arnaud.

L’Amitié du passé ne nous a jamais quittés!  

   

Publié dans SERPOLLET Robert | Commentaires fermés

LARRAS Guy

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 24 janvier 2010

*

LARRAS Guy

*

larrasguycraies.jpg

Guy était un personnage hors normes. Certains le surnommaient « Jésus », à cause de son air hérétique et ses cheveux longs. Moi, je l’appelais  « le fougueux » , car il portait constamment un béret de marin, sur lequel figurait cette inscription, certainement le nom d’un bateau. Il était issu d’une famille d’un  haut  fonctionnaire, nommé en d’Algérie, famille avec laquelle il avait manifestement « rompu les ponts ».Vêtu d’un gilet noir qui laissait voir des bras et un torse grêles, d’un pantalon trop grand  et chaussé de lunettes de « scribouillard », il sillonnait l’Europe en faisant des craies sur les trottoirs. Il était toujours accompagné de Tony, un  hollandais rustaud et qui buvait sec.

Les deux lascars revenaient régulièrement dépenser leur argent dans les bistros du quartier, mais la Scala restait leur port d’attache. Là, Guy demandait aux clients de passage de lui offrir un blanc, en leur proposant, en échange, de faire leur horoscope. Puis il repartait sur les routes, toujours flanqué de Tony

En 68, pendant les « évènements » , Guy, assis devant l’entrée de la Sorbonne, faisait la « manche » ou la quête pour des oeuvres obscures et indéfinissables. Il discutait âprement de politique avec les étudiants venus débattre dans l’enceinte de l’illustre bâtiment.

Oui, Guy LARRAS était un sacré personnage! Malgré le change qu’il voulait donner sur son existence folklorique, à la Scala, personne n’était dupe! Tout le monde l’appréciait et l’aimait bien, car il était aimable, intelligent et cultivé!!

Michelle NORDMANN assure l’avoir rencontré, ces dernières années, le cheveu court et vêtu comme tout le monde. 

Ce serait sympa d’avoir de ses nouvelles!        

Publié dans LARRAS Guy | Commentaires fermés

LARIE Jean Michel dit: »Mike »

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 22 janvier 2010

*

LARIE Jean Michel dit « Mike »

*

mikelarie.jpg

*

Qui aurait dit, en cette année soixante dix, que le jeune Jean Michel, deviendrait le  » père du blue grass français« ? Qu’il serait, l’un des « principaux artisans de la popularité du blue grass dans notre pays »?

Pourtant, avec ses trois acolytes, Jean Marie REDON, Claude LEFEBVRE et Eric BOUILLET, ils étaient bien timides quand ils se sont présentés  pour la première fois à la Scala! Mais, déjà sûrs de leur musique. Et pour cause! Ce « style » nouveau pour les français, issue d’une tradition de fermiers américains, emballait par son côté plein air et endiablé. A la Scala, on aimait les quatre garçons, au demeurant fort sympathiques! Je fus tout de suite conquis par la virtuosité de Jean Michel et Jean Marie . Je  présentai  le groupe à Dominique SAINT PIERRE, qui dirigeait une maison de disques et venait souvent avec son mari Guy LABOURASSE,  réalisateur de télé connu à l’époque!

 Jean Michel était le boute en train de la bande! Pendant l’enregistrement du disque et les scéances photo, il amusa la galerie, avec ses mimiques, ses facéties et ses énormes éclats de rire! Le disque sortit sans grand battage et n’eut pas un succès marquant, car les français n’étaient pas (encore) habitués à cette musique venue d’ailleurs. Mais je pense que cela a permis au groupe, surtout à Jean Michel et Jean Marie, de mettre le pied à l’étrier! 

De toute façon, c’est le premier disque de ces personnages qui sont devenus mythiques en ayant acquis une stature internationale! Et ce, quelque part, grâce à la Scala et j’en éprouve un certaine fierté! 

« Mike » a été un fabuleux mandoliniste de blue grass, reconnu et admiré, même et surtout par les américains, pourtant experts en la matière! (Voir sur Internet les sites spécialisés sur « le blue grass » et, notammant ceux qui  concernent spécialement   »Mike » LARIE). On constatera que son parcours est plutôt riche et bien rempli!

Cette « reconnaissance » internationale concerne aussi notre ami Jean Marie REDON! 

Mike LARIE est décédé en 2007 d’une crise cardiaque, à tout juste 60 ans!

*

lariejeanmichel.jpg.

Jean Michel, au temps de la Scala en 1970

Photo Jean Michel CANAFF

.

 

mikelariehommage.jpg 

Extrait de France blue grass .

*

Voir « REDON Jean Marie » et « BLUE GRASS FLINGOU 37’1/2« 

 

Publié dans LARIE Jean Michel dit "Mike" | Commentaires fermés

SIERRA-FORTUNY José Maria

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 19 janvier 2010

*

SIERRA-FORTUNY José Maria

*

sierrajosmaria.jpg

*

José Maria était né en 1925 à IERIDA, en Espagne. Avant d’arriver en France, il avait connu la dure loi du franquisme,, en perdant sa femme et deux de ses enfants. Pourtant, à la Scala, il  semblait toujours le contraire d’un garçon sérieux. En effet, il lui arrivait de « déconner » ferme, même quand il jouait sur sa belle guitare classique! Je ne dis pas qu’il faisait cela au cours de concerts  »officiels », en tout cas,  il le faisait souvent à la Scala, oû il était »chez lui » ! Mais il était  surtout un remarquable interprète qui avait une spécialité peu courante, car il jouait avec la pulpe des doigts (méthode PUJOL) et non pas avec les ongles. Ce qui donnait à la  guitare une sonorité tout à fait particulière. Aujourd’hui, on dirait « soft », ou « velouté », ce qui ne l’empêchait pas d’avoir un jeu très dynamique et puissant. Il était capable de tout jouer, y compris le flamenco, qu’il ressentait profondément dans sa culture et ses origines. Mais son truc, c’était la musique classique et surtout les compositeurs espagnols, plus récents ! Il avait, lui-même, composé quelques pièces pour guitare, Introduccio, Canco et Dansa.

Avec la « bande du club plein vent« , Roger DELVOYE, Jörgen KLATT, Ramon CUETO, et d’autres, José Maria venait, après le concert, se détendre en improvisant, sur sa guitare des facéties musicales incroyables, qu’il renouvelait constamment, à se demander oû il allait chercher tout ça! Ses élèves, car il était aussi professeur, venaient souvent faire le boeuf avec des chanteurs ou des musicos de variété ou de jazz, ce qui était une bonne façon d’élargir leur horizon musical!

Il arrivait, qu’après la fermeture de la Scala,  José  invite une bonne partie des habitués dans sa vieille et belle maison, à l’ouest de Paris, oû la réception durait, parfois, jusqu’à l’aube!

On peut dire que, gràce à José Maria, personnage marquant de la Scala, celle ci  vécut des soirées mémorables oû se mêlaient humour, chaleur, virtuosité et joie de vivre! 

C’est à la fois un plaisir, une émotion et un bonheur, que d’avoir, aujourd’hui, José Maria SIERRA parmi nous, dans ce blog! 

Il décéda en 1998, après que la Scala eut fermé définitivement ses portes. Mais nous gardond un merveilleux souvenir aussi bien de l’artiste que de l’ami fidèle!

   

Publié dans SIERRA-FORTUNY José Maria | Commentaires fermés

CUETO Ramon

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 19 janvier 2010

*

CUETO Ramon

*

cuetoramon2.jpg

Un grand guitariste classique!

*

« Monsieur Ramon » était un seigneur! Oh, pas du tout volontairement. Toujours tiré à quatre épingles, une attitude réservée et douce à la fois, pourtant, il en imposait dès le premier abord! Pas question d’ avoir envers lui un comportement trop familier. Pareil pour la guitare: quand il jouait, tout le monde écoutait avec un profond respect qui n’était pas de commande et qui n’était pas, non plus, souhaité par lui! Alors que d’autres avaient du mal à obtenir le silence, en l’exigeant, parfois, avec une certaine humeur, lui l’avait naturellement.

A l’encontre de certains concertistes qui limitaient la musique au répertoire pour la guitare, Ramon possédait  une profonde culture et une connaissance très étendue de la musique  classique. Il était en perpétuelle recherche de technique, de son ou d’interprétation et passait beaucoup de temps dans la pédagogie de cet instrument, sur laquelle il  disait qu’il y avait encore beaucoup de choses à découvrir. Il fut un excellent  professeur de guitare classique, discipline souvent ingrate, qu’il pratiquait avec passion. Je me  souviens de la chacone de BACH, dont il fit la transcription pour guitare, ce  qui lui demanda pas mal de temps, d’efforts et de patience, mais avec un résultat à la hauteur! Et très difficile à jouer! Il n’y avait qu’à demander à Roger DELVOYE ou José Maria SIERRA

Quoiqu’un peu flatté, je me suis toujours demandé ce que Ramon CUETO cherchait à la Scala, lui qui donnait des concerts au Club « Plein Vent », tenu par Gilbert IMBAR ou dans des salles prestigieuses de la capitale et d’ailleurs! Il est venu régulièrement pendant des années en amenant des élèves ou des concertistes de ses amis et ne se faisait jamais prier pour jouer. Il est vrai que nous avions souvent des conversations tournant le plus souvent, autour de la musique et peut être sentait il l’intérêt que j’y portais.

C’est bête, je n’ai jamais osé l’enregistrer sur le REVOX et je le regrette aujourd’hui!

Comme nous regrettons que monsieur Ramon CUETO, soit parti beaucoup trop tôt!

*

cuetoramonconseils.jpg

Extrait de la revue Guitare et Musique 1962 

       

Publié dans CUETO Ramon | Commentaires fermés

AZIM Pedro

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 janvier 2010

*

AZIM Pedro

*

azimpedro.jpg

Au début de la Scala, la « mode » était plutôt à la musique et aux chants sud américains. Gràce à Paris ZURINI et à ses fils, surtout Gabriel, beaucoup de groupes qui passaient à ‘l’Escale » , lieu mythique, vinrent se « détendre » à la Scala, ce qui ne les empêchait pas de jouer et chanter pour le plaisir de tous. Il y avait là, los GUARANIS, los MACHUCAMBOS, los INCAS et los CHACOS, dont Gabriel faisait partie. Ces groupes représentaient surtout les pays d’Amérique latine, traversés par la Cordillière des Andes, utilisant des instruments typiques, comme le « charango » ou la « quéna » . Beaucoup d’habitués de la Scala s’intéressaient à ce style de musique, et en jouaient même, notamment Alain DOUMENJOU, Jacques GAME, Etienne YANZI et son frère Eric, bien sûr, Gabriel ZURINI et bien d’autres!

Pédro AZIM admirait beaucoup le grand poète argentin Atawwalpa YUPANQUI , venu également à la Scala et ami de Pâris. Avec son beau timbre de voix similaire à celles des chanteurs sud américains, Pedro interprétait admirablement l’oeuvre de ce dernier, tel « Caminito de l’indio » , bastaja » ou « duormé négrito« . (J’espère ne pas faire de fautes!) Pedro nous fit, ainsi, découvrir, pendant des années, toute le beauté de l’oeuvre poétique et révolutionnaire d’Atawalpa

La (mauvaise) photo qui se trouve ci dessus, représente Pedro lors d’un passage dans la cave que nous avions aménagée et oû participaient également Bernard LAVILLIERS, Bernard LENGEN, Robert GRETCH, les FLINGOU 37 50 , Nadia, ainsi que moi même! 

Nous fréquentions assez régulièrement Pedro et sa femme Jacqueline et eûmes l’occasion d »aller les visiter dans leur maison de Pierrelate. Après la fermeture de la Scala, Pedro vint nous voir plusieurs fois à Vezenobres, en compagnie de l’ami Dédé FITOUSSI

C’est dire qu’en dehors de son grand talent, Pedro AZIM a beaucoup compté pour nous!

Publié dans AZIM Pedro | Commentaires fermés

TARRAGO Alain

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 janvier 2010

*

TARRAGO Alain

tarragoalain.jpg

Alain fut longtemps l’ ami de notre Moustique internationale! Autant notre québecoise était « extériorisante », (c’était loin d’être un défaut, chez elle), autant Alain était réservé. Etant toujours fidèle au fait de ne jamais savoir ce que les habitués faisaient en dehors de la Scala, je n’avais et n’ai toujours pas connaissance de sa profession. En revanche, nous savions qu’il chantait et s’accompagnait à la guitare, car il lui arrivait souvent de « se produire » à la Scala! En fait, il préparait un disque chez « Philips » dirigé par l’ami Claude DEJACQUES, directeur artistique (et quel directeur!) dans cette même maison! Disque qui sortit. Mais à l’époque du yéyé, il était difficile, pour des chanteurs « rive gauche » , de se faire connaître. Mais Alain n’était pas, je crois et comme beaucoup d’autres chanteurs, spécialemment attiré par la gloire. Le plaisir de s’exprimer dans la chanson, lui suffisait probablement! En tout cas, il avait du talent!

Les années ont passé et nous avons perdu la trace d’Alain, du moins pour l’instant! Mais nous gardons de lui le souvenir d’un garçon discret mais chaleureux qui a marqué les années Scala et sa place ici est plus que légitime! Il ne nous manque que son témoignage.

Alain était dans la bonne tradition des chanteurs dits « à texte ». Davantage auteur que compositeur, ça ne l’empêchait pas de posséder une bonne musicalité dans ses chansons.

« Si tu pleures », paroles Alain TARRAGO

Musique Alain TARRAGO et Jean CUSTEAU

Interprétation Johanne RONDEAU

Production MOUSTIQUE (Québec)

Publié dans TARRAGO Alain | Commentaires fermés

TOVAR Pépé

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 16 janvier 2010

*

 TOVAR pépé.

*

tovarpp.jpg

*

Pépé était un personnage hors norme, si l’on veut bien laisser de côté, pour un instant, le formidable « toucheur » de flamenco », qu’il était. Car il ne jouait pas d’autres musiques. Il buvait beaucoup, ce qui le rendait souvent irascible et violent, mais sans méchanceté. Il avait, un jour, cassé sa guitare sur la tête d’un spectateur, pas assez attentif, à son gout! La guitare avait, d’ailleurs, plus souffert que le pauvre agressé!

J’ai, rarement vu Pépé à jeun. Mais il était, quand il ne jouait pas, ce qui était rare, d’une grande gentillesse avec à peu près tout le monde! Il vivait seul et on ne connaissait pas grand chose de ses relations, en dehors du quartier et de sa passion pour le flamenco. Il était issu du sud de l’Espagne et je pense qu’il ne s’est jamais vraiment adapté à la « culture » parisienne. C’est un peu pour cela qu’il avait pris la Méthode et la Scala pour famille et ne sortait que rarement de cet univers. Sa façon d’être, aux yeux de beaucoup d’ autres musiciens du quartier, lui valait  des critiques plutôt acerbes, plus d’ailleurs, sur sa façon de vivre que sur son talent de flaminquiste! Mais il faut croire, qu’à l’époque,  pas mal d’habitués de la Scala  appréciaient Pépé! Il n’est qu’à constater le fait, qu’aujourd’hui et avec le temps, il figure parmi les personnages les plus cités dans ce blog!

Pour finir, deux anecdotes plutôt drôles:

La première, tout le monde la connait: « Yacky, oun pitit cougnacq ou yé né youe plous! » qu’il répéta des centaines de fois! La seconde se passe, un soir, sur la petite scène du café-théâtre: Pépé est en train de jouer, alors arrive un jeune énergumène, qui, au grand effroi de l’assistance, l’aposrophe ainsi :« Les improvisations que tu joues, ne sont pas dans  la tradition du flamenco! » Pépé répond aussitôt au jeune énergumène qu’il n’y connait rien du tout. L’autre tire alors une guitare de l’étui et se met à jouer, en affirmant:« Ca, c’est une falcetta!! » Pépé surenchérit promptement, en pinçant rageusement les cordes de la guitare:« Non, une falcetta, c’est comme ça! »

Ce petit jeu dura un quart d’heure, au moins, devant une assistance pliée en deux! Quelques temps après on apprit que la soeur du jeune énergumène le recherchait, car il s’était échappé d’une maison de « redressement », comme on disait alors! 

Oui, Pépé, un personnage marquant de la Scala et du quartier et qu’on aimait beaucoup! 

  

Publié dans TOVAR Pépé | Commentaires fermés

PUTERFLAM Michel

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 14 janvier 2010

*

PUTERFLAM Michel 

*

puterflammicheldithaga.jpg

*

Hagaï était un jeune garçon très doué pour des tas de choses, la musique, les maths, la littérature etc. et faisait de brillantes études! Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir un sens profond de l’humour!

Il faisait dire à son père, qui était horloger au Carreau du Temple:

« Quand un client vient pour faire réparer sa montre, je lui dis  toujours, sans même regarder la montre: c’est l’axe! Parce que, entre nous, l’axe, c’est la réparation  qui coûte le plus cher! » 

Un jour, il n’hésita pas à aller poser à l’entrée d’un village de l’Aisne, pour singer un facteur naïf qui s’était fait piéger par une maison de disques qui l’avait monté en épingle et dont toute la France se gaussait! Bien sûr, ce n’était pas méchant de la part de Hagaï, mais tout le monde avait bien ri, à la Scala!

gonthier.jpg 

Hagaï jouait bien de la guitare et chantait agréablement. Adorant les Beatles, il contribua, à les faire connaître au sein de la Scala, chantant toutes leurs chansons au fur et à mesure que sortaient leurs 33 tours!

Avec ses camarades israéliens qui fréquentaient aussi la Scala, il partait régulièrement en Israel, pour aider dans les kibboutz et en revenait avec le sourire, comme s’il ne s’était rien passé!

Lui et Ezra BOUSKELA étaient très amis et ne se quittaient jamais.Mais tout le monde l’aimait bien, car il savait faire naître la sympathie et l’Amitié.

Après une soirée habituelle à la Scala, Hagaï, sur un vélo solex qu’il venait d’acheter, fut renversé par une voiture et y laissa la vie. Il avait à peine vingt ans!  

Aujourd’hui, encore,nous ne voulons garder que le souvenir de son sourire et de ses histoires juives qu’il racontait avec une fantastique drôlerie!

*

puterflamparannemarieweiler1epartie.jpgputerflamparannemarieweiler2epartie.jpg

Extraits du témoignage d’ Anne Marie WEILER 

Publié dans PUTERFLAM Michel | Commentaires fermés

GAME Jacques

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 12 janvier 2010

*

GAME Jacques

*

gamejacques19621.jpg

Comme cela a déjà été souligné, ce blog réserve, parfois, des surprises, par le fait, qu’à l’intérieur de la Scala, les habitués se comportaient d’une manière spécifique. Nous apprenons, aujourd’hui et c’est le cas de Jacques, l’existence de faits ou évènements le concernant et dont nous n’avions pas conscience à l’époque. C’est, je crois, l’une des vertus de ce blog, que d’élargir, même tardivement, nos connaissances sur la personnalité de chacun, nous permettant ainsi de mieux comprendre l’esprit particulier qui régnait alors, à la Scala, grâce à Jacques et à d’autres !

En fait, quelqu’un qui n’était pas forcément « artiste » dans le civil, était capable  de prendre une guitare et de jouer sans complexe devant des « professionnels » ou supposés tels! Ce qui était, avouons le, une belle façon  de vivre en bonne harmonie!

Jacques jouait de la guitare et  chantait avec beaucoup de charisme et de spontanéité! Il  contribua souvent à la réussite de belles soirées, avecGabriel ZURINI, Etienne YANZI, Eric YANZI, etc, dont la spécialité était la musique sud américaine..! Ce qui ne l’empêchait pas d’avancer, à l’extérieur, ô combien brillamment,  dans son parcours professionnel!

christianmonsetjacquesgameanne1980.jpg

Christian MONS et Jacques GAME, amis inséparables en 1980

*

Voici ce qu’ Etienne YANZI nous envoie sur Jacques :

       *

gamejacquesparetienneyanzi.jpg

*

Publié dans GAME Jacques | Commentaires fermés

12
 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou