• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

KARSENTY Rodolphe

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 31 octobre 2009

*

KARSENTY Rodolphe

*

karsentyrodolphepourlarticle.jpg

Rodolphe à la Scala, en 1962

Rodolphe était un dur, au caractère et aux réactions insaisissables. La première fois qu’il a rappliqué à la Scala, il perturba assez agressivement un petit groupe d’habitués qui devisait paisiblement. Dans une tension assez pénible, je fus obligé d’intervenir. Il  eut l’air de réfléchir quelques secondes qui me parurent longues. Puis il se mit à sourire et offrit la tournée générale.Le lendemain, il revenait , en s’excusant, un bouquet de fleurs à la main .

Cela, c’était tout Rodolphe! Quand, plus tard, on le connut un peu mieux, on s’aperçut qu’il était sensible et généreux. Certes, à l’extérieur, il se comportait  souvent en « petite frappe », bagarreur et, disons le, truand. Bien sûr, il n’en parlait jamais. Et surtout, à la Scala, on n’en avait cure! On comprit, également qu’il avait instinctivement trouvé, à la Scala, une famille, qu’il respectait à sa façon. avec une retenue  filiale dont il ne se départit jamais, excepté une ou deux fois et toujours, au bout, avec des fleurs et des excuses!

N »ayant presque jamais fréquenté l’école, on sentait, chez lui, un réel plaisir, à apprendre par coeur des tirades classiques ou des scènes cinématographiques, notamment des dialogues de Jouvet ou d’ Arletty, qu’il imitait avec beaucoup de talent et de drôlerie! Il eut, aussi, ses moments de succès en imitant Jacques SAMMY, personnage tout aussi atypique que lui!

Oui, Rodolphe fut totalement « intégré » à l’ambiance Scala et fut, à sa façon, un personnage marquant, dont on se souvient encore!

La preuve? Les témoignages d’ Anne Marie WEILER:

KARSENTY Rodolphe solo

karsentyrodolpheparannemarieweiler.jpg

de Gabriel ZURINI

karsentyrodolphepargzurini.jpg

de GERMINAL

karsentyrodolphepargerminal.jpg

d’ Henri de LAUZENGHEIM

« Tous parlent de Rodolphe. Sa vie a été très dure, sa mère était marchande des quatre saisons, à la porte de la Chapelle. Il n’a jamais connu son père. Son enfance, il l’a passée en totalité dans la rue. Il n’aimait pas l’école et comme on ne lui disait rien, il n’y allait pas! C’était son grand regret. Il n’en avait pas moins un coeur énorme et des qualités humaines que devaient lui envier bien des universitaires! »

de Jacques SAMMY

karsentyrodolpheparjacquessammy.jpg

de Michel NOIRRET

karsentyrodolpheparmnoirret.jpg

*

Personne, à notre connaissance, ne sait ce qu’est devenu Rodolphe. Mais il est et reste, tout de même, très présent parmi nous!

Publié dans KARSENTY Rodolphe | Commentaires fermés

FITOUSSI André

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 20 octobre 2009

*

FITOUSSI André

*

fitoussiandraveccadre.jpg

André ne jouait pas de guitare, n’était pas un  » artiste » , mais il était le champion de la fidélité en amitié!

*

Il a rappliqué, un beau soir, à la Scala, probablement amené par Jacques GAME. Dès  son arrivée à Paris, il avait trouvé une place de magasinier dans un magasin de pièces automobiles, à la République. Il habitait  un modeste appartement qu’il partageait avec sa mère, venue à Paris bien malgré elle, dans un  quartier populaire et modeste.  C’était un homme simple, affichant une rigidité propre à son milieu de juif pied noir de Tunisies, notamment sur les  choses de la vie, la famille, l’honneur et la morale, qui contrastait avec la liberté de moeurs, qui régnait alors dans le quartier, y compris à la Scala! 

Et pourtant, il devint, avec le temps et contre toute attente, un habitué à part entière ! Il était un fan des artistes qui se « produisaient » à la Scala , jeunes débutants qu’il écoutait avec beaucoup d’attention et de passion. Pote avec pratiquement tout le monde, il était toujours à l’écoute des ennuis des autres, les conseillant ou  les réconfortant avec humilité. Au point que tout le monde l’aimait et le respectait!

Il venait dès l’ouverture et restait inmanquablement jusqu’à la  fermeture. Je le revois, au coin du comptoir, riant en douce de mes mauvais jeux de mots ou de mes facéties douteuses, fumant cigarette sur cigarette et buvant café sur café,  A se demander comment il pouvait tenir le coup, le lendemain matin, à son boulot!

On ne lui connaissait aucune liaison avec les filles pourtant nombreuses qui fréquentaient  la Scala. Excepté Natacha, une fille un peu folle et légère avec qui il  sortait « platoniquement’, sans apparemment se soucier de l’inconséquente nature de la belle!  

Petit à petit, Dédé devint un ami solide, qui nous aidait avec générosité, dans des moments « difficiles », (cela est arrivé une ou deux fois) et nous secondait dans certaines tâches de la Scala! Bref, Dédé devenait, au fil du temps, un personnage incontournable, comme on dit aujourd’ hui.

A la fin des années soixante, nous fûmes très surpris d’apprendre qu’il partait dans un kiboutz, en Israel.  Je crois qu’il mit son affaire en gérance et il disparut pendant quelques mois. Sans l’oublier totalement on prit l’habitude de son absence, qui faisait, tout de même, un sacré vide! Puis un soir, je le vis sur le pas de la porte, l’oeil humide et triste. Il me raconta, qu’au début, tout s’était bien passé, même qu’il avait rencontré une femme qu’il comptait épouser. Malheureusement, les parents, juifs de l’est, s’opposèrent sans réplique à cette union de leur fille avec un juif d’Afrique du Nord! Déçu et humilié, il rentra en France.

La vie reprit son cours et Dédé resta toujours le même, jusqu’à la fermeture de la Scala.

Ensuite, il vint nous aider à retaper notre maison à Vezenobres, avec toujours autant d’amitié et de fidélité. Puis il monta, place d’Italie, à Paris un restaurant de pizzas.Mais il continuait à fumer et à boire du café plus que de raison. Au début des années 80, nous avons appris sa mort et cela nous a profondément affectés!

*

Dédé n’était pas un artiste, il ne jouait de rien, mais son coeur, gros comme ça, l’a fait entrer dans la grande famille de la Scala! 

.  

 

Publié dans FITOUSSI André | Commentaires fermés

YANZI Etienne

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 19 octobre 2009

*

YANZI Etienne

*

YANZI Etienne dans YANZI Etienne yanzi-etienne

*

yanzietiennestpauldevence1.jpg

Etienne YANZI, premier à gauche

en compagnie de son frère Eric et de Gabriel ZURINI

A la Colombe d’Or à Saint Paul de Vence en 1966 

Auditeurs attentifs: Françoise HARDY et Yves MONTAND!

*

Il y a toujours eu à la Scala des personnages diversifiés, venus de milieux différents, avec une prédominance d’artistes, il est vrai. Mais quand l’un d’eux possédait plusieurs talents, on ne pouvait que le remarquer. C’était le cas pour Etienne. Bon musicien, excellent interprète à la guitare, à la « quena » ou au « charango » , agréable chanteur, il était également bon dessinateur. Il en a, d’ailleurs, fait son métier, notamment dans l’animation cinématographique.

Avec son frère Eric et Gabriel ZURINI, ils venaient souvent animer les soirées  et contribuèrent certainement à créer cette ambiance « Scala » si particulière, reconnue par tous et  qui dura des années.

Qu’ils en soient, ici, remerciés!

On s’était perdus de vue depuis si longtemps avec Etienne, que  cela a été un énorme plaisir que de l’entendre au téléphone, après qu’il ait découvert notre  blog (par hasard?)

Voici ce qu’il nous envoie, quelques jours, seulement, après nos « retrouvailles ».

yanzietiennetmoignage1.jpg

1) Ne crois pas cela, cher Etienne. Il y avait, chez les joueurs d’échecs, comme chez ceux qui  » picolaient » au comptoir, (les moins nombreux), une certaine coquetterie qui consistait, à « être chez eux » , quoiqu’il arrive et à donner l’impression d’ndifférence sur ce qui les entourait. Il n’en était rien. Car ils s’inquiétaient, après coup, presque fâchés, quand l’un ou l’autre artiste, n’était pas présent, certain soir! 

2) Je me souviens parfaitement du dessin. Il n’a pas résisté au déménagement, lors de la fermeture définitive!

3) Il faudra, un jour, parler du nombre phénoménal de mariages consommés dans le cadre de la Scala!!

4) Idée bizarre, peut être, mais il n’y aurait pas, aujourd’hui, la chaleur de nos « retrouvailles »!

*

yanzietiennegabrielzurini1.jpg

Gabriel ZURINI, à la harpe.

Photo que nous a fait parvenir Etienne YANZI

*

  

Publié dans YANZI Etienne | Commentaires fermés

PUJOL Alain

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 15 octobre 2009

*

PUJOL Alain

*

pujolalain.jpg

*

Il y a une chose certaine que tous ceux qui l’ont connu vous diront: Alain était un relationnel né. Il amena à la Scala une kyrielle impressionnante de journalistes, d’écrivains et autres producteurs de radio et de télé. Et pas des moindres! Tout ça, pendant des années! D’ailleurs, ne fut-il pas, entre autres,  public-relation de la ville de Biarritz?.

Il est arrivé presqu’au début de  la Scala et jamais seul. Ce n’était pas le genre à te dire : « Je vais t’amener untel ou untel! » Mais il arrivait parfois avec un ou deux inconnus (de moi, de nous, à la Scala, pourquoi pas?), qu’il ne  présentait pas comme quelqu’un d’important et tu apprenais de toi-même, un peu plus tard, que c’était le patron d’un grand journal,  un  correspondant de guerre, ou un  producteur télé connu. Certes, dans notre milieu un peu « fermé », on n’y faisait pas forcément cas. Mais lui, il était toujours étonné que tu lui en parles et te disait: » ben oui, c’est lui, et alors?.. » Comme Alain  bossait pas mal, il ne venait pas très régulièrement, mais quand il rappliquait, c’était avec une demi douzaine de nouvelles têtes à chaque fois! C’étaient alors des soirées particulières et très intéressantes, car chacun parlait de ce qui se passait dans son boulot! Et, parfois,  ce n’était  pas triste, car tous étaient décontractés et se fondaient naturellement à l’ambiance  « Scala »! Alain donnait le ton, car il était, lui même,  un pince sans rire redoutable.

Un soir, rapplique un jeune joueur de sitar, un peu fêlé sur les bords, qui se révèle très vite, comme le barde d’Astérix, mais en pire! Dans un silence médusé et un peu goguenard, Alain sort cette réplique historique; » C’est ravi ringard! » Référence, bien sûr, à Ravi SHANGAR!! Bien entendu, on ne ravi, pardon, ne revit plus jamais le pauvre barde incompris!  

*

pujollepapemauditlebon.jpg

*

pujolalainparyannickbutot.jpg

Article écrit en hommage à Alain PUJOL, le 15 12 2007, par Yannick BOUTOT

*

pujolmate.jpg

Une autre facette d’Alain, lors de ses dernières années:

la grande bouffe du sud ouest, avec Maïté.

*

Alain PUJOL fut un personnage marquant  des années Scala! Qu’il ne figure pas ici, eut été un manquement grave à la fidélité de nos souvenirs.

*

Quelques habitués amenés par Alain: Pierre ANDRO, télévision, Jacques AUDOIR, télévision, BLUE GRASS FLINGOU 37. 50, Jean BRUCE, directeur de collection aux « Presses de la Cité »,  Michel CARNAL, écrivain, Christian DURANDET , radio-télé, Marc ILLEL, grand reporter, Guy LABOURASSE, réalisateur, Dominique SAINT PIERRE, femme de Guy LABOURASSE et directrice d’une maison de disques, René MARGERIDON, radio-télé, Jean PierreMOGUY, réalisateur télé, Yves NOUCHI « Constellation » Gérard PABIOT, télévision Betty TRUCK,  journaliste….j’en oublie!!

Grand, grand merci, Alain!

Langue

Publié dans PUJOL Alain | Commentaires fermés

GIORGI Jean Michel

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 6 octobre 2009

*

GIORGI Jean Michel

*

giorgijmichelseul.jpg

* 

Jgiorgijmtf1967ford13014.jpg

*

giorgijmichelfordgt.jpg

*

Grand bonheur! Grâce à Manou ZURINI, je reçois un mail de Jean Michel, perdu de vue depuis …..:

Jean Michel, Manou, « Béru » , « la gonfle, les frères BELTOISE, François CEVERT, JABOUILLE PESCAROLO, Johnny RIVES etc…. Ce fut une sacrée période, (1960-1965), riche en découvertes de toutes sortes, BEATTLES, SAN ANTONIO, photographie, déconnages et surtout, bagnoles de course!

Epoque qu’on pourrait appeler « de la bande à BELTOISE »!!! 

Si Manou était l’animateur incontestable et incontesté, Jean Michel GIORGI  était, en quelque sorte, le mécène de cette bande (à part)! 

*

giorgijm1968n4.jpg

*

Le 13 01 2013- Voici ce que je découvre sur internet:

GIORGI Jean Michel dans GIORGI Jean Michel giorgi-j.m.ferrari-1964*

giorgijeanmichelemail.jpg

 *

giorgijmicheletfamille.jpg

Jean Michel et la petite famille

Publié dans GIORGI Jean Michel | Commentaires fermés

COGAN Henri

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 3 octobre 2009

*

COGAN Henri

*

coganhenri19671.jpg

Henri est apparu à la Scala en janvier 1968 . La raison? Sa fille Dany COGAN, dont nous parlerons, par ailleurs,  jouait dans une pièce de Christian NOHEL. Papa venait applaudir tous les soirs, ou presque, le talent naissant de son « rejeton » (on dit comme ça, pour une fille?) Par la suite, il devint un habitué jusquà la fin, en 1975! 

Il était, depuis longtemps, une figure mythique du sport et du cinéma. Excellent catcheur, il avait battu dans une finale de championnat, un certain…..Lino VENTURA, à qui il avait, dans l’ardeur du combat, cassé la jambe, obligeant ce dernier, dont l’avenir pugilistique était fortement compromis,  à devenir une vedette de cinéma!!

cogan.jpg

C’est ainsi qu’Henri, lui-même, devint le grand spécialiste des cascades cinématographiques, en jouant, en plus, des rôles toujours attachants. Il a tourné avec les plus grands réalisateurs français et le nombre de ses films est colossal! Ce n’est pas le but, ici de les citer. Juste un pour la route: « Les tontons flingueurs« .Une référence!

A La Scala, nous avions  des relations amicales et amusantes, car Henri était un farceur-né, doublé d’une grande gentillesse. Dans les années soixante dix, on s’était retrouvés, en compagnie de Maurice FANON, dans le midi et Henri, pour rigoler, m’avait suggéré de participer à un concours de chant de village plutôt ringard. (Pas le village, mais le « concours »!!) Je m’étais donc exécuté. Le « jury », nous voyant venir,  m’avait octroyé un douxième prix, et , en « récompense », m’avait offert un litron de bière chaude et un peigne! Le lendemain, Henri, hilare, me tendait un énorme cactus qu’il avait acheté chez le fleuriste du coin!!!

 *

coganhenri.jpeg

Bien des années après, début  2000, j’ai su par Sylvie, ma fille et Bertrand, mon beau fils, qu’ Henri  habitait Boulogne Billancourt. On le voyait, tous les matins en survêtement, à presque 90 ans et toujours « baraqué », s’entraîner au Bois de Boulogne! Au cours de nos rares périgrinations parisiennes, j’ai essayé de le rencontrer, mais en vain. Nous avons  appris, par la suite, qu’il était décédé en 2003!!

J’aurais tellement aimé qu’Henri puisse  faire un témoignage dont je suis sùr qu’il aurait marqué le personnage que nous avons si bien apprécié au cours des années Scala. Reste le puissant souvenir d’un homme à la fois simple et exceptionnel, car il ne parlait jamais de sa carrière. Et, je me répète, d’une gentillesse!!!

PS. J’espère bientôt rencontrer sa fille Dany, parler d’elle, bien sùr, mais aussi en savoir un peu plus sur les dernières années de son papa Henri.

   

Publié dans COGAN Henri | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou