LES GRANDS DE LA GUITARE A LA SCALA

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 4 mars 2009

    *

LES GRANDS DE LA GUITARE A LA SCALA

  *

guitare2.jpg

                                              Ah, la guitare!

Elle fut l’emblème de la Scala. Je n’ eus que ce  que je méritais, en dessinant, au début,  une guitare au blanc d’ Espagne sur la vitrine de la Scala! Autre symbole: l’Espagne, où la guitare est l’instrument de musique le plus populaire. Rien d’étonnant à cela, la guitare est d’origine arabe. Bref, j’avais tout pour en être envahi, à mon corps consentant, oh combien! J’avais l’habitude de dire  qu’à la Scala, il y avait autant de guitares que de clients. C’était presque vrai, certains soirs.

Et les styles? Classique, flamenco, jazz, country, picking, pop, blues, blue grass, folk, sud américain, russe, tzigane, israélien, fado de Coimbra, musette, guitare d’accompagnement! J’en passe et j’en oublie!

Et puisque j’évoquais l’Espagne, voici quelques uns de ses enfant, et pas des moindres:

                                                                                                   

                                           cuetoautrephoto.jpg 

                                                    CUETO Ramon

Remarquable interprète et perfectionniste. Il fit la transcription pour guitare, de la « Chacone » de Jean Sebastien Bach, ce qui  techniquement  n’était pas une mince affaire! (N’est ce pas Roger DELVOYE?) En bon espagnol, il pouvait tout jouer des musiques traditionnelles de son pays, flamenco compris, mais préférait manifestement le classique et surtout, les compositions de ses concitoyens, Tarrega, Pujol, Torroba, Carcassi, Sor etc, qui apportèrent à la guitare ce qui lui avait manquée, pendants des siècles, un répertoire « classique ». Ramon  se produisait surtout au club « plein vent », haut lieu de la guitare classique, dirigé de main de maître par Gilbert IMBAR, Ramon CUETO était un personnage toujours poli et discret et qui fut longtemps fidèle à la Scala, ce dont nous sommes très fiers!   

                                                                     *

                                               sierrajosmaria3.jpg

                                                  SIERRA José Maria

A la différence de Ramon, SIERRA jouait avec la « pulpe » des doigts et non avec les ongles! Ce qui lui donnait un velouté exceptionnel, et où la force de l’attaque restait tout de même présente, car il était, aussi, un remarquable interprète! Il avait adopté la méthode dite « Pujol ». Il y avait, d’ailleurs, à l’époque, une certaine rivalité, pour ne pas dire une guéguerre entre les pulpeurs et les « ongleurs », chacun revendiquant avec force, les vertus qu’il donnait à sa « méthode »! 

Comme Ramon, José Maria était prof dans plusieurs conservatoires municipaux de la capitale. et malgré leur personnalité différente, ils étaient très amis! 

                                                                  *     

                                              tovarpp19641.jpg

                                                     TOVAR Pépé

Encore un espagnol!

A la Scala (et ailleurs), il est resté célèbre par ses coups de gueules! Ce qui ne l’empêchait pas de jouer divinement, alors que ses rapports avec les autres flamenquistes n’étaient pas toujours harmonieux, loin s’en faut, car il avait, comme on dit, un sacré caractère! Mais, bon an mal an, il s’est fait une bonne place parmi les « toucheurs » de flamenco, surtout dans le « cante jondo », le chant le plus pur du flamenco.

                                                                      *

                                                  elgranano.jpg 

                                                 EL GRANAÏNO Roman

Alors, là, comment dire?…Une grande date de l’histoire de la Scala! Pas sur le moment, car je vois entrer un petit bonhomme plutôt âgé, amené par Pâris et accompagné d’un autre petit bonhomme plutôt âgé, qui me demandent, avec un fort accent espagnol, deux verres de vin rouge, (deux « tchatos », si ma mémoire est bonne!)

Quelqu’un me dit:

« Tu sais qui sont ces gars? »

Nous sommes au début de la Scala et ma pratique des  « artistes » n’est pas encore bien rodée! Je réponds:

« Non ».

A l’énoncé du nom des deux inconnus (de moi, en tout cas), à savoir: Roman EL GRANAÏNO et Pépé de la MATRONA  je ne réalise pas encore que je suis en face de deux monuments du flamenco! D’autant plus que « Roman » s’empare soudain d’une modeste guitare de service que je mets, (déjà), à la disposition de qui veut bien s’en servir.et se met à jouer, alors que « Pépé », le rejoint peu après en chantant!

Bref, je confirme: moment historique! Mon seul regret,c’est, à l’époque, de ne pas posséder encore le mythique REVOX!!

Mais bah! Le souvenir est toujours dans ma tête et je suppose, dans celles des privilégiés, présents ce soir là! 

                                                                  *

                                                pedrosoler.jpg

                                                       SOLER Pedro

Pedro est venu en 1961 avec sa soeur Isabelle SOLER, danseuse de flamenco, qu’il accompagnait, d’ailleurs, très bien! Joueur très fin et puriste, il se spécialisa dans l’accompagnement des danseuses les plus éminentes. Comme Carmen AMAYA ou la CHUNGA. Cela demandait une parfaite connaissance des rythmes flamencos. Ce qui ne l’empêcha pas de jouer aux côtés d’ Atahualpa YUPANQUI, dont l’exigeance musicale était connue . Il accompagna également le « cantaore » Pépé de la MATRONA. Eclectique, il n’hésita pas à mélanger les genres: musique grecque ou élecroacoustique. Qui dit mieux?

Le frère et la soeur se produisirent (amicalement), quelques fois à la Scala!

                                                                    *

                                                                guitare2.jpg

                                                               FENOY Antonio,

dit: « le boxeur, parce qu’il en fut un! D’ailleurs, sa figure et ses mains en faisaient foi. Mais le plus gentil des garçons! Du statut de flamenquiste amateur, il s’était, lui, aussi imposé dans le milieu des « toucheurs de guitare », à Paris. Il nous a fait plaisir pendant pas mal de temps.

Merci à lui.

                                                                      *

                                                       atahualpayupanqui1.jpeg

                                                   Atahualpa YUPANQUI

Grand, grand poète et guitariste argentin et ami de Pâris.ZURINI. C’est ce dernier qui nous le fit connaître et nous ne le remercierons jamais assez!

Quoi dire d’Atahualpa?  Il était, une institution, un symbole, un modèle dans son pays. Quand je pense qu’il a joué pour nous…..!

                                                                   *

                                                    bessonkleber.jpg

                                                       BESSON Kléber

Kléber, tout jeune, venait à la Scala avec son frère, encore plus jeune que lui. Plutôt réservé, mais pas timide, il se produisait déjà avec beaucoup d’autorité devant un public connaisseur et ravi. Par la suite, Kléber a fait une immense carrière!(voir, par ailleurs l’article sur lui)

                                                                        

                                                                    *

Les premiers « gratteurs » qui furent attirés par la guitare au blanc d’espagne étaient gitans. Ils s’appelaient 

                                                               guitare2.jpg

                                     Alex ELMALEH et Claude ROUSSEAU.

Ils passaient dans de rares boîtes du quartier et faisaient surtout la « manche ». Bien entendu, ils faisaient du Django! Je peux dire que c’est grâce à eux que la Scala s’est emplie dès les premiers jours. Car ils jouaient avec talent et attirèrent pas mal de monde!

Par la suite la Scala eut des rapports privilégiés avec les gitans. Pendant des années,  de bouches à oreilles, il en est venu de partout, surtout de Saint Ouen. Certains étaient ferrailleurs, d’autres vanniers ou simplement…musiciens. Parmi eux, il y avait

                                                  boulouferre.jpg

                                                         Boulou FERRE,

un génie précoce, qui vivait avec Svetlana, la soeur de Marc de LOUTCHEK,

                                                                 *                      

                                                             guitare2.jpg 

                           Il y avait, aussi, Matelot FERRET, le père de Boulou

                     * 

                                                      babikreinhart2.jpg

                                                        Babik REINHARDT,

le fils de Django REINHARDT, Babik, lui, avait adopté, par la suite, le style « fusion »  grosse incartade à la tradition manouche, qu’il connaissait d’ailleurs et pour cause, très bien! A la Scala, il devait avoir seize ans et respectait encore le style « familial! 

                                                                      *

Ces derniers ne sont pas venus souvent, vu qu’ils étaient déjà connus et de ce fait, assez « occupés » ailleurs. Mais ils ont marqué la Scala à leur façon! Ils donnaient l’exemple à d’autres moins connus, tel

                                                                  guitare2.jpg                                                                         

                                                             Paulo le gitan

qui rappliquait régulièrement dans une Buick rose (au grand dam du voisinage), accompagné d’une floppée de manouches, avcc lesquels il anima des soirées grandioses et ce, pendant des années! 

J’ai tellement admiré ce type, que j’en ai fait une chanson afin de lui rendre un fraternel hommage:

                                                                                          

 

                                                            guitare2.jpg

                                                   RENATO José

Un fidèle habitué du lieu. Il faisait , à longueur de soiré, la sérénade à sa petite amie, Jacqueline, qui fut, un temps notre « barmaid ». Toute la Scala profitait donc du grand talent de Renato, remarquable « toucheur » de guitare flamenca et qui (petit détail en passant), appelait sylvie, notre fille, « la fusée »!

                                                               *

                                                           guitare2.jpg

                                                           KIKI,

dit: « le bonze, car il allait prier sur les collines, lesquelles? Mystère! Copain de Renato, il s’était mis, très tôt, au flamenco, vivait et parlait espagnol, ce qui fait qu »on avait de la peine  à croire qu’il était français! 

                                                               *

                                                            guitare2.jpg 

                                                     Aaron SKITRI,

un turc, spécialiste de musique ancienne, joueur de guitare, luth et théorbe. Il vit actuellement à Toronto et enseigne à l’université de Queen’s Kingstone et dirige un groupe « le Collesium Musicum » .

Déjà, à la Scala, c’était un sacré client à la guitare classique. Il jouait aussi au «  club plein vent ».

                                                                   *

                                                               guitare2.jpg

                                            Jean DOMENECH DE CELLES

De père français, de mère chinoise, on l’appelait « la mitrailleuse », car il jouait plus vite que son ombre! Grand virtuose, il s’attaquait aux morceaux les plus difficiles. Fidèle habitué de la Scala durant des années

                                                                                                 *

Betho DAVEZAC

betho41.jpeg

Un des plus doués de sa génération!!

bhetobio1.jpg

*

                                                               guitare2.jpg

Qu’il me soit permis de faire figurer ici Roger DELVOYE, Même s’il n’était pas, à proprement parler, un « concertiste », je lui attribue néanmoins ce mérite, car grâce  à sa ténacité et à son charisme, ayant commencé fort tard dans la dure pratique de la guitare, il a réussi à s’imposer dans ce milieu difficile. De plus, il était un très bon professeur. Alors, voila, c’est mon petit hommage au grand pôte qui eut aussi sa « place » à la Scala!  

                                                                  *

Et  Jürgen KLATT? On s’e souvient comme quelqu’un de très facécieux et comme  d’un  génie de la musique! Il pouvait jouer de n’importe quel instrument! Il passait au « club plein vent » et il était capable de chanter « la flûte enchantée », en s’accompagnant à la guitare, sans oublier une note! Je crois qu’il a fini chef d’orchestre à Berlin, c’est ce qui pouvait lui arriver de plus banal!

Je n’oublie pas, bien sùr, Jean François MASSON, Robert GRETCH, Lucien FOUCART, Claude PRECHAC, ils sont « traîtés par ailleurs, ce qui n’empêche pas ma reconnaissance et celle d’une bonne partie des habitués,  de leur talent, mais on ne peut pas être partout!

 

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou