• Accueil
  • > Archives pour juillet 2008

HANNA Robert

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 18 juillet 2008

*

HANNA Robert

*

hannarobert21.jpg

De Robert HANNA, ami de toujours, poète plein d’humour, remarquable joueur d’échecs et tous les talents du monde. Un éloge pour Denise et moi, qui nous va droit au coeur!

                           Extrait de son « PARIS D’ ANTAN » … 

parisnmpage1.jpg

 parisnmpage2.jpg

 Robert HANNA

*

vezenobresroberthanna.jpg

Texte de Robert HANNA

*

C’est de l’amitié, non?

Robert n’est plus, mais il reste intact dans notre coeur!

Publié dans HANNA Robert | Commentaires fermés

GRÜNBERG Roland

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 juillet 2008

GRÜNBERG Roland

roland1.jpg

 Roland en 1960

Quand Roland est arrivé, en 1960, c’était quelques semaines après l’ouverture de la Scala. Il était en convalescence dans un centre d’ étudiants, appelé « post cure », qui se trouvait tout près de la Mosquée, donc de chez nous! Très vite, nos rapports furent privilégiés, d’autant plus  qu’il vint, régulièrement, graver  à la Scala, de magnifiques oeuvres,  »bossant »  des journées entieres sur une table bancale qui se trouvait au fond de la salle. Pour les rares étudiants de la fac Jussieu, qui venaient, à l’époque, l’après midi, boire un café, il était une véritable attraction! Suprême bonheur, il nous fit cadeau de la première épreuve de l’une de ses créations, intitulée: le « Chat », qui est accrochée chez nous en bonne place, depuis presque cinquante ans! C’est dire qu’on n’ a, doublement, jamais oublié Roland!!

                              lechatrolandgrnberg.jpg

                                     « Le chat », Roland GRÜNBERG 1960

Roland n’ est pas resté longtemps à la Scala, car il est parti, très vite, pour entreprendre une grande carrière internationale, musées, conférences, théâtre et il est, aujourd’hui, reconnu comme l’un des plus importants graveurs de notre temps! Empêché par un problème de santé, il n’a pu, encore, nous faire parvenir son témoignage. Que nous attendons, bien sûr, avec une fraternelle et réelle impatience, au point même le faire entrer, presque prématurément, dans ce blog ! Mais ce n’ est pas pour nous déplaire!

                                     devantlascalarolandgrunberglebeaufrogerdelvoyeetjacky.jpg

              Le « beauf », Jacky, Roger DELVOYE et Roland GRÜNBERG, en 1960

       A remarquer, à droite de la Scala, la teinturerie de madame NATUREL. 

« L’ Inca », de l’ami Pâris, n’était pas encore installé! 

*

macuisinejesuisentraindeboireuncafvotresant.jpg

Roland, aujourd’hui,  dans sa « cuisine »!!

« Je bois un café à votre santé »

Photo de Francis. DEMANGE, agence GAMMA

*

louisarmstrongsnakerag.jpg

« Louis ARMSTRONG », gravure de R. GRUNBERG

*

 GRÜNBERG Roland dans GRÜNBERG Roland grunberg-roland-expo-2012

NANCY, le 20 03 2012. Expo Association Culturelle Juive

Photo Michel FRITSCH 

Publié dans GRÜNBERG Roland | Commentaires fermés

TYROWITCH Vitold par Anne Marie WEILER

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 17 juillet 2008

*

TYROVITCH Vitold

par Anne Marie WEILER

vitold.jpg

vitold1.jpg

  vitolddormant.jpg

Vitold dans un de ses exercices préférés

vitold2.jpg

vitold3.jpg

Anne Marie WEILER

*

vitoldauchecs.jpg

Dans un autre de ses exercices préférés

Publié dans TYROVITCH Vitold | Commentaires fermés

SAMMY Jacques

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 16 juillet 2008

 *

 SAMMY Jacques

*

sammyjacques2.jpg

*

« AGNES DU PASSE » de et par Jacques SAMMY

*

Un des nombreux soirs où SAMMY chantait, arrive Johny HALLIDAY, qui n’avait pourtant pas le profil du lieu, mais qui était amené par un de ses musiciens, l’ami Ezra, qui  lui, en revanche, était un habitué de la Scala. Etait ce le fait de l’ambiance confidentielle, probablement inhabituelle pour lui, pendant une bonne partie de la soirée,  Johny sembla fasciné par la « prestation » de Sammy, qui, imperturbable, continua à chanter comme si de rien n’était! C’était tout Sammy: l’art de se donner en spectacle et en même temps une réelle authenticité qui rendait le personnage  attachant et unique. N’est ce pas, les « libellules »?

Voilà ce qu’il a pondu pour le blog:

*

Après tant et tant d’années d’une vie menée tambour battant, pleine de hauts et de bas, de rencontres avec des hommes et des femmes, des animaux, des pays qui m’ont apporté le plaisir d’être sur terre, d’apprécier la vie avec tout ce qui la caractérise, la musique, la peinture, l’amitié, l’amour, la belle nature…les bonnes tables, les bons vins…

En cette année 2008, les souvenires défilent en moi…

Quelques fils d’argent se sont glissés en douceur dans ma toison blonde. J’ai toujours, d’après mes amis, « bon pied bon oeil » et ma voix est toujours là, calme et posée, accrochée aux cordes de ma guitare. Mes chansons, qu’on dit belles, sont toujours empreintes d’une nostalgie indélibile qui m’aident à tenir mon rôle de Troubadour des temps modernes…

En ce beau matin de juillet, une pensée me revient. Sur la terrasse de la maison briarde qui me voit  et m’entend vivre actuellement, tout en regardant les vieux murs et leurs belles pierres, sous le regard attentif de ma petite chienne, je repense en fermant les yeux à ce petit bistro, lieu magique, s’il en fut, niché au coeur du quartier Latin, à deux pas du Jardin des Plantes et de la place de la Contrescarpe.

« La Scala », c’était son nom, fut témoin d’une tranche de ma vie, bohème, aventureuse, pleine d’impérvus, où l’insouciance du lendemain prédominait.

C’était un petit bistro avec une devanture vitrée. Quand on ouvrait la porte, on trouvait le comptoir, pouvant tenir 5 à 6 personnes, où se tenait amarré, debout et tous les soirs, Dédé FITOUSSI, qui parlait peu mais scrutait entendait tout, riait de tout, son éternelle cigarette au bec, un des plus fidèles habitués!

Sur la droite du comptoir, une rangée de tables en bois, qui n’étaient plus de la première jeunesse! Dans le fond, la petite salle s’élargissait, témoin de parties d’échecs ou de « boeufs » mémorables, le tout éclairé en demi teinte, mais suffisamment pour que l’on puisse se voir d’un bout à l’autre de la salle.

Toujours en fermant les yeux, je revois Denise et Jacky SCALA, les maîtres du lieu  et aussi l’âme de cet endroit chaleureux et convivial, où les artistes débutants ou confirmés, se retrouvaient pour recharger leurs accus, se refaire une santé morales et physique, se restaurer à côté, pour pas cher, chez Pâris à « l’Inca », restaurant original et végétarien.

Le défilé est très long , de toutes ces filles et ces garçons, dont je revois aujourd’ hui les visages, tous croyaient en eux, en la gloire…  Autour d’eux, plein d’envie et d’admiration, se tenait une faune de jeunes gens, car c’était toujours plein comme un oeuf à la Scala, amateurs de chansons, de poésie,  voire d’échecs ou simplement d’amitié…

Et de guitare classique! Ah! mon ami , Roger DELVOYE, qui avait le talent d’un concertiste, mais qui était propriétaire d’un trac maladif!

Et Jean François MASSON, ceinture noire de judo, à la taille d’un rugbyman, qui jouait de belles études de Villa Lobos et beaucoup d’autres oeuvres, avec ses grosses mains, j’en restais rêveur! 

Les guitaristes flamenco ou sud américains, différents de notre musique, qui nous ravissaient de leur son et de leurs chansons…

Pépé TOVAR et son refrain préféré: « Yacky, oun pitit cougnac ou yé né you plous! »

Les frères ZURINI se déchaînaient sur leurs guitares. Manou, et surtout Gabriel, étaient imbibés de folklore de musique latine et se défendaient bien dans cette discipline. Quelquefois,une « quéna » (petite flûte des Andes) ou un « charango » (petite guitare en peau de tatou) venaient soutenir les guitares!

Je pense aussi à mes deux complices et amis, Lucien FOUCARD et Claude PRECHAC, dit « petit Claude »,  merveilleux guitaristes de jazz!

                karsentyrodolphe.jpg                            

                       Rodolphe avec Sylvie et la fille de la concierge

Rodolphe, petit et rond par la taille mais grand coeur, que nous avons « sorti » de Montparnasse (avec mon frère de galère Charly dit « le genevois »), Rodolphe, qui a aterri un soir à la Scala et qui m’imitait si bien, tout en faisant généreusement boire et manger plus d’un copain, en déliant souvent sa bourse!

Et les étudiants de la fac de médecine qui faisaient, o combien, partie de notre « public »et qui n’étaient pas avares d’applaudissements!

La Scala était pleine de gens talentueux, et ce, dans diverses branches et styles, mais tous étaient amis!

Après avoir chanté dans différents cabarets, pour assurer  »la matérielle », je me retrouvais chez Denise et Jacky qui m’accueillaient toujours le sourire aux lèvres, dans une ambiance fraternelle. Là, je prenais place au milieu de joueurs d’échecs, comme  » le beauf« , Vitold, Robert HANNA ou le guitariste Yono BERNARD, avec lesquels je suis resté ami au fil des années.

Gràce à tout cela, on peut dire que la Scala était beaucoup plus chaleureuse que les cabarets « officiels »!

Les années passées dans ce lieu magique sont à jamais gravées dans ma mémoire, indélibiles…

Aujourd’hui, quand je repasse devant l’endroit où se tenait la Scala qui fut un des témoins de ma folle jeunesse, mon coeur bat la chamade et, en fermant les yeux, respirant très fort, je me remémore les bruits de fond, d’ambiance, de guitares, et je m’écoute chanter, entouré d’une foule d’amis, « file la laine »reprise en choeur par tous…….

 sammyjacques1.jpg 

Jacques SAMMY

L’or n’était pas que dans ses cheveux!

*

sammyjacquespochettedisque.jpg

« LE RENDEZVOUS DES AMOURS MORTES » de et par Jacques SAMMY

Extrait du CD « Paris rive gauche

*

 SAMMY Jacques dans SAMMY Jacques SAMMY-Décès

  SAMMY-Jacques-Article-nécro-le-vantar dans SAMMY Jacques

Publié dans SAMMY Jacques | Commentaires fermés

MASSON Jean François

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 11 juillet 2008

MASSON Jean François

*

massonjeanfranois1.jpg

Jacky, mon frère!

Je t’ai envoyé un mail il n’y a pas très longtemps et je n’ai pas eu de réponse. J’espère que c’est la bonne adresse. En tout cas, je ne t’oublie pas et Robert HANNA m’a retrouvé. Depuis, on ne se quitte plus au téléphone pour évoquer cette époque magique qui, pour beaucoup d’entre nous, a été un tournant de la vie, pour moi, en tout cas, puisque c’est grâce à la Scala  que je suis devenu professeur de guitare classique! 

Revoir Eric MENINGAND, dans ton blog, me fait sourire, car nous avons tourné ensemble dans « la grande vadrouille ». J’ai tellement de choses à te raconter sur tous ces personnages insolites qui fréquentaient la Scala et  dont certains sont devenus célèbres. Je les revois comme si c’était hier et je vis avec eux tous les jours. Je pense à Roger DELVOYE, Jean DOMENECH, Quiqui, Pépé TOVAR!

A cet instituteur qui, était tombé dans la cave. Tu lui tendis un verre de cognac en lui disant: « Tenez, pour vous remonter »!Je pense aussi à FENEUX, à Vitold, à « Petit Claude » PRECHAC, Renato, Riety, dit « sac à puces », Roro etc…

Dans ce monde, devenu insensé et absurde, un souvenir d’une époque unique et dans un contexte privilégié, avec une bande de délirants bucoliques, qui tous, ont mal fini, bien sùr, LAVILLIERS, DOUMENJOU, MENINGAND, HANNA et tant d’autres!

Combien de fois je repense à ce phénomène extraordinaire qu’ était la Scala, et pourtant, si on y réfléchit, quoi de plus qu’ ailleurs, en d’ autres endroits, comme la Butte Montmartre ou autres, où il devait y avoir des bistrots bien sympas aussi, mais là, il y avait une alchimie secrète qui a fait que des personnes particulières se sont rencontrées et dans ce contexte spécifique, un lien exceptionnel est né et a fabriqué, de manière inconsciente, des histoires, des vies,des projets, des parcours, des émotions intenses, enfin, tout ce que l’on peut attendre dune vie, pour qu’elle ait un sens. 

Je me répète, je suis devenu musicien grâce à la Scala, bien que mon père, violoniste amateur de haut niveau, m’ ait toujours bercé de musique! J’ ai rencontré à la Scala des personnes que je revois aujourd’ hui, avec qui nous échangeons souvenirs et anecdotes, et je pense très honnêtement, que peut-être, sans avoir voulu le faire volontairement, tu as joué un rôle fondamental, en créant cette « chaîne de l’amitié »entre nous, par ton tempérament du sud, chaud, communicatif et drôle et la preuve en est qu’ aujourd’hui, nous nous retrouvons à travers internet ou autrement.

On ne peut que te dire merci! Merci d’avoir été là, à ce moment là, c’ est comme ça, personne d’autre n’aurait pu le faire! Chaque personne est unique et a son rôle à jouer. Tu l’as fait et c’est tant mieux pour nous! 

Je vous embrasse très fort, tous les deux et votre descendance!

                                              *

   Jean François MASSON, l’homme à la belle voix grave, comme tu disais!

*

Publié dans MASSON Jean François | Commentaires fermés

MENINGAND Eric et France

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 7 juillet 2008

 *

MENINGAND Eric et France

*

Après de longues années, revu, avec beaucoup d’émotion, Eric et France. Lui était comédien, je saute son pedegree, beaucoup d’entre vous le connaissaient. Elle, hotesse de l’air, mignonne, je ne te dis pas! Tous deux fidèles habitués, bien sùr! Il y a quelques temps, coup de bigo de la part d’Eric. Bref on se retrouve dans leur mas , près de Vaisons la  romaine. Petit nid accueillant. On évoque quelques souvenirs, on jacte à n’en plus finir…Ca, c’était avant hier et hier.Voila ce que nous  recevons, ce matin:

————-

« Mon cher Jacky, pour revenir à notre conversation au sujet de la Scala, ce fut un hâvre de paix et aussi de bruits, car dans ce lieu enfumé, nous étions des vibrions d’énergie, immatures, certes, mais en préparation de notre personnalité future.Dans ce creuset de talents en préparation, certains se sont arrêtés en chemin, d’autres ont eu la chance de réussir, d’autres ont vécu de leurs espoirs et de leur travail, mais tous étaient joyeusement fous de jeunesse et de bouillonnements de la vie avec un grand V. Pouvait on savoir ce que la vie nous réserverait? On et on ne voulait pas le savoir, inquiets tout de même du futur.

Quelle belle période, dirigée de main de maître par notre Jacky, maître de cérémonies impromptues et toujours renouvellées. Tu étais le tôlier de cette « auberge espagnole » parisienne.Pour moi, ce furent six années de bonheur et lorsque j’y pense, une grande émotion m’étreint et notre rencontre de ce week end a renforcé ma conviction que ce « doux » temps a été une vertèbre de ma vie. Sans oublier Denise, prêtresse et muse de ce temple dédié au talent des officiants et des fidèles.

Il faudrait appliquer, célébrer et inaugurer une plaque disant ceci:Ici, la Scala offrait une nourriture spirituelle à tous les affamés de spectacle. Ils furent nombreux à venir communiquer et beaucoup repartirent rassasiés. Passant, remercie les, car, sans les connaître, ils te divertirent et te donnèrent de la joie.

Car ceux qui amusent et font rire ont droit au Paradis.

France et Eric vous embrassent très fort.  »

 

meninganderic19631.jpg

Eric MENINGAND

Multi talentueux, comédien, chanteur,etc..

Qu’est ce qu’on a pu rigoler durant des soirées entières

en écoutant tes imitations de de Gaulle face à un autre luron, Jacques, qui, lui, imitait Ben Bella! 

Anthologique!

 

                                                          arthuretlespetitspoismningandnoirretsauvanevar.jpg

Café théatre, à la Scala, en 68 « Arthur et les petits pois », de Michel NOIRRET,avec Brigitte SAUVANE, Eric MENINGAND, Michel NOIRRET et Michel ESTHIER

                                                (Une franche rigolade!!)

*

 

Publié dans MENINGAND Eric et France | Commentaires fermés

DULAC Maurice

Posté par LA SCALA RETROUVEE le 3 juillet 2008

  DULAC Maurice

DULAC Maurice dans DULAC Maurice DULAC-Maurice-1963-premier-disque2-223x300

1963 Photo du premier disque de « Momo!

Arrangement de Jean MORLIER

*

DULAC-Maurice-la-Scala-1965 dans DULAC Maurice

Photo prise à la Scala en 1965

*

Reçu ce matin, de Maurice  DULAC, ce témoignage qui nous va droit au coeur!

 « Ben, mon Jacky, comment tu vas? C’est rigolo de revoir ta tronche, toujours en train de te marrer.J’adore quand tu nous faisais « le chevalier vapeur et sans reproches » sur ta vieille machine à café.

Le temps a passé sur tout, mais l’époque de la Scala reste un des plus beaux moments de ma vie. Parfois j’ai l’impression de l’avoir rêvé.

Merci de nous avoir donné tant de bonheur.

Je ne chante plus depuis bien longtemps et je vis dans une petite maison adorable avec un beau jardin et des  souvenirs pleins la tête.

Je te bise, toi et ta petite chérie.

*

Le 14 10 2012. Conversation sur facebook avec Jacky:

dulac-maurice-echange-facebook

*

mauricedulac70anslaguitare1.jpg

Voici ce que Momo nous envoie envoie, ce 16 09 209 avec la belle photo ci dessus!

mauricedulactmoignagedu1609091.jpg

DULAC-Maurice

 

Publié dans DULAC Maurice | Commentaires fermés

 

SAUVONS NOS ECOLES ! |
On nous prend pour des cons! |
En construction |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délices et Saveurs
| La légende de Fecinu
| laroquebrou